Former ou Déformer ?

46e colloque de la Formation Continue à l'Université

46e colloque de la Formation Continue à l'Université

La loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel est promulguée depuis septembre 2018, les principaux décrets d’application sont entrés en vigueur et comme tous les acteurs du champ de la Formation Professionnelle, les universités sont confrontées à une obligation de bouleversements d’ampleur. Saisir les opportunités de la loi, profiter de la liberté d’agir pour positionner nos universités sur les différents marchés de la formation professionnelle est un enjeu stratégique majeur. Le 46e colloque du réseau FCU, réuni à Nice, a été l’occasion de débattre et d’échanger sur la notion de performance de la formation professionnelle.

Retour sur quelques temps forts

Lire la suite

Fidal Formations : Réforme de la formation professionnelle : enjeux et perspectives

Fidal Formations : Réforme de la formation professionnelle : enjeux et perspectives

La réforme de la formation professionnelle couvre différents enjeux sociaux et économiques, dont le développement des compétences, le financement de la formation dans le cadre du CPF, la formation des jeunes ou encore le développement de la formation en alternance.  Le point avec Cyril Parlant, Avocat Expert au sein de FIDAL.

Quelles sont les grandes lignes de la réforme de la formation professionnelle ?

Elle vise à rendre le système plus efficient pour que chaque euro dépensé en formation ait son utilité et contribue au développement de l’employabilité des actifs de manière globale. Pour les entreprises, il s’agit aussi d’une réforme du système de financement. Dorénavant, les entreprises de plus de 50 salariés vont contribuer au financement de la formation dans les plus petites entreprises. Dans ce cadre, la monétisation du CPF est un autre point important soulevé par la réforme. Il a vocation à devenir un instrument du dialogue social et collectif dans les entreprises afin d’atteindre les objectifs de co-construction et de co-financement.

Lire la suite

Neurosciences et sciences de l’éducation au service de l’innovation en formation des adultes

Neurosciences et sciences de l’éducation au service de l’innovation en formation des adultes

Neurosciences et sciences de l’éducation au service de l’innovation en formation des adultes, le cas de l’IFCAM, Université du Groupe Crédit Agricole. 

Apprendre ! Les talents du cerveau, le défi des machines de Stanislas Dehaene ; Apprendre au XXIe siècle de François Taddei; La Riposte, Ecole alternative, Neurosciences, Bonne vielles méthodes, Pour en finir avec le miroir aux alouettes de Philippe Meirieu, trois sorties littéraires de la rentrée qui montrent que pédagogie et neurosciences sont aujourd’hui au cœur des débats sur l’apprentissage et l’éducation.  

Lire la suite

La transformation digitale est un voyage et non une destination

La transformation digitale est un voyage et non une destination

 

Aranud CoulonLa transformation digitale est d’abord une histoire de femmes et d’hommes ; les projets exclusivement techno centrés sont depuis longtemps synonymes d’échecs. Malgré cela, le mirage technologique continue de séduire pour qui ne veut entrer dans la complexité de ces projets de transformation. C’est l’occasion pour la DRH de se positionner en appui à un projet véritablement stratégique pour l’entreprise. C’est aussi l’occasion de concevoir et animer des projets au long cours versus les projets spot (avec impact limité).

Lire la suite

Comment assurer la montée en compétences de ses collaborateurs et les valoriser ?

Former et valoriser ses collaborateurs sont deux enjeux fondamentaux pour les entreprises. Dans un monde où la mobilité des collaborateurs s’est développée, occuper le même poste toute une vie et réaliser sa carrière dans la même entreprise sont devenus des épiphénomènes. Cette tendance est d’autant plus vraie que les évolutions technologiques ont accéléré l’apparition et la disparition de métiers. Qui aurait pensé il y a 20 ans que les data scientists deviendraient la perle rare, qu’influenceur serait un travail à part entière et que les emplois d’hôtesse de caisse seraient menacés de disparition ? 

Cette situation induit un renouveau dans les besoins de formations et de fidélisation des collaborateurs. Elle requiert aussi une agilité accrue dans l’ingénierie de formation. Pourtant les entreprises sont souvent perdues face à la pléthore d’organismes de formation existants. Parmi ces organismes, l’université est souvent considérée, à tort, comme un mauvais choix pour assurer cette montée en compétences. Souvent perçues comme très théoriques, non adaptées à cause de leur lourdeur horaire (de 250h à 800h par an), et dispensées par des enseignants-chercheurs déconnectés des réalités du terrain, les formations universitaires sont fréquemment stéréotypées et méconnues.

Une stratégie universitaire orientée vers la formation continue

La réalité est tout autre. D’une part, le monde universitaire n’est pas resté dans sa tour d’ivoire, indifférent aux attentes des entreprises. De nombreuses universités, notamment Aix-Marseille Université, se sont lancées dans une vraie stratégie de formation tout au long de la vie. Cette stratégie a d’abord été basée sur l’écoute des partenaires du monde socioéconomique. Par exemple, les 47 parcours de licences professionnelles de l’IUT d’Aix-Marseille ont été construits avec pour finalité un ou plusieurs métiers identifiés avec les professionnels des secteurs concernés lors de conseil de perfectionnement. 

Ces licences ont ensuite été structurées autour des compétences requises pour l’exercice de ces métiers. Cette solution a eu pour effet, non seulement d’améliorer la lisibilité des formations auprès du public, mais encore d’offrir des opportunités de création de formation sur mesure pour certaines entreprises. Chaque compétence s’appuie sur des modules de formation autour de 90-120 heures entrant dans les plans de financement du Congé Personnel de Formation. 

D’autre part, les entreprises sous-estiment souvent l’importance de la diplomation pour leurs collaborateurs, qui sont sensibles à la dimension « diplôme universitaire ». Obtenir un master, un DUT ou une licence professionnelle n’est pas seulement un moyen pour monter en compétences mais une façon d’atteindre un certain accomplissement personnel si prisé dans la pyramide de Maslow.

Coupler VAE et formations courtes pour former et valoriser ses collaborateurs, deux exemples concrets.

En s’appuyant sur les opportunités offertes par la structuration en compétences et le désir de certains collaborateurs d’obtenir un diplôme universitaire, certaines entreprises comme Carrefour ou Auchan ont fait confiance à l’université et se sont lancés dans cette aventure. Avec l’aide de l’IUT d’Aix-Marseille, elles ont co-construit des parcours de formation s’appuyant sur des licences professionnelles, se concentrant sur deux domaines à forte valeur ajoutée pour la grande distribution : le management du point de vente et la logistique. Ce parcours en un an avait deux objectifs : la valorisation et la montée en compétences. D’un côté, le collaborateur devait valoriser les compétences exercées et acquises par la pratique à travers une Validation des Acquis d’Expérience. Lors de ce processus pendant lequel le collaborateur fait le bilan de l’ensemble de sa carrière et prend du recul sur les compétences qu’il a acquises, il est accompagné par un coach tout au long de l’année.

De l’autre, il montait en compétences sur des thèmes précis comme « l’utilisation des outils digitaux en rayon » ou « gérer un processus logistique dans un contexte d’urgence climatique » auxquels il n’avait jamais été formé. Ces formations ont eu lieu durant 4 séminaires de 2 jours afin de limiter leur impact sur l’activité des entreprises. Le financement a été assuré par les OPCO (anciens OPCA). La pédagogie a été adaptée, laissant place aux échanges, études de cas et pédagogies actives afin de faciliter ces échanges.

Cette aventure n’a pas été une aventure individuelle mais elle s’est déroulée en groupe. Le caractère collectif a été crucial dans la réussite des stagiaires. Réaliser un parcours de VAE est éprouvant et se retrouver en salle de cours, même en petit effectif de 10-12 apprenants, peut se révéler stressant. L’entraide et la réassurance des uns vis-à-vis des autres ont permis de dépasser ces difficultés.

Bilan et perspectives.

A l’issue de cette formation, la quarantaine de collaborateurs ayant suivi le cursus est désormais titulaire d’une licence professionnelle. Lors de la cérémonie de remise des diplômes, ces salariés ont témoigné à la fois de leur fierté d’être diplômés, et de leur reconnaissance envers leur enseigne. En entreprise, les compétences acquises à l’université ont donné pleine satisfaction. Carrefour et Auchan envisagent de relancer une nouvelle promotion. Côté IUT, l’expérience a fait des émules et d’autres licences pourraient se lancer en construisant des formations avec des partenaires. A n’en pas douter, ces nouvelles offres incorporeront une partie en distanciel à travers du e-learning, pour rendre encore plus aisée l’expérience à la fois pour les entreprises et les collaborateurs !


Les articles relatifs à la formation