Former ou Déformer ?

Edtech - La formation vers les étoiles

Edtech - La formation vers les étoiles

Depuis le temps que nombre d’acteurs Edtech nous promettent " la révolution de l’éducation " pouvons-nous espérer qu’en 2020 nous allons trouver matière à des innovations qui soient enfin à la hauteur d’une telle promesse ?

Voilà 30 ans que les dénominations successives des modalités de formation innovantes se sont transformées, passant tour à tour de l’EAO à la FOAD, puis au e-learning pour arriver au Digital Learning.

Parallèlement, les enjeux eux aussi ont fini par pivoter.

Longtemps l’ambition incarnée par l’usage du digital a résidé dans la potentielle capacité à embarquer des apprenants présents sur une zone de chalandise toujours plus grande, en s’affranchissant des contraintes du présentiel. Il fallait alors réussir à réduire les coûts et les temps de déplacement et offrir l’accès à la connaissance pour ceux qui en sont géographiquement les plus éloignés. Cette ambition sincère et louable, a fait long feu devant les chiffres cruels des taux d’attrition des apprenants abandonnés à leur isolement sur des parcours de formation en ligne. Cet échec patenté a permis aux acteurs EdTech d’apprendre, d’expérimenter et de tirer des enseignements riches de promesses.

Lire la suite

Pour une renaissance systémique de la création

Pour une renaissance systémique de la création

Nous, acteurs de l’innovation, de la création, du design, sommes orphelins d’un modèle qui nous avait bercés depuis la Renaissance. Il est grand temps de faire face à cette mort et de réinventer une autre façon de créer. 

Ce modèle dont nous sommes aujourd’hui orphelins copiait la Création divine. Une intention puissante créait une œuvre parfaite. Dieu était l’artiste et l’artiste était Dieu. L’inévitable mise en histoire de cette œuvre n’était que souillure et dégradation. Comme la création divine souillée par l’autre de DIeu, qui fait entrer la création dans une histoire, une dégradation, la création artistique devait être protégée du temps, mise sous verre, ne plus être touchée, et être parfois restaurée, ressuscitée, une nouvelle alliance en somme. Le modèle était donc subjectiviste, une intention puissante crée, et ahistorique, le temps dégrade.

Lire la suite

Loi Avenir professionnel : point d'étape juridique à un an

Loi Avenir professionnel : point d'étape juridique à un an

Un an après la parution de la loi du 5 septembre 2019, que doit-on retenir de cette réforme d’un point de vue juridique  ?

Lire la suite

Pourquoi réactiver le Blended Learning dans une société digitalisée ?

Pourquoi réactiver le Blended Learning dans une société digitalisée ?

Pourquoi réactiver le Blended Learning dans une société digitalisée ? ou la prise en compte de la dimension sectorielle

L’apprentissage au sens propre du terme ne cesse d’évoluer depuis la nuit des temps. Notre siècle en est la preuve parfaite avec depuis une cinquantaine d’années des moments assez disruptifs avec l’arrivée dans les années 90 du e-learning, puis vers les années 2010 du Social Learning sous différentes formes. Mais n’oublions pas qu’au-delà des modalités, des fonctionnalités qu’offre la technologie, ce sont également les apprenants qui ont changé. Ils veulent comme vous et moi tout, tout de suite, avec un alignement au besoin au plus près, où ils veulent et sur tout support (ATAWADAC).

Lire la suite

Un DirCom n'est pas un démocrate

Sortie du livre " Un DirCom n’est pas  un démocrate ! " chez Bréal

Frédéric Fougerat : Frédéric Fougerat pourquoi as-tu accepté le principe d’une interview schizo ? T’es complètement schizo ?

Frédéric Fougerat : Je ne suis pas vraiment du genre à perdre le contact avec la réalité, c’est plutôt l’inverse. Mais peut-être seras-tu d’un autre avis à la fin de cette interview que j’ai acceptée comme un jeu, et comme une opportunité de promouvoir mon nouveau livre peut-être un peu schizo (rires), Un DirCom n’est pas un démocrate !.

Frédéric Fougerat : J’entends certains dire " Encore un nouveau livre ! ". Tu ne t’arrêtes donc jamais ?

Frédéric Fougerat : Je n’arrête jamais d’avoir des idées, c’est épuisant. J’ai besoin de me libérer l’esprit, de me soulager de cette bousculade permanente en les écrivant. C’est comme une thérapie. Avant, j’utilisais des carnets que je remplissais jour et nuit. Maintenant, je stocke les idées sur l’application Notes de mon iPhone, ou dans les brouillons de Twitter. C’est pourquoi j’ai toujours une centaine de tweets d’avance, dont certains ne seront jamais publiés. Et quand un éditeur me propose de publier un ouvrage, j’y vois l’opportunité d’un grand nettoyage de cerveau (rires) et une belle occasion de partager.

Frédéric Fougerat : As-tu déjà d’autres projets de livres ?

Frédéric Fougerat : Oui (sourire). Un nouveau sur la communication, dont la sortie est prévue pour septembre, et des projets à l’étude, en co-écriture, un sur la RSE, un deuxième sur l’écologie à Paris, et un troisième sur l’immobilier, plus quelques contributions à d’autres ouvrages !

Frédéric Fougerat : Tu es très présent sur les réseaux sociaux, principalement avec ton compte @fredfougerat sur Twitter. Tu aimes partager ?

Frédéric Fougerat : Twitter m’offre effectivement une tribune exceptionnelle pour partager mon expérience de la communication. Cette plateforme s’inscrit dans la continuité du blog DirComLeBlog, que j’avais créé dans les années 2000, déjà dans l’idée de partager autour de la communication. A la différence d’un blog, ou de cours que j’ai donnés pendant longtemps pour plusieurs masters de com, l’audience sur Twitter est présente et réactive en permanence, c’est très excitant. Twitter, c’est aussi une extraordinaire opportunité d’entrer en relation avec des personnes que la vie ne devrait pas nous permettre de rencontrer. Ça va d’une étudiante d’un pays émergent à un chef de gouvernement, en passant par des dirigeants d’entreprise, des sportifs, des journalistes... Quel honneur et quelle chance de pouvoir ainsi entrer en contact, échanger, et susciter l’intérêt d’autant de personnes !

Frédéric Fougerat : Il y a sûrement des choses que tu détestes sur Twitter et les réseaux sociaux. Lesquelles ?

Frédéric Fougerat : Ce qui me perturbe beaucoup, c’est la violence et la haine, gorgées d’ignorance, de croyances et de certitudes, qui trouvent sur les réseaux une forme de normalité inquiétante. C’est con à dire, mais les fake news, et plus encore celles et ceux qui les diffusent et les propagent, m’atterrent, comme si on avait le droit de jouer avec la vérité et indirectement avec la démocratie. Au quotidien, ce que je déteste le plus, si toutefois il est possible de hiérarchiser, c’est l’indignation permanente. Je veux parler de l’indignation de celles et ceux qui ne font rien d’autre que donner bonne conscience à leur passivité.

Frédéric Fougerat : Es-tu un influenceur africain ? (rires)

Frédéric Fougerat : Je sais pourquoi tu me poses (comme beaucoup) cette question. Il y a une communauté africaine très importante au sein de ma communauté Twitter. Je ne sais pas l’expliquer, mais j’en suis très honoré. La communication n’a pas de frontières et peut rassembler des " communicateurs ", comme on dit en Afrique, de tous les pays. Je compte beaucoup d’abonnés en Côte d’Ivoire, en RDC, au Bénin, au Sénégal, au Tchad... et mes écrits font parfois référence dans des formations en communication ou journalisme. Cela m’impressionne ! C’est la magie de Twitter et j’adore ça. 

Frédéric Fougerat : Dans ton livre, tu commences par citer des directeurs et directrices de la communication. Un club très fermé des dircom influents en France ?

Frédéric Fougerat : C’est une liste, non exhaustive, de professionnels que j’ai la chance d’avoir côtoyés, qui peuvent m’inspirer et que je respecte. Oui, beaucoup font partie des classements des dircom influents ; certains sont plus discrets ou moins exposés que d’autres, mais le talent n’est pas nécessairement lié à la notoriété ou à la visibilité. N’oublions pas que nous faisons un métier de l’ombre, où la discrétion est plutôt la norme, et l’exposition l’exception. 

Frédéric Fougerat : Ne fais-tu pas l’inverse de ce que tu dis ? N’aimes-tu pas t’exposer, notamment sur Twitter ?

Frédéric Fougerat : Je n’ai jamais pensé Twitter en termes d’exposition. Peut-être même serait-ce une erreur d’imaginer l’aborder ainsi. Maintenant, publier quotidiennement sur Twitter ou publier un livre, c’est effectivement une forme d’exposition qu’il faut assumer. Je reste néanmoins un garçon réservé, en réalité extrêmement timide. J’ai toujours préféré l’ombre à la lumière, les petits cercles aux grandes assemblées ; je suis plus à l’aise dans le rôle de coéquipier que de leader, je préfère dîner en famille plutôt que dans les dîners en ville, où l’on me voit rarement d’ailleurs...

Frédéric Fougerat : En quoi un DirCom n’est-il pas un démocrate ? Pourquoi ce livre ?

Frédéric Fougerat : Le titre du livre est celui d’une de mes tribunes qui a eu le plus de succès sur le web. J’y explique que diriger la communication d’une entreprise, ce n’est pas chercher à plaire au plus grand nombre ou à créer un consensus autour de soi, et qu’une bonne communication n’est pas nécessairement celle qui fera plaisir, mais avant tout celle qui sera efficace.

Parce que la communication reste une activité méconnue, souvent fantasmée, ce livre, constitué d’une vingtaine de mes tribunes, a un objectif simple : expliquer en quoi la communication est un vrai métier.

Twitter : @fredfougerat

  • MagRH1
  • MagRH2
  • MagRH3
  • MagRH4
  • MagRH5
  • MAgRH6
  • MagRH7
  • MAgRH7b
  • MagRH8
  • MagRH9LT
  • MagRH10
  • MagRH11
  • MagRH12
  • MagRH13

Mots-clés: FORMATiON