Former ou Déformer ?

La technologie nous connecte au monde, elle peut aussi nous connecter à nos émotions

La technologie nous connecte au monde, elle peut aussi nous connecter à nos émotions

Anaïs Roux

Il est rapide aujourd’hui de penser que les soft skills liées aux émotions deviennent essentielles en réaction au développement exponentiel des nouvelles technologies. Comme si on cherchait à remettre de l’humain dans ce contexte digital, comme si les deux semblaient aux antipodes et que l’un venait contrebalancer l’autre. Et si on changeait de prisme ? Et si on imaginait une technologie pouvant, au contraire, permettre la connaissance de soi et de ses émotions ?

Lire la suite

Les réseaux développementaux au service du développement des compétences des collaborateurs

Les réseaux développementaux au service du développement des compétences des collaborateurs

Bonjour à tous les deux. L’année dernière, vous avez expérimenté un dispositif pédagogique auprès d’étudiants du master " Humanités et Management ", de l’Université Paris Nanterre basé sur la théorie des " réseaux développementaux ". Pouvez-vous nous en dire plus ?

J-R H. Tout débute avec la thèse que j’ai mené à Skema de 2014 à 2017. Durant mes recherches, je découvre la théorie des  " réseaux développementaux " développée par Monica C. Higgins et Kathy E. Kram . Leur analyse les amène à considérer qu’aujourd’hui, du fait de la complexité de notre environnement, le mentorat classique, à savoir :

Lire la suite

Intégrer le digital au sein des formations. L’expérience de l’Occitane.

Intégrer le digital au sein des formations. L’expérience de l’Occitane.

L’expérience de l’Occitane

L’intégration du digital dans les formations chez l’Occitane a été un sacré défi à relever… mais chez l’Occitane, on adore les défis. En seulement 3 ans, on est passé de " rien " à une offre avancée et qualitative, notamment via l’intégration d’un LMS et l’industrialisation de la création de contenus en interne : maintenant que les bases sont posées, notre ambition pour les 3 années à venir est la mise en place d’une offre de formation innovante, diversifiée et personnalisée, en prise avec le business et le quotidien de nos collaborateurs.

Notre enjeu concernant le digital learning est triple : permettre à une population retail conséquente de se former de façon autonome en intégrant les contraintes de la technologie sur le lieu de vente, adapter nos programmes selon les problématiques locales car nous sommes une entreprise très internationale, et mettre en place une culture de l’apprentissage pour préparer nos collaborateurs aux défis du monde actuel, dans et en dehors du lieu de travail.

Lire la suite

Evoluer dans un contexte globalisé

Evoluer dans un contexte globalisé

SKEMA Business School capitalise sur une riche histoire d’innovation et sur un réseau international dynamique pour accompagner les évolutions du monde du management et des entreprises. Rencontre avec Pascale Viala, directrice du Corporate Office au sein de SKEMA Business School. Elle nous en dit plus sur l’école, son positionnement et sur les principaux sujets qui la mobilisent.

Lire la suite

Au delà des croyances, la naissance d’un nouveau rôle

Messaoud MAHMOUD

Une nouvelle façon d’envisager la formation a émergé il y a quelques années, avec la prise en compte dans les parcours de l’affect et de l’émotion ressentis par l’apprenant qu’on nomme " l’expérience apprenant ". Inspiré par l’expérience client, l’enjeu est de concevoir la formation comme un parcours expérientiel qui va faciliter l’acquisition des savoirs et des compétences de l’apprenant dans la mesure où l’expérience en formation implique nécessairement une mise en situation de celui-ci. Autrement dit penser la formation du point de vue de celui qui apprend et non de celui qui forme. Cela est d’autant plus vrai qu’avec la réforme de la formation professionnelle, il va falloir  transformer une contrainte en opportunité avec des fonds de formation qui se réduisent. Et c’est bien là qu’intervient le digital comme arme de déploiement massif de formation des collaborateurs, permettant dans le même temps de réduire significativement les coûts du présentiel.

Digital learning l’âge de la maturité ?

Dans les premières heures du digital learning, il s’est agi de digitaliser des contenus existants. C’est-à-dire un PowerPoint recraché à l’apprenant via un e-learning de 45min à 1 heure. Cela a d’ailleurs dégouté toute une génération sacrifiée à la fin des années 90 et début des années 2000. Nous avons depuis et heureusement passé cette étape avec des initiatives plus ou moins couronnées de succès ou les taux d’engagement des campagnes e-learning n’étaient pas toujours au rendez-vous, très loin de là. Très souvent cela est venu du piège dans lequel les entreprises sont souvent tombées de penser outil et technologie avant l’usage.

Selon l’étude de L’ISTF (l’institut des métiers du blended learning) en 2017, les organisations faisaient encore donc principalement appel au digital learning pour faire des économies sur leur budget de formation (à 43%) et moderniser l’image de leur structure (à 40%).

Il semble que nous passons désormais à une nouvelle ère. De plus en plus d’organisations proposent à leurs collaborateurs des expériences pédagogiques variées intégrant les codes du digital : Webinars, classe virtuel, e-learning, mobile learning…etc, dans une approche mieux intégrée également au plan de développement des compétences.

Le mythe de l’autonomie, naissance d’un nouveau rôle…

Malgré tout, une des croyances fortes du moment est que, notamment par la grâce du digital l’apprenant soit rendu complétement autonome. Certes l’apprenant est de plus en plus incité à être acteur de son parcours mais la réalité du terrain nous montre que c’est loin d’être évident. On constate que la plupart des apprenants ont besoin d’être guidés, d’avoir un référent pour apprendre. Face à ce constat un nouveau rôle ultra stratégique émerge, celui du facilitateur/animateur de la communauté apprenante. Ce rôle de facilitateur est d’autant plus important dans la formation à distance pour soutenir les efforts d’apprentissage et rompre l’isolement afin d’atteindre les objectifs pédagogiques.

La question étant comment construire une expérience apprenante, fluide, personnalisée et collaborative avec l’appui du digital learning ?

Fluidité

Très longtemps la fluidité a été le parent pauvre des parcours avec de nombreuses étapes de validation, pour accéder à son contenu, des sessions de formation sur plusieurs heures voire plusieurs jours. Il convient donc de le fluidifier au maximum par des modules très spécifiques au moment où ils en ont le plus besoin. Les éditeurs s’inspirent de plus en plus de l’UX des sites internet et notamment e-commerce. Fini les 6 ou 7 clics pour arriver à son contenu. Tout réside dans la capacité de créer des interfaces de plus en plus simples, accessibles et engageantes.

Personnalisation

Pour ce qui est du contenu personnalisé intervient la sempiternelle IA avec dans la formation l’adaptative learning qui nous est promis mais dont on est encore qu’aux prémisses en matière de solutions disponibles sur le marché. Le déploiement d’un parcours doit bien évidemment être pensé par profil, incluant la pertinence de la thématique, le niveau de connaissance sur le sujet, l’adaptation du contenu. Le digital nous permettra de plus en plus d’hyper personnaliser les parcours. S’il devait y avoir une incarnation de ce changement d’approche, ce serait du côté de l’avènement de la LXP (Learning Experience plateforme) qu’il faudrait regarder. Ces nouvelles plateformes ouvertes offrent aux apprenants des contenus de formation via une expérience personnalisée. Elles s’appuient sur l’adaptive learning avec des données issues des évaluations et des recommandations.

Collaboratif

Apprendre en mode collaboratif existait bien avant l’avènement du digital mais les solutions et outils existants permettent de s’affranchir des distances et des cloisonnements organisationnels. Avec le social learning, l’apprenant peut apprendre par ses pairs et s’enrichir de retours d’expériences. La plupart des LMS (Learning management system) incluent cette possibilité même si on remarque qu’elle est assez peu utilisée. En effet pour être efficace, cela nécessite une démarche pensée en amont et là encore d’un véritable animateur de communauté afin d’inciter à l’échange entre apprenants.

Le bon dosage et l’équilibre

Aujourd’hui ce n’est pas tant les moyens que nous avons à disposition que l’usage et leur intégration qui posent question.

Car au-delà des trois éléments cités, on peut bien sûr parler du séquençage en blocs des contenus qui permettent d’appréhender en cycle court et de mieux assimiler, de la gamification afin d’engager les apprenants, des dispositifs qui permettent l’immersion et l’interactivité comme la réalité virtuelle. Comment trouver la meilleure recette avec tous les ingrédients dont nous disposons en mettant au cœur de la conception des dispositifs l’apprenant moderne ? Les dispositifs tel que la pédagogie inversée où l’apprenant travaille en autonomie à distance, en amont d’un présentiel où il mettra à contribution les savoirs pour les transformer en savoir-faire en salle me paraît à l’heure actuelle un des modèles les plus efficaces. Cela car il propose une expérience qui respecte le rythme d’apprentissage, qu’il donne du sens aux outils digitaux mis en place et valorise l’action du formateur. C’est ce fragile équilibre pédagogique qui sera garant d’une bonne expérience apprenante.

 

Messaoud MAHMOUD

Messaoud MAHMOUD est responsable de projet pédagogiques et digitaux pour Lefebvre Sarrut

  • MagRH1
  • MagRH2
  • MagRH3
  • MagRH4
  • MagRH5
  • MAgRH6
  • MagRH7
  • MAgRH7b
  • MagRH8
  • MagRH9LT
  • MagRH10

Mots-clés: FORMATiON, E-LEARNING, APPRENTISSAGE, COLLABORATIF, DIGITAL

Les articles relatifs à la formation