Former ou Déformer ?

Neurosciences et sciences de l’éducation au service de l’innovation en formation des adultes

Neurosciences et sciences de l’éducation au service de l’innovation en formation des adultes

Neurosciences et sciences de l’éducation au service de l’innovation en formation des adultes, le cas de l’IFCAM, Université du Groupe Crédit Agricole. 

Apprendre ! Les talents du cerveau, le défi des machines de Stanislas Dehaene ; Apprendre au XXIe siècle de François Taddei; La Riposte, Ecole alternative, Neurosciences, Bonne vielles méthodes, Pour en finir avec le miroir aux alouettes de Philippe Meirieu, trois sorties littéraires de la rentrée qui montrent que pédagogie et neurosciences sont aujourd’hui au cœur des débats sur l’apprentissage et l’éducation.  

Lire la suite

De nouvelles communautés d’apprentissage

De nouvelles communautés d’apprentissage

Comme les médias pour l’information il y a 15 ans, le transfert de savoirs académiques et professionnels est transformé par de nouvelles pratiques en ligne. En particulier, on voit se constituer des communautés d’apprentissage qui, si elles n’ont rien inventé, aspirent à de nouvelles pratiques, relations et outils pour atteindre leurs objectifs de savoir ou de compétences.

Depuis l’arrivée des MOOCs, le eLearning est devenu Digital learning. Toujours en anglais, ce glissement sémantique porte peu de sens en soi, mais il est témoin de la vitesse d’obsolescence des contenus d’apprentissage depuis les MOOCs, premiers cours massifs en ligne.

Lire la suite

La loi avenir professionnel ...

La loi avenir professionnel ...

Sophie PELICIER-LOEVENBRUCK, avocat associé, cabinet FROMONT BRIENS

La réforme de la formation professionnelle issue de la loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » met en exergue qu’en réalité l’obligation de formation qui incombe à toute entreprise employant des salariés sur le territoire français a un double objet. 

L’obligation de tout employeur de contribuer au financement de la formation professionnelle de tous les actifs au travers de la nouvelle contribution au financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage (CUFPA)

1er objet : il s’agit d’une obligation financière qui se traduit par le versement en pratique de deux contributions respectivement dédiées à la formation dite continue d’une part et à l’apprentissage d’autre part (à raison de : 0,55 % et 1% de la masse salariale brute pour les entreprises de moins et de 11 salariés et plus pour la première et de 0,68% de la MSB pour la seconde). 

Lire la suite

Opcalia : 6 conseils pour une réussite incontournable de l’alternance en entreprise

Opcalia : 6 conseils pour une réussite incontournable de l’alternance en entreprise

Les regards sur l’alternance ont considérablement évolué – 74 % des Français ont une bonne image de l’alternance et plus de la moitié des 15-24 ans se disent prêts à intégrer une telle filière (Elabe - octobre 2017). Cela passe par l’encouragement des jeunes et des entre-prises à franchir le pas et par un engagement de l’en-semble des acteurs à la promouvoir. Opcalia s’y engage et livre, avec Solange Chappelart, Directrice Déléguée au Développement Opcalia, quelques conseils et outils, pour réussir l’alternance en entreprise.

Lire la suite

Repenser la formation des managers : un impératif pour rendre les organisations résilientes

L’IAE de Brest, école universitaire de management, est une composante de l’Université de Bretagne Occidentale internationalement reconnue pour son excellence scientifique dans le domaine des sciences de la Mer. L’IAE et ses chercheurs sont ainsi naturellement orientés vers le management durable et la RSE. Notre IAE déploie une large offre de formation pour répondre aux besoins des entreprises du Grand Ouest. L’IAE a orienté sa pédagogie vers la polyvalence des étudiants qui devront être capables de définir des stratégies et politiques tout en assurant un pilotage opérationnel. La moitié des cours est ainsi assurée par des cadres et consultants en activité et nos Masters, fortement professionnalisés, se réalisent en alternance sur 18 mois. 

L’identité de l’IAE de Bretagne Occidentale s’articule autour de trois éléments distinctifs :

  • L’accent mis sur les compétences transversales,
  • Le développement de compétences managériales « bleues » spécifiques et nécessaires au développement de l’Economie Bleue et plus largement adaptées au contexte socio-économique actuel de disruption et d’incertitude,
  • La double compétence : formation à la gestion de médecins, biologistes, ingénieurs, juristes…

Les compétences transversales au cœur du projet pédagogique

Le poids des compétences transversales se renforce actuellement dans la sélection des candidats au recrutement. Face au développement de l’Intelligence Artificielle qui transforme nos métiers, les capacités d’apprentissage, l’ouverture d’esprit, la curiosité, la tolérance à l’ambiguïté, les capacités de changement sont ainsi favorisées et valorisées dans nos cursus. Quelle que soit la spécialité choisie, nos étudiants reçoivent également une solide formation en management des SI pour contribuer efficacement à la digitalisation du pilotage des organisations. L’accent est également mis sur les capacités à la créativité qui sont intégrées aux cursus de formations. 

Vers un manager « bleu » ?

Le réchauffement climatique est une réalité qui appelle chacun d’entre nous et toutes les organisations à prendre leurs responsabilités. Ce risque climatique majeur exige des organisations la recherche et la transition vers de nouvelles sources de création plus respectueuses de la nature. La construction de nouveaux modèles économiques impliquera de repenser les fondements de nos outils de pilotage et de gestion. Les objectifs financiers court-termistes devront ainsi progressivement laisser la place à la recherche d’une performance plus globale et à long terme intégrant les objectifs économiques, commerciaux, humains et environnementaux. Nos futurs diplômés seront donc des managers de transition.

A la pointe bretonne, cette transition s’organise autour du monde océanique. Les océans constituent un vecteur majeur du développement durable permettant la création de nouvelles activités découlant des sciences de la Mer. Une des caractéristiques de ces activités est de se dérouler dans un univers risqué et à priori hostile à l’Homme. La valorisation de l’espace maritime a toujours nécessité un travail de nature collectif et collaboratif. Empathie et confiance mutuelle y sont de mise. La gestion des risques, les capacités à travailler en équipe, à stimuler l’intelligence collective et à faciliter la coopération seront les compétences exigées des futurs managers de cette Économie Bleue. La Mer est également un bien commun dont l’exploitation économique exige de dépasser les règles de la propriété privée, au cœur du modèle libéral. La soutenabilité et la durabilité du développement devront rapidement remplacer la simple logique de rentabilité. Brest est un espace d’innovation où scientifiques, élus et entreprises cherchent à inventer le monde économique de demain. L’IAE de Brest, au travers des échanges avec cet écosystème cherche à faire évoluer ses contenus de formation pour permettre l’émergence d’un profil managérial « bleu », apte à accompagner les entreprises vers ce nouveau monde.

De la double compétence vers la pluri-compétence

L’articulation de la préoccupation environnementale et du développement socio-économique durable induit la capacité à comprendre l’humain mais également à comprendre la nature. Sciences Humaines, Économiques et Biologiques devront être associées pour permettre de développer une performance globale, durable et soutenable. L’avenir des organisations nécessitera un socle commun de connaissances très large et une ouverture d’esprit importante. Le MBA double compétence est une prémices de la formation du futur.

Basculer vers un nouveau modèle économique c’est aussi entrer dans le monde de la disruption. La période de transition qui s’annonce nécessitera de sérieuses compétences en gestion du changement, en gestion des risques et fera des DRH des acteurs clés ayant la responsabilité d’accompagner toutes ces transformations. Ces thématiques sont d’ores et déjà intégrées dans nos formations et certains de nos diplômés sont aujourd’hui devenus des facilitateurs du changement au sein de grands groupes français (Arkéa, Vinci, Cap Gemini, Naval Group, Total, Airbus…).

Des managers pour des organisations résilientes ?

Enfin, le sujet de la capacité des entreprises et des organisations à résister à cette révolution socio-économique est aujourd’hui au cœur des sujets traités par notre Laboratoire de recherche, le LEGO (Laboratoire d’Economie et de Gestion de l’Ouest). Pourquoi certaines organisations résisteront elles mieux que d’autres à ces crises et catastrophes qui nous menacent de plus en plus souvent ?  Quel type de management adopter pour permettre aux femmes et aux hommes confrontés à ces bouleversements d’agir efficacement pour en limiter les effets négatifs ?

L’IAE de Brest se positionne ainsi résolument tant par ses orientations pédagogiques que par ses travaux de recherche, comme l’école du management de demain, soucieux d’éclairer « durablement » les futurs responsables. 

Présentation de la chaire Résilience & LeaderShip

Le travail, et avec lui son organisation et son management, se sont transformés. Dans de nombreux domaines, l’efficacité dépend de plus en plus de la prise en compte de l’imprévu, de l’incertain et de la complexité. Dans certains secteurs, par exemple le nucléaire, l’armée, l’hôpital, l’espace, désignés comme étant des « organisations hautement fiables », la capacité à absorber les chocs et à réagir est devenu l’élément clef de la performance. Cette capacité est appréhendée à travers la notion de résilience. 

C’est la perception des enjeux économiques et sociétaux liés à la résilience et l’envie des chercheurs d’en comprendre les dynamiques qui est à l’origine de la création de la chaire Résilience & LeaderShip.

Les enjeux de la résilience renvoient aux risques systémiques et sécuritaires et fédèrent toutes les parties prenantes des organisations car cela s’inscrit dans une logique de durabilité, majeure pour la survie des organisations. L’objectif des travaux est d’approfondir la résilience sous l’angle du leadership faisant ainsi écho aux problématiques organisationnelles et humaines vécues par les organisations. 

Sur le plan académique, les travaux de recherche s’inscrivent dans le courant des organisations hautement fiables (HRO) et de l’approche Sensemaking qui analysent les sources de fiabilité sous l’angle d’une fiabilité accrue où le rôle du leader est prégnant. https://www.ecole-navale.fr/chaire-resilience


Les articles relatifs à la formation