Former ou Déformer ?

Blended Learning avec la Réalité Virtuelle : comment l’intégrer dans son parcours de formation ?

Blended Learning avec la Réalité Virtuelle : comment l’intégrer dans son parcours de formation ?

Dans un contexte de transformation digitale, les nouvelles technologies occupent une place de plus en importante dans le parcours de formation des employés.  Depuis peu, la Réalité Virtuelle (VR) révolutionne la façon dont les professionnels se forment, depuis leur onboarding jusqu’à l’acquisition de nouvelles compétences.

La VR permet de s’immerger complètement dans un monde virtuel interactif, grâce à un casque de Réalité Virtuelle. Ce monde virtuel peut être réalisé en 3D - à la façon d’un jeu vidéo - où en Vidéo 360° grâce à une caméra sphérique qui vient filmer l’environnement dans son ensemble. Les deux formats permettent de vivre des situations concrètes, d’apprendre et de mettre en pratique ses connaissances. Cela est possible par la réalisation de gestes métiers à l’aide des manettes ou par la progression à travers un scénario conditionnel, dont l’issue dépend des choix de l’utilisateur. De par son aspect pratique et concret, il est possible de couvrir l’ensemble des besoins métier de la plupart des secteurs d’activité : sécurité, soft skills, management, gestion de crise, industrie, vente, relation client, etc.

Lire la suite

Nos diplômés sont nos meilleurs ambassadeurs

Nos diplômés sont nos meilleurs ambassadeurs

Entretien avec Thomas Froehlicher, Doyen et Directeur Général de l’École Rennes Business School. Il nous présente son école, son positionnement et ses axes de différenciationsur un marché très concurrentiel.

Avec la globalisation du marché de l’Executive Education, quels sont vos axes de développement et vos enjeux  ?

Aujourd’hui, les politiques de recrutement dans les entreprises en France et à l’étranger sont de plus en plus tournées vers la recherche de talents qui ont une certaine ouverture sur l’internationale, une dimension multiculturelle, une capacité à travailler en mode collaboratif, un savoir-faire et un savoir-être (soft skills) … Cette multiculturalité se retrouve au sein de l’école aussi bien au niveau du corps professoral (90% de nos professeurs sont étrangers) et de nos étudiants. Et cela se retrouve aussi dans notre réseau d’Alumni composé de plus de 20 000, dont certains repartent vers leur pays d’origine à la fin de leurs études. 

Lire la suite

La transformation digitale est un voyage et non une destination

La transformation digitale est un voyage et non une destination

 

Aranud CoulonLa transformation digitale est d’abord une histoire de femmes et d’hommes ; les projets exclusivement techno centrés sont depuis longtemps synonymes d’échecs. Malgré cela, le mirage technologique continue de séduire pour qui ne veut entrer dans la complexité de ces projets de transformation. C’est l’occasion pour la DRH de se positionner en appui à un projet véritablement stratégique pour l’entreprise. C’est aussi l’occasion de concevoir et animer des projets au long cours versus les projets spot (avec impact limité).

Lire la suite

De nouvelles communautés d’apprentissage

De nouvelles communautés d’apprentissage

Comme les médias pour l’information il y a 15 ans, le transfert de savoirs académiques et professionnels est transformé par de nouvelles pratiques en ligne. En particulier, on voit se constituer des communautés d’apprentissage qui, si elles n’ont rien inventé, aspirent à de nouvelles pratiques, relations et outils pour atteindre leurs objectifs de savoir ou de compétences.

Depuis l’arrivée des MOOCs, le eLearning est devenu Digital learning. Toujours en anglais, ce glissement sémantique porte peu de sens en soi, mais il est témoin de la vitesse d’obsolescence des contenus d’apprentissage depuis les MOOCs, premiers cours massifs en ligne.

Lire la suite

Formation tout au long de la vie : redonnons le pouvoir aux collaborateurs !

 

On le sait : le monde du travail est en évolution constante. La révolution technologique entraîne de nombreux bouleversements sur les processus métiers et une mutation des besoins en compétences. Aujourd’hui, la durée de vie d’une compétence en entreprise est estimée à cinq ans et d’ici quelques années, plus d’un tiers des compétences de base qui seront souhaitées dans la plupart des professions ne sont pas encore considérées comme essentielles aujourd’hui. Ainsi, l’apport du digital transforme la formation, mais il faut aussi prendre en compte l’évolution même des collaborateurs dans leur façon d’appréhender le développement de leurs compétences, et dans leurs manières d’apprendre et de se former. 

Plus accessibles, plus collaboratifs, plus personnalisés : les apprenants sont à la recherche de processus différents mais surtout efficaces. En matière de développement des compétences, les salariés apparaissent ainsi plus ouverts que leurs DRH aux dispositifs ATAWAD (« any time, anywhere, any device »). Dans l’étude CEGOS 2018 “transformation compétences et learning” on voit en effet que lorsqu’on demande “quels seraient les moyens les plus efficaces pour développer les compétences ?”, les salariés répondent pour 47% d’entre eux : “avoir accès à des documents, vidéos ou des modules en ligne” alors que seulement 32% des RH interviewés choisissent cette réponse.  

Face à l’évolution de ces besoins et des compétences en entreprise, le Lifelong Learning (c’est-à-dire la formation tout au long de sa vie) est devenue indispensable pour pouvoir s’adapter aux nécessités du monde du travail, et les modèles pédagogiques doivent intégrer ces nouveautés avec des formats différenciants.

« Il faut actualiser son savoir en permanence pour ne pas être dépassé, […] pour conserver ce « temps d’avance » et ne pas perdre cet avantage compétitif sur le marché du travail. »

Stéphanie Pfeiffer,
Lifelong Learning Manager d’HEC Alumni.

Le Lifelong Learning est enclin à devenir la norme puisque nous nous formons déjà tous au quotidien sans même s’en rendre compte (avec les réseaux sociaux, les vidéos YouTube, etc.). Le Lifelong Learning, c’est donc aussi utiliser des formats moins institutionnels pour servir une finalité de formation : un procédé novateur que se doit de pousser l’entreprise en interne pour rendre l’apprentissage plus ludique, et adapté à chacun. En ouvrant la formation à des contenus externes en complément d’une formation présentielle ou blended, l’entreprise permet de s’adapter au temps disponible de l’apprenant, et encourage le collaborateur à être dans une démarche de découverte et de prise en main de sa formation. Seulement quelques minutes de libre ? Regardez un TED talk sur YouTube. Quelques jours devant vous pour intégrer une compétence plus approfondie ? Choisissez un MOOC et c’est parti !

Pour les entreprises, quelles opportunités ?

Cette révolution dans la façon d’apprendre dépasse les frontières de la vie personnelle. Elle bouleverse aussi la façon dont les entreprises doivent accompagner le développement des collaborateurs tout au long de leur carrière. Pour les organisations, c’est une vraie opportunité car les collaborateurs ont déjà intériorisé ces comportements inconscients dans leur quotidien. Il est alors plus facile de les encourager à se former un peu chaque jour, avec des formats qui leur sont familiers et semblent moins rigides. Si redonner le pouvoir aux apprenants avec de nouveaux formats est un réel challenge, c’est aussi un levier d’engagement des équipes : en accompagnant les collaborateurs dans leur montée en compétence, et en redonnant le l’autonomie grâce à une ouverture sur l’externe, l’entreprise prend la responsabilité de les former d’une manière différente. 

Le rôle de l’entreprise devient alors aussi celui d’accompagnateur et de guide dans la recherche de contenu de formation pertinents. C’est donc un véritable changement dans la façon d’appréhender le développement des compétences, en laissant une place plus importante à l’autonomie et la volonté du salarié, et donc à la place du self-learning en entreprise.

  

 

 

        

Mots-clés: FORMATiON, APPRENTISSAGE, COMPETENCES

Les articles relatifs à la formation