Former ou Déformer ?

Comment le digital met en mouvement les managers après une formation ?

Comment le digital met en mouvement les managers après une formation ?

Alexia de BernardyC’était top les exercices de feedback lors de ma dernière formation. Pourtant j’ai beaucoup de mal aujourd’hui à trouver les mots justes pour faire un vrai feedback à mon collègue. " " Et si cette technique du manager-coach apprise en atelier ne me convient plus, comment savoir si d’autres participants ont réussi à la personnaliser ? " Les participants comme les équipes en charge des formations, me partagent leur frustration de voir des ateliers bien construits, ayant généré un fort enthousiasme lors des exercices pratiques, ne pas donner de résultat sur le terrain. Le besoin recensé est de pouvoir mettre en mouvement, faire grandir les managers afin qu’ils acquièrent le réflexe d’adopter tel comportement souhaité, tel changement de posture ou de pratique une fois de retour au travail.

Lire la suite

Adaptive learning : une promesse à tenir

Adaptive learning : une promesse à tenir

Ces dernières années montrent une effervescence autour de l’Adaptive Learning et des technologies centrées sur l’utilisateur (User-centric dans la littérature anglophone). Ce mouvement va de pair avec l’émergence du big data et son usage par des algorithmes d’Intelligence Artificielle. Les articles se succèdent à ce sujet mais finalement, au niveau formation, les expériences réellement mises en place et montrant des résultats restent limitées. Notre propos ici est de comprendre le contexte dans lequel s’inscrit ce mouvement et d’en relater une expérience.

Lire la suite

La loi avenir professionnel ...

La loi avenir professionnel ...

Sophie PELICIER-LOEVENBRUCK, avocat associé, cabinet FROMONT BRIENS

La réforme de la formation professionnelle issue de la loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » met en exergue qu’en réalité l’obligation de formation qui incombe à toute entreprise employant des salariés sur le territoire français a un double objet. 

L’obligation de tout employeur de contribuer au financement de la formation professionnelle de tous les actifs au travers de la nouvelle contribution au financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage (CUFPA)

1er objet : il s’agit d’une obligation financière qui se traduit par le versement en pratique de deux contributions respectivement dédiées à la formation dite continue d’une part et à l’apprentissage d’autre part (à raison de : 0,55 % et 1% de la masse salariale brute pour les entreprises de moins et de 11 salariés et plus pour la première et de 0,68% de la MSB pour la seconde). 

Lire la suite

2020 l’année du nano-learning ?

2020 l’année du nano-learning ?

Geoffroy de Lestrange

La génération Z ou millenial représente près de 24% de la population active mondiale, obligeant les entreprises à se préparer à les intégrer dans leurs effectifs. Selon une récente étude de Pew Research Center, cette population digital native, sera plus diversifiée, formée et entreprenante que les précédentes, et elle n’aura pas peur de souligner sa singularité !

En effet, cette génération plus au fait des dernières innovations technologiques, a grandi dans une époque où les smartphones règnent et l’accès à l’information se fait via un simple bouton. Imprégnés d’innovations technologiques et habitués à l’instantanéité, les organisations ont dû repenser la façon d’intégrer ces millenial dans l’entreprise, de les motiver et former, le tout en s’assurant qu’ils réalisent leur plein potentiel.

Lire la suite

Blended learning: dans les coulisses des futures formations linguistiques

Robert Szabo

Toutes les études montrent un intérêt grandissant des Responsables Formation pour le blended learning – la combinaison entre e-learning en autonomie et travail avec un formateur. Cette modalité est particulièrement adaptée à la formation linguistique, mais elle n’est pas toujours bien exploitée. Après sa fusion avec le spécialiste du e-learning GlobalEnglish, l’organisme linguistique Learnship a entrepris de porter un regard neuf sur la formation blended, pour proposer une solution innovante – et surtout efficace.

La formation linguistique, un domaine en constante mutation

De tous les domaines de la formation, la branche linguistique est sans nulle doute celle qui a connu le plus de bouleversements ces dernières décennies. Dans les années 80 et 90, les formations en langue étaient principalement assurées en centre ou à domicile. Au tournant des années 2000, la démocratisation des Nouvelles technologies de l’information et la nécessité de rationaliser les coûts ont permis l’avènement de nombreuses plateformes linguistiques en ligne, dont les qualités techniques et ergonomiques étaient le meilleur argument contre des formateurs en langues traditionnels, jugés chers, contraignants et peu efficaces, comme le souligne A. Wickham dans son article Le formateur en langues revient par la fenêtre.

Si elle a encore de beaux jours devant elle, cette approche 100% digitale de la formation linguistique n’est pas la plus optimale. Au-delà de l’aspect ludique et innovant des plateformes e-learning, une formation solitaire trouve rapidement ses limites. Les études démontrent un taux d’engagement moindre lorsque toutes les interactions se font avec une application : la présence d’un formateur est un facteur déterminant dans l’apprentissage d’une langue.

Grâce aux progrès d’internet et du streaming, les années 2010 ont vu le retour en force des formateurs dans des programmes de formation par visioconférence. C’est en 2008 que Sushel Bijganath a fondé Learnship, l’un des premiers organismes de visio-formation en langue, avec la volonté de mettre l’accent sur la qualité des formateurs.

Pourquoi choisir entre e-learning et face-à-face ?

Formation autonome et formation avec formateur coexistent parce qu’elles répondent chacune à un besoin du marché : d’un côté, une solution déployable à grande échelle, permettant de se former en autonomie, partout, à tout moment, pour un budget très abordable ; de l’autre, le choix d’une solution plus haut-de-gamme, à la fois efficace et engageante.

Issue de ces deux modalités, la formation mixte est de plus en plus sollicitée par les Responsables L&D. Selon une étude ISTF, 71% des Responsables RH préfèrent même le blended learning à des formations 100% digitales ou présentiel. Une tendance qui se reflète dans les chiffres : en 2018, la formation mixte représentait 64% des parcours lancés, soit une augmentation de 8% par rapport à l’année précédente.

Le blended learning allie à la fois les avantages du e-learning et de la formation en face-à-face. Il apporte même une valeur ajoutée pour l’apprenant : une étude menée en 2018 par K.A. Jones conclut que dans l’ensemble, la formation mixte se traduit par une plus grande assiduité et de meilleurs résultats.

Learnship a rapidement compris l’intérêt pédagogique de proposer des formations blended. Le développement d’une nouvelle solution mixte était à une étape avancée en 2019, lorsque l’organisme a acquis GlobalEnglish, le pionnier américain de la formation linguistique en ligne.

Sur le papier, les deux organismes sont complémentaires. Learnship dispose d’une solution de formation premium en face-à-face en ligne, et GlobalEnglish d’une plateforme e-learning et d’une application mobile.

Pour tirer le meilleur parti de la fusion et créer une solution de formation mélangeant formation face-à-face, e-learning et mobile learning, l’équipe pédagogique a porté un regard neuf sur les offres blended disponibles sur le marché.

Blended ? Pas vraiment !

L’étude menée a fait ressortir quatre constats :

  1. Disparité : il existe un manque de cohérence au sein des programmes blended. Dans la plupart des formations disponibles, les contenus e-learning sont complètement déconnectés des contenus vus avec le formateur, si bien que la solution " blended " est en réalité composée de deux solutions indépendantes l’une de l’autre.
  2. Déséquilibre : dans les parcours blended étudiés, l’e-learning prend le pas sur le face-à-face Le formateur vient généralement en soutien, plus pour apporter la motivation nécessaire que pour contribuer pédagogiquement
  3. Dévalorisation : il existe une culture agressive du low-cost, au détriment de la qualité pédagogique
  4. Détachement : les organismes semblent sous-estimer l’effort nécessaire à la gestion des formateurs, tant pour le recrutement que pour leur formation continue, et sous-investissent systématiquement dans les mesures de contrôle qualité.

(Re)construire une vraie formation blended

Bien sûr, Learnship dispose d’une formation en visio, et GlobalEnglish de sa plateforme e-learning et son application mobile. Mais il y a différentes échelles de niveaux, différentes approches pédagogiques, et différents contenus. Les juxtaposer, comme la plupart des organismes de formation en langue, signifie créer une solution semblable à mille autres. Il fallait repartir de zéro. Avec un programme multiplateforme. Cohérent. Pédagogiquement fort. Et une vraie implication des formateurs.

Créer une formation blended : mode d’emploi

La première étape a consisté à analyser et capitaliser sur les forces de Learnship et GlobalEnglish : les équipes combinées de développement pédagogique forment à présent la plus grande du marché. La Classe Virtuelle est éprouvée et optimisée, et les technologies numériques disponibles – e-learning et mobile learning – permettent une approche multiplateforme de la formation linguistique. En se basant sur les études, et en exploitant les avantages de chaque technologie, il a été possible de développer une technologie innovante :

Créer une formation blended : mode d’emploi

La deuxième étape a consisté à analyser les besoins des clients. La demande était forte pour privilégier les compétences en communication d’entreprise, et c’est un parti qui a été pris, en imaginant des formations blended orientées sur quatre premières compétences professionnelles clés – qui seront complétées dans les années à venir :

Créer une formation blended : mode d’emploi

Chacune de ces quatre formations est disponible en quatre niveaux d’anglais (de débutant à avancé) avec des objectifs adaptés à chaque niveau.

La troisième étape a consisté à construire une nouvelle taxonomie des compétences : là où les approches de formation traditionnelle impliquent que la compétence est binaire (vous savez le faire ou non), le nouveau système permet une vision plus nuancée de la compétence, en la détaillant. Learnship a ainsi pu créer des parcours de quatre semaines de formation, suivies d’une session de révision.

Créer une formation blended : mode d’emploi

Enfin, chaque semaine d’étude a été subdivisée en trois modules :

Au total, ce sont plus de 160 heures de contenus inédits qui ont été créés par les équipes Learnship.

Créer une formation blended : mode d’emploi

2020 sera blended !

La création de ces nouvelles formations a nécessité de se repenser en tant qu’organisme : Learnship a élargi son équipe de production de contenus multimédias, tout en intégrant l’équipe technique de GlobalEnglish basée en Inde. Un nouvel outil de création e-learning a été développé, ainsi qu’un nouveau lecteur média, et les fonctionnalités de l’application ont été améliorées. Ces changements étaient nécessaires, parce que nous croyons, chez Learnship, que le blended learning représente l’accès à une formation plus moderne, plus efficace, plus abordable et plus engageante.

Robert Szabo

Robert Szabo est le Directeur Pédagogique, Learnship GlobalEnglish

  • MagRH1
  • MagRH2
  • MagRH3
  • MagRH4
  • MagRH5
  • MAgRH6
  • MagRH7
  • MAgRH7b
  • MagRH8
  • MagRH9LT
  • MagRH10

Mots-clés: FORMATiON, E-LEARNING, COMPETENCES, BLENDED

Les articles relatifs à la formation