La culture c'est comme la confiture ...

Entretien avec Michel Barabel…

Entretien avec Michel Barabel…

Dans un océan de peurs et de fantasmes sur l’Intelligence Artificielle (IA), le monde des RH et de la formation doit se poser les bonnes questions pour envisager son avenir en connaissance de cause. De quoi parle-t-on vraiment ? Qu’est-ce que l’IA peut apporter aux recruteurs et aux formateurs ? Que remet-elle en question au quotidien ? Et l’apprenant, dans tout ça, est-ce qu’il apprend mieux ? 

Lire la suite

Un DirCom n'est pas un démocrate

Un DirCom n'est pas un démocrate

Sortie du livre " Un DirCom n’est pas  un démocrate ! " chez Bréal

Frédéric Fougerat : Frédéric Fougerat pourquoi as-tu accepté le principe d’une interview schizo ? T’es complètement schizo ?

Frédéric Fougerat : Je ne suis pas vraiment du genre à perdre le contact avec la réalité, c’est plutôt l’inverse. Mais peut-être seras-tu d’un autre avis à la fin de cette interview que j’ai acceptée comme un jeu, et comme une opportunité de promouvoir mon nouveau livre peut-être un peu schizo (rires), Un DirCom n’est pas un démocrate !.

Frédéric Fougerat : J’entends certains dire " Encore un nouveau livre ! ". Tu ne t’arrêtes donc jamais ?

Lire la suite

Lu pour vous

Lu pour vous

Libérer l’entreprise, ça marche ?
Sous la direction de Laurent Karsenty 

Dans un environnement instable et incertain, exigeant une forte capacité à donner du sens, mobiliser, réagir et s’adapter, les modes d’organisation et de management traditionnels en entreprise ont atteint leurs limites. Plutôt que la défiance, l’autorité et le contrôle comme principes clés, l’entreprise a plus que jamais besoin de faire confiance à " ceux qui font ", les responsabiliser, libérer leurs initiatives et s’appuyer autant que possible sur l’intelligence collective.

Lire la suite

Les mobilités des salariés français : entre réalités et fantasmes

Les mobilités des salariés français : entre réalités et fantasmes

Par Nawal Mrani Alaoui. Directrice Stratégie Sociale, People Advisory Services, EY France

Peu attractive et souvent même redoutée, la mobilité pour les salariés français n’est pas chose aisée, elle est même le fruit de nombreux paradoxes. Par exemple, jamais les techniques de communication et les moyens de transports n’ont été aussi variés et développés et pourtant la mobilité géographique et internationale demeurent anecdotiques pour une large partie des salariés français. Autre exemple, même si la majorité des salariés français s’accorde sur le caractère obsolète du modèle de métier unique pour la vie, nous sommes encore très nombreux à redouter la mobilité fonctionnelle. Sur ce dernier point, 77% des entreprises considèrent que leurs collaborateurs ne sont pas mobiles. C’est le constat que dresse l’étude réalisée par le cabinet Ernst & Young, sur la base de 109 monographies d’entreprises.   

Lire la suite

Ce que les jeunes salariés attendent des représentants du personnel

Une enquête réalisée par les étudiants de l’IGS-RH et supervisée par Hubert Landier

Un rapport de l’Institut de l’entreprise, daté de 2013, affirme que « le dialogue social est un facteur de la performance globale et durable de l’entreprise ». Encore faut-il, pour que dialogue il y ait, que les représentants du personnel répondent aux attentes de leurs mandants. Quant à son avenir, il sera largement fonction de l’attitude des jeunes à l’égard de la représentation collective du personnel.

On les dit individualistes, peu sensibles au discours syndical. L’enquête réalisée par les étudiants de mastère en alternance de l’IGS-RH débouche sur des résultats plus nuancés. Les jeunes, dans leur majorité, estiment légitime que le pouvoir patronal soit équilibré, en faveur du personnel, par une possibilité collective de s’exprimer. Le problème, c’est qu’ils sont très mal informés du rôle des représentants du personnel. 

A leur arrivée dans l’entreprise, seule une minorité d’entre eux a bénéficié d’explications à l’occasion de la procédure d’intégration. Et donc, ils ont, du syndicalisme et de son action, une vision qui ne correspond pas nécessairement à la réalité. Ils ne savent pas exactement quel est le rôle des élus et mandatés, ou d’une instance telle que le CSE. Ils ne voient pas bien le rapport avec leurs propres préoccupations. Mais ils sont preneurs d’une expression collective qui répondrait à leurs attentes. 

L’enquête des étudiants de l’IGS-RH a été réalisée sous forme d’un projet collectif de promotion placé sous le tutorat d’Hubert Landier. Un questionnaire a été réalisé par les étudiants puis administré en vis-à-vis auprès de 256 jeunes salariés constituant un échantillon équilibré des moins de trente ans. Les résultats obtenus ont fait l’objet de deux présentations successives, d’abord le 26 septembre, puis le 24 octobre, dans le cadre du Club de l’audit social de l’IAS, en présence de DRH et de représentants de la CGT, de la CFDT, de la CGT-FO et de la CFE-CGC. Il s’en est suivi des débats très ouverts sur les conditions qui permettraient de donner une meilleure assise au dialogue social.

Le sujet est d’importance. Il y va du rôle et de la qualité du dialogue social dans l’entreprise de demain. Quant au travail réalisé par les futurs professionnels de la fonction RH que sont les étudiants de l’IGS-RH, il témoigne d’une maturité qui nous conduit très loin des imprécations trop souvent habituelles sur pareil sujet.

Mots-clés: MagRH8, ETUDE

La culture c'est ce qui reste quand on a tout oublié ...