Bienvenue Joomla   Cliquez pour écouter le texte entier Bienvenue Joomla Ecoutez en ligne cet article du MagRH

Former ou Déformer ?

L'IA au service de l'éducation ...

L'IA au service de l'éducation ...

L’émergence de l’Intelligence Artificielle modifie profondément les compétences exigées par les entreprises. Les business school doivent adapter le contenu des enseignements et la manière même d’enseigner. Eclairage avec Renaud Champion, Directeur des Nouvelles Intelligences et de l’Institut AIM (Artificial Intelligence in Management) emlyon business school.

L’IA au service des nouveaux besoins des individus
et des entreprises

Réinventer l’éducation par l’Intelligence Artificielle (IA) n’est pas une idée neuve : sans remonter très loin, un blog américain spécialisé sur l’enseignement supérieur listait déjà en 2012 les 10 révolutions éducatives induites par l’IA. Sauf que la personnalisation de l’enseignement et l’automatisation de la notation étaient encore de l’ordre de la prospective.

Il est temps de penser au présent, alors que le machine learning, l’analyse de données ou les assistants virtuels font leur apparition concrète dans les processus pédagogiques. Aux Etats-Unis, le professeur Ashok Goel a développé un assistant virtuel capable de répondre aux questions des étudiants. Son nom : Jill Watson (élémentaire, ou presque !). emlyon business school développe de son côté, dans le cadre d’un partenariat mondial signé avec IBM en janvier 2018, un assistant d’employabilité, fondé sur le Big Data : un futur « GPS des compétences », une plateforme pour anticiper les tendances en matière d’emplois et proposer de nouveaux modèles de formations et d’accompagnements.

On pourrait multiplier les exemples. Ce qui est sûr, c’est que l’IA a déjà trois conséquences : elle modifie à moyen terme les compétences exigées par les entreprises. Elle modifie le contenu des enseignements. Elle bouleverse de plus en plus la manière même d’enseigner. 

Lire la suite

Opcalia : 6 conseils pour une réussite incontournable de l’alternance en entreprise

Opcalia : 6 conseils pour une réussite incontournable de l’alternance en entreprise

Les regards sur l’alternance ont considérablement évolué – 74 % des Français ont une bonne image de l’alternance et plus de la moitié des 15-24 ans se disent prêts à intégrer une telle filière (Elabe - octobre 2017). Cela passe par l’encouragement des jeunes et des entre-prises à franchir le pas et par un engagement de l’en-semble des acteurs à la promouvoir. Opcalia s’y engage et livre, avec Solange Chappelart, Directrice Déléguée au Développement Opcalia, quelques conseils et outils, pour réussir l’alternance en entreprise.


Penser votre stratégie d'entreprise, c'est aussi penser alternance

On passe à côté du sujet si on ne prend pas en considération l’investissement que l’alternance peut représenter aussi bien pour une TPME que pour une grande entreprise.Au même titre que le capital immobilier, matériel, financier…ou autres, le capital humain est indispensable pour faire vivre votre activité : recruter des personnes que l’on va accompagner, former, qualifier, est un investissement pour votre entreprise et ne se résume pas seulement à un calcul financier. L’alternance est un des moyens pour assurer sa survie et sa pérennité, intégrer de nouvelles façons de penser, innover et s’adapter, faire évoluer les métiers,…
Au-delà des heures de formation, de nombreux outils gratuits peuvent devenir des supports non négligeables. Je prends l’exemple d’un de nos adhérents qui impose à ses jeunes une heure par jour, sur le temps de travail, l’utilisation de l’application mobile « 1001 Lettres ».
C’est un booster pour l’entreprise qui peut ainsi amener les salariés, de façon simple et ludique vers l’envie d’apprendre.

L’alternance comme source de compétitivité

Si vous prenez le temps de savoir de quelles compétences vous avez besoin, maintenant mais également dans 6 mois, l’alternance deviendra un investissement. Et pour assurer un réel retour sur investissement, il est indispensable de bien identifier et définir ses besoins, maintenant et à moyen terme.
L’étape d’après, c’est de sourcer le bon profil et de l’«onboarder » de la meilleure des manières. Cette culture n’est pas évidente pour tous, et certaines filières ne parviennent pas à recruter de jeunes en alternance alors qu’elles proposent des débouchés professionnels et des métiers assurés à la clé. C’est là que « Walt. » entre en jeu. « Walt. » est une plateforme digitale gratuite dédiée à la popularisation de l’alternance, née de l’association d’Opcalia, de l’ANAF et de 6 réseaux de CFA structurants – l’AFTRAL, Maisons famille rurales, les Compagnons du devoir, le groupe IGS, RenaSup et Talis Business School.
WALT s’articule autour de 2 outils digitaux : un Chatbot messenger de découverte et d’aide à la construction d’un projet en alternance, et la plateforme en ligne, walt. community, qui concrétise le projet du jeune, avec le CFA et l’entreprise.

Oser l’adaptéalternance en choisissant le contrat le plus adapté

L’alternance n’est pas réservée qu’aux jeunes. L’objectif de formation permet de choisir le bon contrat. Si le contrat d’apprentissage est accessible aux jeunes de moins de 29 ans, le contrat de professionnalisation peut lui se faire à tout âge et n’est pas réservé qu’aux jeunes et bas niveaux de qualification, aspect souvent négligé par les entreprises. Et depuis le 1er janvier 2019, l’alternance compte un nouveau dispositif : Pro-A, à destination des salariés en évolution professionnelle. A chaque situation, une solution alternance ! 

Comprendre la différence entre ces contrats est donc importante. C’est ce qui nous a amené à l’expliquer dès l’introduction du premier Guide du Routard de l’alternance, lancé en juin 2017 avec Hachette et l’ensemble des partenaires d’Opcalia. Ce « routard » un peu spécial accompagne les jeunes alternants et leur famille, en proposant de nombreuses informations, bons plans, infos, et outils du quotidien. Le Guide a rencontré un réel succès : plus de 26 000 exemplaires ont été diffusés, un numéro 2 sorti en 2018 sur la mobilité européenne des apprentis et une mise à jour est prévue en 2020 suite à la réforme.

Titres, diplômes, CQP ... mais aussi former vos alternants aux spécificités propres de votre entreprises

Une limite de l’apprentissage est de former des jeunes de manière trop « générique » et pas assez proche des besoins des entreprises. Certaines grandes entreprises l’ont bien compris et ont choisi d’adapter au plus près les programmes de formation à leurs besoins en formant leurs propres alternants. Cette méthode impose certains critères comme des formateurs qualifiés, un programme de formation établi etc.
Le dispositif Prodiat (une innovation 100 % Opcalia) a permis aux TPME d’accéder à ces pratiques et de rendre leur entreprise apprenante, et ainsi de redécouvrir l’alternance comme un levier de compétitivité et d’investisse-ment durable.
Bénéficier d’un programme de formation construit en lien avec le référentiel métier de l’entreprise est un véritable atout pour réussir l’intégration durable du jeune en entreprise.

Privilégier des écoles, des CFA ou des organismes de formation de qualité

Opcalia peut vous aider dans ces démarches. Nos conseillers sont au fait de ces quelques conseils à suivre : travailler avec des organismes de notoriété, les rencontrer, regarder la transparence des informations qu’ils vous donnent, échanger sur le contenu de formation… et surtout prendre en compte le suivi qu’ils proposent (carnet de suivi, visite en entreprise,…).
Ce dernier point est important car il marque la volonté de ces organismes de rester au plus près des besoins des entreprises pour adapter régulièrement leur programme et de s’assurer de l’efficience du transfert des connaissances données en termes de pratique professionnelle. Opcalia vous accompagne dans le choix du bon partenaire via son Espace formation, véritable « trip Advisor de la formation », qui sélectionne des organismes de formation via des appels d’offres pour répondre aux nouvelles obligations en matière de qualité. Plus de 17 000 formations sont référencées sur cet outil en ligne.

Former vos tuteurs et vos maîtres d’apprentissage

On peut maitriser son métier et ne pas savoir le transmettre.
Un contrat en alternance induit obligatoirement un tuteur ou un maitre d’apprentissage. Si se former à cette mission n’est pas obligatoire, il est vivement recommandé de passer par cette étape, là encore pour s’assurer du retour sur investissement de la démarche. En effet, on peut être un expert de son métier, mais « savoir transmettre » son savoir et ses connaissances n’est pas inné pour tout le monde. Ce sont les objectifs de ces formations qui, la plupart du temps, permettent de repartir avec des outils et des bonnes pratiques. Des accompagnements existent pour réussir le tutorat en entreprise : simple information ou véritables kits pratiques, la plateforme Walt.community propose « Waltcome aboard », un parcours d’intégration du jeune dans l’entreprise, qui peut conduire l’entreprise à être labélisée. Pour aller plus loin, Espace formation propose des formations tuteurs sur l’ensemble du territoire français.

Conclusion

Demain, les OPCO assureront le pilotage de l’ensemble des contrats en alternance. Une évolution qu’Opcalia a anticipé en endossant un rôle de leader de l’alternance: 80 000 alternants accompagnés et 415 CFA soutenus (40 % des CFA en France) en 2018 sur l’ensemble du territoire dont les 5 DROM. 

Lire la suite

EM Normandie : Des formations adaptées à tous les besoins et attentes

EM Normandie : Des formations adaptées à tous les besoins et attentes

Rencontre avec Sabrina Letartre, Responsable de la Formation Continue, et Christophe Yver, Directeur de la Formation Professionnelle et Continue et de l’InsIDE, ils nous en disent plus sur le positionnement de l’EM Normandie et son offre de formation à destination des entreprises et de leurs collaborateurs. 

Dans le paysage de la formation continue, comment se distingue l’EM Normandie ?

L’EM Normandie dispose de plusieurs campus à Caen, au Havre, à Paris, mais aussi à Oxford et Dublin. Nous formons plus de 4 000 étudiants sur ensemble de nos campus. Nous proposons différents formats pour répondre aux besoins et attentes des stagiaires : e-learning, présentiel ou blended. D’ailleurs, notre programme Grande École peut être totale-ment suivi en e-learning. Nous avons plus de 9 nationalités qui préparent ce diplôme depuis leur pays respectif.

Lire la suite

Innovation en formation au CNFPT

Innovation en formation au CNFPT

Denis Cristol – Directeur de l’ingénierie et des dispositifs de formation du CNFPT

Le CNFPT assure chaque année la formation de plus de 950 000 fonctionnaires publics territoriaux. La mutation pédagogique, organisationnelle, technologique engagée par tous les collaborateurs depuis 7 ans sous l'égide de son président et de son directeur général est spectaculaire. Tous les fondamentaux sont revus et questionnés pour composer une pédagogie active (acteur qui agit et ne fait pas qu’écouter), enrichie (les situations combinent une variété de méthodes pédagogiques) et inversée (la dimension numérique est utilisée en amont pour se préparer à la rencontre). Formadist (nom commercial : Syfadist) une plateforme de formation permet aux agents publics de se former à distance qu'ils soient en métropole ou dans un département d'outre-mer, en ville ou à la campagne. 

Lire la suite

Les regards sur l’alternance ont considérablement évolué – 74 % des Français ont une bonne image de l’alternance et plus de la moitié des 15-24 ans se disent prêts à intégrer une telle filière (Elabe - octobre 2017). Cela passe par l’encouragement des jeunes et des entre-prises à franchir le pas et par un engagement de l’en-semble des acteurs à la promouvoir. Opcalia s’y engage et livre, avec Solange Chappelart, Directrice Déléguée au Développement Opcalia, quelques conseils et outils, pour réussir l’alternance en entreprise.


Penser votre stratégie d'entreprise, c'est aussi penser alternance

On passe à côté du sujet si on ne prend pas en considération l’investissement que l’alternance peut représenter aussi bien pour une TPME que pour une grande entreprise.Au même titre que le capital immobilier, matériel, financier…ou autres, le capital humain est indispensable pour faire vivre votre activité : recruter des personnes que l’on va accompagner, former, qualifier, est un investissement pour votre entreprise et ne se résume pas seulement à un calcul financier. L’alternance est un des moyens pour assurer sa survie et sa pérennité, intégrer de nouvelles façons de penser, innover et s’adapter, faire évoluer les métiers,…
Au-delà des heures de formation, de nombreux outils gratuits peuvent devenir des supports non négligeables. Je prends l’exemple d’un de nos adhérents qui impose à ses jeunes une heure par jour, sur le temps de travail, l’utilisation de l’application mobile « 1001 Lettres ».
C’est un booster pour l’entreprise qui peut ainsi amener les salariés, de façon simple et ludique vers l’envie d’apprendre.

L’alternance comme source de compétitivité

Si vous prenez le temps de savoir de quelles compétences vous avez besoin, maintenant mais également dans 6 mois, l’alternance deviendra un investissement. Et pour assurer un réel retour sur investissement, il est indispensable de bien identifier et définir ses besoins, maintenant et à moyen terme.
L’étape d’après, c’est de sourcer le bon profil et de l’«onboarder » de la meilleure des manières. Cette culture n’est pas évidente pour tous, et certaines filières ne parviennent pas à recruter de jeunes en alternance alors qu’elles proposent des débouchés professionnels et des métiers assurés à la clé. C’est là que « Walt. » entre en jeu. « Walt. » est une plateforme digitale gratuite dédiée à la popularisation de l’alternance, née de l’association d’Opcalia, de l’ANAF et de 6 réseaux de CFA structurants – l’AFTRAL, Maisons famille rurales, les Compagnons du devoir, le groupe IGS, RenaSup et Talis Business School.
WALT s’articule autour de 2 outils digitaux : un Chatbot messenger de découverte et d’aide à la construction d’un projet en alternance, et la plateforme en ligne, walt. community, qui concrétise le projet du jeune, avec le CFA et l’entreprise.

Oser l’adaptéalternance en choisissant le contrat le plus adapté

L’alternance n’est pas réservée qu’aux jeunes. L’objectif de formation permet de choisir le bon contrat. Si le contrat d’apprentissage est accessible aux jeunes de moins de 29 ans, le contrat de professionnalisation peut lui se faire à tout âge et n’est pas réservé qu’aux jeunes et bas niveaux de qualification, aspect souvent négligé par les entreprises. Et depuis le 1er janvier 2019, l’alternance compte un nouveau dispositif : Pro-A, à destination des salariés en évolution professionnelle. A chaque situation, une solution alternance ! 

Comprendre la différence entre ces contrats est donc importante. C’est ce qui nous a amené à l’expliquer dès l’introduction du premier Guide du Routard de l’alternance, lancé en juin 2017 avec Hachette et l’ensemble des partenaires d’Opcalia. Ce « routard » un peu spécial accompagne les jeunes alternants et leur famille, en proposant de nombreuses informations, bons plans, infos, et outils du quotidien. Le Guide a rencontré un réel succès : plus de 26 000 exemplaires ont été diffusés, un numéro 2 sorti en 2018 sur la mobilité européenne des apprentis et une mise à jour est prévue en 2020 suite à la réforme.

Titres, diplômes, CQP ... mais aussi former vos alternants aux spécificités propres de votre entreprises

Une limite de l’apprentissage est de former des jeunes de manière trop « générique » et pas assez proche des besoins des entreprises. Certaines grandes entreprises l’ont bien compris et ont choisi d’adapter au plus près les programmes de formation à leurs besoins en formant leurs propres alternants. Cette méthode impose certains critères comme des formateurs qualifiés, un programme de formation établi etc.
Le dispositif Prodiat (une innovation 100 % Opcalia) a permis aux TPME d’accéder à ces pratiques et de rendre leur entreprise apprenante, et ainsi de redécouvrir l’alternance comme un levier de compétitivité et d’investisse-ment durable.
Bénéficier d’un programme de formation construit en lien avec le référentiel métier de l’entreprise est un véritable atout pour réussir l’intégration durable du jeune en entreprise.

Privilégier des écoles, des CFA ou des organismes de formation de qualité

Opcalia peut vous aider dans ces démarches. Nos conseillers sont au fait de ces quelques conseils à suivre : travailler avec des organismes de notoriété, les rencontrer, regarder la transparence des informations qu’ils vous donnent, échanger sur le contenu de formation… et surtout prendre en compte le suivi qu’ils proposent (carnet de suivi, visite en entreprise,…).
Ce dernier point est important car il marque la volonté de ces organismes de rester au plus près des besoins des entreprises pour adapter régulièrement leur programme et de s’assurer de l’efficience du transfert des connaissances données en termes de pratique professionnelle. Opcalia vous accompagne dans le choix du bon partenaire via son Espace formation, véritable « trip Advisor de la formation », qui sélectionne des organismes de formation via des appels d’offres pour répondre aux nouvelles obligations en matière de qualité. Plus de 17 000 formations sont référencées sur cet outil en ligne.

Former vos tuteurs et vos maîtres d’apprentissage

On peut maitriser son métier et ne pas savoir le transmettre.
Un contrat en alternance induit obligatoirement un tuteur ou un maitre d’apprentissage. Si se former à cette mission n’est pas obligatoire, il est vivement recommandé de passer par cette étape, là encore pour s’assurer du retour sur investissement de la démarche. En effet, on peut être un expert de son métier, mais « savoir transmettre » son savoir et ses connaissances n’est pas inné pour tout le monde. Ce sont les objectifs de ces formations qui, la plupart du temps, permettent de repartir avec des outils et des bonnes pratiques. Des accompagnements existent pour réussir le tutorat en entreprise : simple information ou véritables kits pratiques, la plateforme Walt.community propose « Waltcome aboard », un parcours d’intégration du jeune dans l’entreprise, qui peut conduire l’entreprise à être labélisée. Pour aller plus loin, Espace formation propose des formations tuteurs sur l’ensemble du territoire français.

Conclusion

Demain, les OPCO assureront le pilotage de l’ensemble des contrats en alternance. Une évolution qu’Opcalia a anticipé en endossant un rôle de leader de l’alternance: 80 000 alternants accompagnés et 415 CFA soutenus (40 % des CFA en France) en 2018 sur l’ensemble du territoire dont les 5 DROM. 

Une observation d’opérationnel

Depuis 2011, le Service Formation Continue de l’Université de Strasbourg (SFC Unistra) a mis en place un plan de recherche et développement ambitieux sur le E-learning. Bien que public, il est comparable à un organisme de formation privé qui développe chaque jour des contenus de formation en étant confronté au management de formateurs et aux contraintes économiques de son activité. Ces développements ont nécessité d’acquérir un grand nombre de nouvelles compétences, voire d’en créer. Ces compétences sont à la fois technologiques, pédagogiques, économiques, juridiques et marketing. En fait, tout ce qui représente la chaine de valeur de la création de formations continues à distance.

La réforme de la formation professionnelle couvre différents enjeux sociaux et économiques, dont le développement des compétences, le financement de la formation dans le cadre du CPF, la formation des jeunes ou encore le développement de la formation en alternance.  Le point avec Cyril Parlant, Avocat Expert au sein de FIDAL.

Quelles sont les grandes lignes de la réforme de la formation professionnelle ?

Elle vise à rendre le système plus efficient pour que chaque euro dépensé en formation ait son utilité et contribue au développement de l’employabilité des actifs de manière globale. Pour les entreprises, il s’agit aussi d’une réforme du système de financement. Dorénavant, les entreprises de plus de 50 salariés vont contribuer au financement de la formation dans les plus petites entreprises. Dans ce cadre, la monétisation du CPF est un autre point important soulevé par la réforme. Il a vocation à devenir un instrument du dialogue social et collectif dans les entreprises afin d’atteindre les objectifs de co-construction et de co-financement.

Rencontre avec Sabrina Letartre, Responsable de la Formation Continue, et Christophe Yver, Directeur de la Formation Professionnelle et Continue et de l’InsIDE, ils nous en disent plus sur le positionnement de l’EM Normandie et son offre de formation à destination des entreprises et de leurs collaborateurs. 

Dans le paysage de la formation continue, comment se distingue l’EM Normandie ?

L’EM Normandie dispose de plusieurs campus à Caen, au Havre, à Paris, mais aussi à Oxford et Dublin. Nous formons plus de 4 000 étudiants sur ensemble de nos campus. Nous proposons différents formats pour répondre aux besoins et attentes des stagiaires : e-learning, présentiel ou blended. D’ailleurs, notre programme Grande École peut être totale-ment suivi en e-learning. Nous avons plus de 9 nationalités qui préparent ce diplôme depuis leur pays respectif.

Rencontre avec Makram Chemangui, Directeur Executive Education & MBAs au sein d’Audencia. Il revient pour nous sur la formation continue à destination des cadres en mettant l’accent sur l’approche déployée par Audencia.

Quelques mots pour replacer Audencia dans le paysage de la formation continue des cadres ?

Audencia dispose d’une offre globale de formation continue qui s’adresse aussi bien aux entreprises (formation sur mesure) qu’aux participants. Notre portefeuille d’offres couvre tous les niveaux de l’organisation : administrateurs, dirigeants d’entreprises, entrepreneurs, managers généralistes ou spécialisés.

Un environnement économique et technologique en hyper mutation, des clients et salariés toujours plus exigeants ainsi qu’une concurrence exacerbée boule-versent le fonctionnement des entreprises. Pour main-tenir leur performance, elles doivent se différencier de leurs concurrents via des offres à haute valeur ajoutée, s’adapter et anticiper les évolutions du marché́ puis attirer et fidéliser les talents en phase avec leurs valeurs. Des défi s qui trouvent généralement leur solution dans la capacité d’innovation. Si le pari technologique semble être souvent la réponse à tous les problèmes, rares sont les leaders qui misent aussi sur l’innovation managériale, alors que c’est le véritable accélérateur d’engagement et d’intelligence collective. C’est en effet là que l’investissement et l’énergie devraient se concentrer, car la créa-tion d’une culture managériale est unique et génère de la valeur pour toute l’entreprise. Eclairage avec Thierry Nadisic.

Cliquez pour écouter le texte Faites parler le MagRH