Former ou Déformer ?

Conception : fermons nos usines à gaz !

Conception : fermons nos usines à gaz !

Son Thierry Ly

Lorsque l’on doit concevoir un module de formation digitale, la lourdeur de la gestion de projet prend parfois le pas sur la réflexion pédagogique, qui est pourtant la clé de l’engagement et de la montée en compétence des apprenants. Dans cet article, Son LY, chercheur et CEO de la startup Didask, donne trois conseils aux équipes RH/Formation pour gagner en efficacité et en agilité dans les projets de conception e-learning : réduire la quantité de contenus à créer, être plus méthodique dans la phase de design pédagogique, utiliser des outils moins techniques.

Lire la suite

Nouveaux formats, nouvelles technologies : les bénéfices pour l’apprentissage vus par les sciences cognitives

Nouveaux formats, nouvelles technologies : les bénéfices pour l’apprentissage vus par les sciences cognitives

Marie Lacroix

Aujourd’hui la formation connaît un profond renouvellement dans les outils et formats qu’elle propose. Le présentiel tend à devenir plus collaboratif et interactif, favorisant non seulement l’échange avec le formateur mais aussi de pair à pair, et mettant à profit les formats distanciels pour délivrer du contenu en amont et mettre les apprenants en action (classe inversée). Le distanciel, compatible avec plusieurs médias (smartphone, ordinateur,..), revêt des formats variés tels le e-learning, les vidéos interactives, les micro-learning ou encore les jeux sérieux. Et certains parcours intègrent même des formats comme la simulation 3D, la réalité virtuelle (VR) ou la réalité augmentée (AR). Mais qu’en dit notre cerveau ? Sur quels ressorts de la mémorisation ces " nouveaux " formats agissent-ils ?

Lire la suite

Au delà des croyances, la naissance d’un nouveau rôle

Au delà des croyances, la naissance d’un nouveau rôle

Messaoud MAHMOUD

Une nouvelle façon d’envisager la formation a émergé il y a quelques années, avec la prise en compte dans les parcours de l’affect et de l’émotion ressentis par l’apprenant qu’on nomme " l’expérience apprenant ". Inspiré par l’expérience client, l’enjeu est de concevoir la formation comme un parcours expérientiel qui va faciliter l’acquisition des savoirs et des compétences de l’apprenant dans la mesure où l’expérience en formation implique nécessairement une mise en situation de celui-ci. Autrement dit penser la formation du point de vue de celui qui apprend et non de celui qui forme. Cela est d’autant plus vrai qu’avec la réforme de la formation professionnelle, il va falloir  transformer une contrainte en opportunité avec des fonds de formation qui se réduisent. Et c’est bien là qu’intervient le digital comme arme de déploiement massif de formation des collaborateurs, permettant dans le même temps de réduire significativement les coûts du présentiel.

Lire la suite

La formation digitale pour tous

La formation digitale pour tous

Le monde de la formation étant en perpétuelle évolution, Brest Business School (BBS) a développé un modèle éducatif innovant en misant sur le digital et prenant en compte les besoins des entreprises pour les préparer aux métiers de demain. Le point avec Jean Baptiste Maurice, directeur du développement au sein de Brest Business School.

Dites-nous en plus sur l’école.

L’école a vu le jour en 1962 à l’initiative des CCI et des entrepreneurs bretons pour allier harmonieusement le monde de l’éducation supérieure et celui de l’entreprise pour répondre aux besoins de l’économie locale. Étant la seule grande école dans la région, suite au partenariat avec le groupe chinois Weidong Cloud Education, nous sommes aujourd’hui la 1re grande école franco-chinoise à l’échelle internationale. BBS est également la seule école à proposer un portefeuille de formations continues aussi complet grâce à son partenaire exclusif, le groupe Demos.

L’idée est de profiter de ces attaches pour accélérer notre développement, notamment en devenant un leader de l’éducation distancielle. À côté de cette forte croissance, nous avons à cœur de garder notre identité et de consolider nos valeurs fondamentales : l’ouverture, le défi et l’empathie.

Lire la suite

La VAE dans tous ses états

Le 17 janvier 2002, la VAE nait. Expériences, compétences et savoirs enfin réunis. La main et l’esprit. Un triomphe espéré. Mais elle se heurte vite au réel. L’enfance est difficile. Les entreprises ne prennent pas le temps d’appréhender ce nouveau dispositif. Le corps professoral est sceptique. Les jurys peinent à se mobiliser. L’adolescence est tout autant tumultueuse. La VAE est écartée des grandes réformes mais elle se bat et refuse de succomber à la diplômite aiguë, cette terrible maladie tellement française.

Le 17 janvier 2020, la VAE devient majeure. Elle fête ses 18 ans et redresse la tête. C’est aujourd’hui. C’est l’âge de tous les possibles. Et elle entend le faire savoir.

Gageons qu’elle trouve enfin la place qu’elle mérite dans ce paysage en pleine ébullition de l’éducation, la formation professionnelle et l’emploi. Il est en effet temps qu’elle soit considérée à la hauteur de ce qu’elle peut apporter : en plus d’être un autre accès à la certification, elle est porteuse de richesses insoupçonnées.

Contrairement à ce qu’on lit, la VAE n’est ni en stagnation, ni en déclin. Il se dit régulièrement que le nombre de diplômés par la VAE varie, mais les chiffres et statistiques sont incomplets. On ne connaît pas le nombre de personnes qui entreprennent chaque année une VAE (ce chiffre serait pourtant intéressant, car il indique l’intérêt que les " usagers potentiels " de la VAE portent au dispositif), ni celui des candidats qui se font accompagner…

Dès lors, comment serait-il possible de conclure ?

Retour vers le futur : la VAE est un processus qui permet d’acquérir un diplôme - le véritable diplôme, pas une copie - en faisant valoir son expérience, sans retour en formation et sans examen. On ne lui connait pas, à ce jour, d’équivalent aussi puissant.

Le parcours auquel tout candidat doit se prêter quand il se lance dans une VAE est d’une exigence absolue. Il oblige à une réflexivité, à une analyse introspective de son expérience qu’elle soit professionnelle ou non. Il permet d’acquérir une capacité à savoir identifier, nommer et valoriser ses compétences. Il amène à développer une appétence à apprendre par soi-même; il apporte confiance et estime de soi; il permet une évolution de sa posture professionnelle vers une attitude proactive; il contribue à une montée en compétences par l’analyse de son expérience et, in-fine, il apporte une augmentation de son employabilité.

Ainsi, la VAE apporte-t-elle un ensemble de richesses que l’on n’imaginait pas au départ mais que ses 18 ans d’existence ont fini par révéler.

C’est précisément ce à quoi il convient aujourd’hui de s’intéresser. Dans un monde en plein bouleversement, ces nouveaux potentiels apparaissent comme des réponses possibles aux tensions et problèmes sociaux, économiques et humains que notre société rencontre.

Le challenge consiste à libérer la VAE des lourdeurs et des préjugés dans lesquels elle est enfermée et à lui donner une véritable puissance d’action pour qu’elle devienne un outil de développement des compétences, de formation, de nouvelles voies d’apprentissage, de valorisation de l’individu autant que de soutien pédagogique comme d’aide au retour à l’emploi.

Voici quelques départs de réflexions à ce qui pourrait donner naissance à une nouvelle VAE :

En premier lieu, il conviendrait de fluidifier le système : réduire les délais de traitement, organiser plus fréquemment des jurys, développer et encadrer les pratiques d’accompagnement, mieux financer la démarche et faciliter l’accès au processus… Il serait également intéressant de réfléchir aux façons de favoriser l’ouverture du champ de la VAE à un plus large public, notamment les publics prioritaires… d’imaginer les formes nouvelles qu’elle pourrait prendre pour répondre aux enjeux d’employabilité qui sont au cœur de notre problématique contemporaine.

De nombreuses pistes sont envisageables. En voici trois :

1 - La VAE Hybride : lorsqu’une entreprise veut faire évoluer les compétences de ses salariés, son réflexe est de les envoyer en formation. Le résultat est parfois décevant.

La VAE hybride est une alternative qui consiste à proposer une VAE assortie d’un complément de formation qui permet d’acquérir les compétences nécessaires à son évolution professionnelle. Au terme du parcours, un jury neutre et souverain validera ou non le diplôme et donc la montée en compétences du salarié.

Cette VAE hybride possède plusieurs avantages :

Elle génère chez le salarié, un intérêt très fort pour son entrée en formation (et donc une grande assiduité) car elle conduit à une reconnaissance universelle qui va au-delà de l’entreprise : un diplôme

Elle propose un parcours de formation d’entreprise qui se dédouane d’une approche scolaire de sanction par l’examen et qui n’est donc ni déconnectée du terrain, ni anxiogène.

Elle a une efficacité pédagogique décuplée : apprendre en parallèle de l’analyse de son expérience passée et présente, en se projetant dans l’avenir.

2 - La VAE Express : à destination des demandeurs d’emploi, cette VAE, déclinée sous la forme d’une "expédition VAE", est une sorte de " Task Force " de trois mois vécu en groupe.

Son objectif est de redynamiser le demandeur d’emploi, de lui redonner confiance en lui permettant de développer un projet professionnel autour de la possible obtention à court terme d’une certification. Le souhait est que ces VAE se déroulent en concertation avec les certificateurs afin qu’ils anticipent l’organisation des jurys.

Il est également possible que chaque candidat se forme sur d’éventuelles lacunes identifiées (ou sur des compétences transverses) grâce à des modules de montées en compétence digitalisés (on retrouve le principe de la VAE hybride dans une approche individualisée). Des expérimentations ont déjà été conduites et ont montré que cela fonctionne.La VAE Express : à destination des demandeurs d’emploi, cette VAE, déclinée sous la forme d’une "expédition VAE", est une sorte de " Task Force " de trois mois vécu en groupe. Son objectif est de redynamiser le demandeur d’emploi, de lui redonner confiance en lui permettant de développer un projet professionnel autour de la possible obtention à court terme d’une certification. Le souhait est que ces VAE se déroulent en concertation avec les certificateurs afin qu’ils anticipent l’organisation des jurys.

3 - La VAE inversée : la VAE est considérée comme un parcours linéaire qu’on emprunte dans une seule direction : de l’expérience au diplôme.

Et si on inversait cette logique en admettant que le travail puisse lui aussi être une voie d’accès à la certification ?

Ce principe s’applique en premier lieu aux " décrochés " scolaires. Cessons de leur dire que quitter l’école est un échec et un fardeau qu’ils porteront toute leur vie. Proposons leur d’intégrer un emploi dont l’un des objectifs est de générer une expérience diplômable. Une VAE par anticipation. Reste à fédérer des entreprises capables de jouer le jeu en déployant une véritable politique de FEST, et d’encadrer ces jeunes pour que la VAE fasse dès le début partie de leur apprentissage professionnel : un parcours d’apports formatifs ponctuels, d’analyses d’expériences et d’accompagnement socio-culturel… Cocktail gagnant. Atteindre la compétence et le diplôme par le travail, en se dédouanant de la menace de l’échec scolaire. Utopique direz-vous ? Cela est déjà en cours d’expérimentation…La VAE inversée : la VAE est considérée comme un parcours linéaire qu’on emprunte dans une seule direction : de l’expérience au diplôme. Et si on inversait cette logique en admettant que le travail puisse lui aussi être une voie d’accès à la certification ?

Nous pourrions aller plus loin encore. La VAE regorge de ressources inexploitées. Pourquoi ne pas imaginer, par exemple, que cette méthode d’analyse et de réflexivité entre dans les pratiques scolaires ? L’enrichissement commence dans la conscience de la portée de chaque geste de la vie. Bien sûr, il faudra encore bien des efforts pour faire converger et mutualiser les pratiques, fédérer les esprits et faire s’unir les différents acteurs de la VAE…

Qu’attendons-nous ?

 

David Rivoire

David Rivoire a créé VAE Les 2 Rives en 2002, société spécialisée en accompagnement VAE et mise en œuvre de solutions diplômantes. Depuis 15 ans, avec son équipe, il a accompagné plus de 7000 personnes dans un process de VAE. Il crée aussi des programmes expérimentaux d’adaptation des compétences et d’accès à l’emploi pour les métiers menacés par des évolutions technologiques ou organisationnelles, en s’appuyant sur la valorisation de l’expérience individuelle et en alliant validation et formation.

  • MagRH1
  • MagRH2
  • MagRH3
  • MagRH4
  • MagRH5
  • MAgRH6
  • MagRH7
  • MAgRH7b
  • MagRH8
  • MagRH9LT
  • MagRH10
  • Vivre Ensemble

Mots-clés: FORMATiON, REFORME, COMPETENCES, PEDAGOGIE

Les articles relatifs à la formation