Bienvenue Joomla   Cliquez pour écouter le texte entier Bienvenue Joomla Ecoutez en ligne cet article du MagRH

Former ou Déformer ?

Innovation en formation au CNFPT

Innovation en formation au CNFPT

Denis Cristol – Directeur de l’ingénierie et des dispositifs de formation du CNFPT

Le CNFPT assure chaque année la formation de plus de 950 000 fonctionnaires publics territoriaux. La mutation pédagogique, organisationnelle, technologique engagée par tous les collaborateurs depuis 7 ans sous l'égide de son président et de son directeur général est spectaculaire. Tous les fondamentaux sont revus et questionnés pour composer une pédagogie active (acteur qui agit et ne fait pas qu’écouter), enrichie (les situations combinent une variété de méthodes pédagogiques) et inversée (la dimension numérique est utilisée en amont pour se préparer à la rencontre). Formadist (nom commercial : Syfadist) une plateforme de formation permet aux agents publics de se former à distance qu'ils soient en métropole ou dans un département d'outre-mer, en ville ou à la campagne. 

Lire la suite

Le Digital Learning : révolution ou exhumation pédagogique ?

Le Digital Learning : révolution ou exhumation pédagogique ?

 

Beaucoup présentent aujourd’hui le Digital Learning et plus largement les EdTech comme des domaines porteurs d’innovations voire d’une révolution à la fois technique et pédagogique. Outre le fait que le terme « innovation » soit désormais éculé, tant chacun est tenté d’en faire un usage immodéré voire inapproprié le vidant de son sens premier, il ne semble pas, dans les faits, qu’une révolution soit en cours.

En effet, des plateformes permettant de concevoir et de diffuser des dispositifs de formation en ligne (FOAD) ou des applications dédiées à des apprentissages ciblés existent depuis plus de quinze ans. Les plus récentes d’entre elles, certes dotées de nouvelles fonctionnalités intéressantes (notamment audiovisuelles), proposent toutefois des dispositifs généralement instructionnistes centrés sur un ou quelques « sachants » s’adressant à des « apprenants » passifs. De ce point de vue, et cela quelle que soit la pertinence de l’outil technique, on se contente souvent de reproduire ce qui se passe dans une classe, un amphithéâtre ou une salle de formation mais en changeant d’échelle : de quelques dizaines voire centaines d’apprenants on passe à plusieurs dizaine de milliers sans que le risque de la « solitude du e-learner » soit toutefois réellement considéré.

Lire la suite

Fidal Formations : Réforme de la formation professionnelle : enjeux et perspectives

Fidal Formations : Réforme de la formation professionnelle : enjeux et perspectives

La réforme de la formation professionnelle couvre différents enjeux sociaux et économiques, dont le développement des compétences, le financement de la formation dans le cadre du CPF, la formation des jeunes ou encore le développement de la formation en alternance.  Le point avec Cyril Parlant, Avocat Expert au sein de FIDAL.

Quelles sont les grandes lignes de la réforme de la formation professionnelle ?

Elle vise à rendre le système plus efficient pour que chaque euro dépensé en formation ait son utilité et contribue au développement de l’employabilité des actifs de manière globale. Pour les entreprises, il s’agit aussi d’une réforme du système de financement. Dorénavant, les entreprises de plus de 50 salariés vont contribuer au financement de la formation dans les plus petites entreprises. Dans ce cadre, la monétisation du CPF est un autre point important soulevé par la réforme. Il a vocation à devenir un instrument du dialogue social et collectif dans les entreprises afin d’atteindre les objectifs de co-construction et de co-financement.

Lire la suite

E-learning, EAD, FOD, FOAD, …. Désormais parlons F.C.A.D (Formation Continue A Distance).

E-learning, EAD, FOD, FOAD, …. Désormais parlons F.C.A.D (Formation Continue A Distance).

Une observation d’opérationnel

Depuis 2011, le Service Formation Continue de l’Université de Strasbourg (SFC Unistra) a mis en place un plan de recherche et développement ambitieux sur le E-learning. Bien que public, il est comparable à un organisme de formation privé qui développe chaque jour des contenus de formation en étant confronté au management de formateurs et aux contraintes économiques de son activité. Ces développements ont nécessité d’acquérir un grand nombre de nouvelles compétences, voire d’en créer. Ces compétences sont à la fois technologiques, pédagogiques, économiques, juridiques et marketing. En fait, tout ce qui représente la chaine de valeur de la création de formations continues à distance.

Lire la suite

Un acteur au cœur de la digitalisation de la formation et des nouvelles compétences

En bouleversant l’économie, la transformation numé-rique exige de fortes capacités d’adaptation et d’agilité, de la part des entreprises, et même des organismes de formation. Face à ces changements, la formation fournit une partie de la réponse en favorisant l’évolu-tion des compétences et des pratiques. Olivier Gauvin, Directeur Pôle Innovation Sourcing-Emploi-Formation chez Opcalia nous éclaire sur le rôle d’Opcalia dans l’accompagnement de la digitalisation.

M. Gauvin, comment les OPCO peuvent-ils accompagner, accélérer la digitalisation des entreprises ?

Non seulement nous pouvons, mais surtout nous le devons. Il est vital pour toutes les structures de s’approprier les concepts et outils liés à la digitalisation, et il y a urgence ! Dans son étude de 2015 « Transformation numérique et vie au travail », Bruno Mettling mettait déjà en évidence le rôle central de la formation professionnelle pour accompagner la trans-formation digitale des entreprises et la nécessité pour les organismes de formation de prendre la vague du numérique.

 Si la réponse doit s’adapter aux réalités de chaque entre-prise et de chaque secteur, à Opcalia nous avons en tout cas une ligne directrice : c’est par la création d’outils d’accompagnement et la réalisation d’expérimentations au plus près des préoccupations que nous aidons nos clients à engager leur transformation.

Par exemple, en termes d’outils, nous proposons aux entreprises un autodiagnostic de leur maturité numérique. Logique : en commençant par un état des lieux, on part plus facilement dans la bonne direction !  En termes d’expérimentations, Opcalia porte avec la FFP le projet « La formation digitale au service de l’employabilité et de la compétitivité » dans le cadre du PIA (Programme d’Investissement Avenir). Ce projet a pour but d’accélérer la transformation digitale des entreprises, en particulier les TPE/PME, des organismes de formation et des centres de formation d’apprentis (CFA) en Bretagne.

Au quotidien, vos interlocuteurs sont les responsables formation. Dans quelle direction leur métier évolue-t-il ?

Pour les plus touchés par la fracture numérique, le responsable formation participe bien sûr à l’accompagnement de ces changements profonds. Aujourd’hui, il ne peut plus se contenter d’une mission de « passeurs de contenus » ou de « gestionnaire de plans », il devient aussi « un manager de la performance » et est tenu de montrer l’impact de son activité sur le développement de l’entreprise. Le RH du 21ème siècle doit avoir de nouvelles aptitudes pour « suivre » la transformation : la curiosité, la veille à 360°, l’agilité et la capacité d’apprendre à apprendre, la communication/marketing,… et la capacité à contrer les problématiques de budget. C’est là qu’un outil comme Espace Formation prend tout son sens : en simplifiant l’achat de formation et la gestion administrative, il laisse le champ libre au RRH pour endosser son nouveau rôle de chef d’orchestre. Le site propose une variété de formations sélectionnées par nos soins et à tarif négocié. Cette interface permet de dématérialiser toutes les actions : recherche des formations, inscription des salariés, conventionne-ment avec les organismes, gestion des sessions jusqu’à l’évaluation des formations.

Si les RRH deviennent des « chasseurs » de tendances, que deviennent les formateurs ?

Si on l’utilise de façon adéquate, le numérique peut devenir un véritable atout pour le développement de l’apprentissage en termes de motivation, d’adéquation pédagogique et d’organisation (suivi, rythme de l’alternance, mobilité européenne). Il ne faut donc pas oublier d’embarquer les organismes de formation et les CFA/UFA (Centres et Unités de formation par apprentis-sage) dans ce monde digitalisé : ils ont un rôle primordial à tenir pour travailler sur les compé-tences de demain et permettre aux apprenants de maîtriser les outils digitaux dans leur activité. Opcalia est l’acteur idéal au regard de ces liens avec le monde de l’entreprise, de la formation et des financeurs. Que ce soit en 2017 par une enquête nationale sur la digitalisation des CFA (auprès de 1 111 CFA/UFA/SA) ou en 2018 par l’étude sur la maturité numérique des organismes de formation (108 OF répondants), nous soutenons cet élan et accompagnons ceux qui n’ont pas enclenché cette transition. En 2018, grâce au FPSPP, Opcalia a accompagné 42 organismes de formation dans leurs projets de digitalisation.

Et pour le public final, l’individu, qu’en est-il ?

Le numérique change l’accès aux sources de contenus. La connaissance et le savoir deviennent des commodités accessibles à tous. Opcalia a suivi cette logique et a développé une collection d’applications pédagogiques : des savoirs fondamentaux avec l’appli 1001 Lettres, du code de la Route avec l’appli 1001 Routes jusqu’à la familiarisation de la langue française pour les étrangers avec l’appli 1001 Connexions France. Et nous ne nous étions pas trompés : plus de 41 000 téléchargements.
Faciliter l’accès à tous à la formation et à l’emploi est notre leitmotiv chez Opcalia. Que ce soit pour redonner le goût d’apprendre, faciliter l’apprentissage, la préparation à des examens ou encore s’acculturer et découvrir de nouvelles choses, la collection des applis by Opcalia répond à notre volonté de populariser les apprentissages.

Enfin, on parle de plus en plus d’intelligence artificielle en matière de ressources humaines, quel est votre regard là-dessus ?

Je ne suis pas de ceux qui craignent l’IA. On peut imaginer qu’une de ses applications sera de piloter la gestion et l’anticipation des besoins de compétences de façon centralisée et assistée. Ces besoins prévisionnels seront alors traduits automatiquement en parcours de formation personnalisé pour chaque collabora-teur. Les collaborateurs auront alors l’occasion de s’épanouir et de se développer profession-nellement grâce à des formations adaptées à leur niveau et à leurs besoins pédagogiques, répondant à leur objectif d’employabilité et à leur métier. Il ne faut pas voir l’intelligence arti-ficielle comme quelque chose qui remplace l’humain, mais comme quelque chose qui va améliorer la qualité de contact, de service des humains aux humains, en leur permettant d’être plus présent là où la valeur ajoutée de l’humain va être la plus forte. 

Cliquez pour écouter le texte Faites parler le MagRH