Former ou Déformer ?

Ingénierie de formation et dispositifs hybrides : réussir sa transformation digitale

Ingénierie de formation et dispositifs hybrides : réussir sa transformation digitale

Aujourd’hui dans le monde de la formation, nous assistons à une transformation des dispositifs de formation traditionnels vers de nouveaux dispositifs « hybrides » intégrant de nouvelles dimensions innovantes et mêlant à la fois les modes présentiels et distanciels. 

Au sein des entreprises, pour que ces dispositifs « hybrides » soient réellement efficients et opérationnels, certains points sont essentiels. 

Lire la suite

Nouveaux formats, nouvelles technologies : les bénéfices pour l’apprentissage vus par les sciences cognitives

Nouveaux formats, nouvelles technologies : les bénéfices pour l’apprentissage vus par les sciences cognitives

Marie Lacroix

Aujourd’hui la formation connaît un profond renouvellement dans les outils et formats qu’elle propose. Le présentiel tend à devenir plus collaboratif et interactif, favorisant non seulement l’échange avec le formateur mais aussi de pair à pair, et mettant à profit les formats distanciels pour délivrer du contenu en amont et mettre les apprenants en action (classe inversée). Le distanciel, compatible avec plusieurs médias (smartphone, ordinateur,..), revêt des formats variés tels le e-learning, les vidéos interactives, les micro-learning ou encore les jeux sérieux. Et certains parcours intègrent même des formats comme la simulation 3D, la réalité virtuelle (VR) ou la réalité augmentée (AR). Mais qu’en dit notre cerveau ? Sur quels ressorts de la mémorisation ces " nouveaux " formats agissent-ils ?

Lire la suite

Le décodeur de l'offre de formation en apprentissage des Universités

Le décodeur de l'offre de formation en apprentissage des Universités

Recruter un collaborateur en provenance d’un CFA permet aux entreprises de diversifier leur recrutement et d’avoir des apprentis motivés et compétents. Le point avec Danielle Sionneau, Directrice du CFA Epure Méditerranée.

Lire la suite

Edtech - La formation vers les étoiles

Edtech - La formation vers les étoiles

Depuis le temps que nombre d’acteurs Edtech nous promettent " la révolution de l’éducation " pouvons-nous espérer qu’en 2020 nous allons trouver matière à des innovations qui soient enfin à la hauteur d’une telle promesse ?

Voilà 30 ans que les dénominations successives des modalités de formation innovantes se sont transformées, passant tour à tour de l’EAO à la FOAD, puis au e-learning pour arriver au Digital Learning.

Parallèlement, les enjeux eux aussi ont fini par pivoter.

Longtemps l’ambition incarnée par l’usage du digital a résidé dans la potentielle capacité à embarquer des apprenants présents sur une zone de chalandise toujours plus grande, en s’affranchissant des contraintes du présentiel. Il fallait alors réussir à réduire les coûts et les temps de déplacement et offrir l’accès à la connaissance pour ceux qui en sont géographiquement les plus éloignés. Cette ambition sincère et louable, a fait long feu devant les chiffres cruels des taux d’attrition des apprenants abandonnés à leur isolement sur des parcours de formation en ligne. Cet échec patenté a permis aux acteurs EdTech d’apprendre, d’expérimenter et de tirer des enseignements riches de promesses.

Lire la suite

Nos diplômés sont nos meilleurs ambassadeurs

Entretien avec Thomas Froehlicher, Doyen et Directeur Général de l’École Rennes Business School. Il nous présente son école, son positionnement et ses axes de différenciationsur un marché très concurrentiel.

Avec la globalisation du marché de l’Executive Education, quels sont vos axes de développement et vos enjeux  ?

Aujourd’hui, les politiques de recrutement dans les entreprises en France et à l’étranger sont de plus en plus tournées vers la recherche de talents qui ont une certaine ouverture sur l’internationale, une dimension multiculturelle, une capacité à travailler en mode collaboratif, un savoir-faire et un savoir-être (soft skills) … Cette multiculturalité se retrouve au sein de l’école aussi bien au niveau du corps professoral (90% de nos professeurs sont étrangers) et de nos étudiants. Et cela se retrouve aussi dans notre réseau d’Alumni composé de plus de 20 000, dont certains repartent vers leur pays d’origine à la fin de leurs études. 

Comment cela se traduit-il au niveau du « Global Employability » ?

D’abord, nos étudiants capitalisent sur notre forte présence dans le monde pour construire leur premier réseau à l’international, aussi bien sur le plan personnel que professionnel. En parallèle, à Rennes Business School, là où d’autres ont opté pour une politique multi-campus, nous avons préféré nous rassembler sur un site unique, multiculturel et cosmopolite. 

Contrairement aux idées reçues, les étudiants étrangers ne comptent pas tous commencer leur carrière professionnelle dans leur pays d’origine, exception faite peut être des étudiants chinois. Beaucoup envisagent de démarrer leur vie professionnelle en France, et notamment à Paris. Fort de ce constat, nous nous sommes dotés d’un centre de formation en « français langue étrangère » (niveau A2 / B1) pour leur donner les bases linguistiques nécessaires pour travailler en France et échanger au quotidien dans le cadre de leur fonction. 

À cela s’ajoutent des partenariats que nous avons noués avec des universités et des écoles à travers le monde et notamment avec : 

  • Insofe, une école d’ingénieurs indienne à Bangalore : nous envoyons des étudiants suivre des formations certifiantes autour de l’IA, de la data science et de la deep tech et nous recevons des élèves ingénieurs indiens pour les former sur la dimension managériale ;
  • L’université de Wuhan en Chine autour des sujets de la supply chain et de son évolution, le management des opérations … ; 
  • L’Université Caucasus de Tbilissi en Géorgie : ce partenariat nous ouvre une porte sur la Turquie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan ou encore le Kazakhstan.

Nous menons une politique active de partenariat. Récemment, nous avons identifié un nouveau partenaire à Lima, une business school triple accréditée.   

Et pour conclure, quelques mots sur votre réseau d’Alumni qui compte plus de 20 000 personnes à travers le monde …

Un diplômé de l’école est une forme de « proof of concept » ! Il nous faut donc être en capacité permanente de les accompagner même après leur sortie de l’école en termes de coaching, de mentoring et de conseil pour leur carrière. Cela passe par un accès à une offre différenciante de formations aussi bien sur le plan des contenus que des formats. Notre réseau s’est aussi constitué en clubs autour de centres d’intérêts, de secteurs, de régions géographiques … Enfin, c’est aussi un réseau très dynamique et soudé notamment à l’étranger. Et il ne faut pas oublier que nos diplômés sont nos meilleurs ambassadeurs. Il y a parmi eux de très belles réussites comme Laurent Claquin, en charge des Amériques pour Kering ; Thibaut Gemignani, CEO de Figaro Classifieds ; ainsi que des entrepreneurs accomplis comme Laurent Ritter co-fondateur de la start-up Voodoo ou encore Franck Zal, fondateur de Hemarina, diplômé de notre EMBA qui a reçu le trophée de l’entrepreneur de l’année décerné par EY.  


 

Les articles relatifs à la formation