Former ou Déformer ?

La loi avenir professionnel ...

La loi avenir professionnel ...

Sophie PELICIER-LOEVENBRUCK, avocat associé, cabinet FROMONT BRIENS

La réforme de la formation professionnelle issue de la loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » met en exergue qu’en réalité l’obligation de formation qui incombe à toute entreprise employant des salariés sur le territoire français a un double objet. 

L’obligation de tout employeur de contribuer au financement de la formation professionnelle de tous les actifs au travers de la nouvelle contribution au financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage (CUFPA)

1er objet : il s’agit d’une obligation financière qui se traduit par le versement en pratique de deux contributions respectivement dédiées à la formation dite continue d’une part et à l’apprentissage d’autre part (à raison de : 0,55 % et 1% de la masse salariale brute pour les entreprises de moins et de 11 salariés et plus pour la première et de 0,68% de la MSB pour la seconde). 

Lire la suite

Edtech - La formation vers les étoiles

Edtech - La formation vers les étoiles

Depuis le temps que nombre d’acteurs Edtech nous promettent " la révolution de l’éducation " pouvons-nous espérer qu’en 2020 nous allons trouver matière à des innovations qui soient enfin à la hauteur d’une telle promesse ?

Voilà 30 ans que les dénominations successives des modalités de formation innovantes se sont transformées, passant tour à tour de l’EAO à la FOAD, puis au e-learning pour arriver au Digital Learning.

Parallèlement, les enjeux eux aussi ont fini par pivoter.

Longtemps l’ambition incarnée par l’usage du digital a résidé dans la potentielle capacité à embarquer des apprenants présents sur une zone de chalandise toujours plus grande, en s’affranchissant des contraintes du présentiel. Il fallait alors réussir à réduire les coûts et les temps de déplacement et offrir l’accès à la connaissance pour ceux qui en sont géographiquement les plus éloignés. Cette ambition sincère et louable, a fait long feu devant les chiffres cruels des taux d’attrition des apprenants abandonnés à leur isolement sur des parcours de formation en ligne. Cet échec patenté a permis aux acteurs EdTech d’apprendre, d’expérimenter et de tirer des enseignements riches de promesses.

Lire la suite

Nos diplômés sont nos meilleurs ambassadeurs

Nos diplômés sont nos meilleurs ambassadeurs

Entretien avec Thomas Froehlicher, Doyen et Directeur Général de l’École Rennes Business School. Il nous présente son école, son positionnement et ses axes de différenciationsur un marché très concurrentiel.

Avec la globalisation du marché de l’Executive Education, quels sont vos axes de développement et vos enjeux  ?

Aujourd’hui, les politiques de recrutement dans les entreprises en France et à l’étranger sont de plus en plus tournées vers la recherche de talents qui ont une certaine ouverture sur l’internationale, une dimension multiculturelle, une capacité à travailler en mode collaboratif, un savoir-faire et un savoir-être (soft skills) … Cette multiculturalité se retrouve au sein de l’école aussi bien au niveau du corps professoral (90% de nos professeurs sont étrangers) et de nos étudiants. Et cela se retrouve aussi dans notre réseau d’Alumni composé de plus de 20 000, dont certains repartent vers leur pays d’origine à la fin de leurs études. 

Lire la suite

Devenir une entreprise apprenante... Entretien express avec Dominique PEPIN

Devenir une entreprise apprenante... Entretien express avec Dominique PEPIN

Dominique Pépin

Dominique Pépin, avant d’entrer dans le vif du sujet, pourriez vous nous résumer ce qu’est, pour vous, la politique formation du Groupe.

La politique Formation se décline sur trois axes majeurs : D’abord comment accompagner les transformations culturelles et l’évolution nécessaire du management. Ensuite comment la formation peut-elle contribuer au développement du Groupe… (développement du portefeuille client, croissance du chiffre d’affaire…) et enfin, comment offrir une meilleure expérience aux salariés, ce qui passe par une remise en cause de la RH, des responsables formation, bref, de questionner comment nous travaillons.

Lire la suite

Table ronde : Les outils sont-ils indispensables à la qualité de l’action pédagogique ?

André Perret : Messieurs, merci pour votre présence virtuelle, que pouvez-vous nous dire qui puisse nous éclairer un peu sur la nécessité de s’appuyer sur des outils pour favoriser l’efficacité d’un apprentissage ?

Denis Cristol, commençons par vous, vous êtes le Directeur de l’ingénierie et des dispositifs de formation au CNFPT, quel est votre avis ?

Denis Cristol : Nous venons de finir un ouvrage avec la directrice de la Mission Innovation du CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale) sur "L’art de la facilitation : art énergétique relationnel, espérance pour la démocratie, paru chez ESF en 2019. Nous n’utilisons pas le numérique directement pour former ou instruire mais dans l’intention d’augmenter le pouvoir d’agir des groupes par leur coalition. Nous misons d’abord sur le potentiel d’émergence d’idées et de questions puissantes des groupes. Nous avons expérimenté la force de la haute qualité des liens humains. Nous valorisons 12 éléments dans cette pratique :

  1. L’apprentissage en cercle pour placer les membres à équivalence de dignité de prise de parole,
  2. La rencontre et l’art de l’altérité qui permet d’accueillir les différences,
  3. La simplicité (pas d’écran qui fasse écran entre l’apprenant et le savoir),
  4. L’installation de temps de silence,
  5. Apprendre à se disposer mentalement et corporellement,
  6. La recherche du flux (continuité, sobriété et élégance de l’action),
  7. La vision où l’on s’accorde sur un tempo,
  8. La cofacilitation pour mélanger les énergies masculines et féminines (Yang/Yin),
  9. La pleine présence à soi et aux autres
  10. Le questionnement maïeutiques pour explorer plutôt qu’affirmer,
  11. La codécision pour être générateur du fait déclencheur d’apprentissage
  12. et enfin le coapprentissage qui produit une extraordinaire énergie d’apprendre ensemble.

Ces éléments décrivent l’art de la facilitation comme un "art de l’effacement" par lequel le formateur laisse le plus de place au groupe et dont la trace est comme un sillage imperceptible qui n’enferme personne. Ce sont les ingrédients de la qualité de l’action pédagogique identifiée. Cependant nous observons que le numérique est devenu plus qu’un outil.

C’est un contexte qui permet l’amplification de ces pratiques. Dans les actions que nous conduisons, il autorise de toucher plus de monde. Nous ne savons trop expliquer le processus mais la posture de facilitation que nous décrivons parvient à se percevoir dans les échanges en ligne et laisse imaginer qu’au-delà des MOOC que nous bâtissons, des forums sociaux que nous animons, des capsules vidéo que nous créons, il y a de véritables personnes ancrées dans le réel adoptant une posture particulière. La leçon que nous pouvons en tirer c’est qu’en matière de pédagogie rien ne passe en ligne qui ne soit étayé sur quelque chose de vécu avec un tant soit peu de cohérence, d’engagement et d’envie que tous augmentent leur pouvoir d’agir.

Hervé Borensztejn, vous avez été dirigeant d’universités d’entreprises comme celle de VIVENDI et celle de EADS/AIRBUS, Senior HR Manager chez GE, et vous êtes aujourd’hui Managing Partner pour la practice consulting chez Heidrick & Struggles. Qu’en pensez-vous ?

Il faut distinguer clairement l’acquisition des notions théoriques, et la capacité à mettre en œuvre ces notions. Toute mon expérience montre qu’un adulte apprend réellement (c’est-à-dire qu’il acquiert de nouvelles compétences qu’il peut mobiliser en situation professionnelle) quand la " nécessité de savoir " devient supérieure à la " difficulté de changer ".  Les organisations qui n’apprennent pas sont immunes au changement. La formation est bien la rencontre entre un besoin (piloté par le management) et une pédagogie (qui répond à la question : comment surmonter la difficulté de changer ?).

Pour cette raison, l’action pédagogique la plus efficiente reste la situation professionnelle. L’outil de formation (simulateur, gaming, réalité virtuelle, etc.) est un ersatz (dont on reconnaît que la qualité s’améliore régulièrement). Le dispositif de formation traditionnel (salle de cours…) est encore moins pertinent et tous les formateurs ont bien conscience que la probabilité que 12 adultes face à un formateur puissent apprendre quelque chose d’utile est finalement assez réduite.

Disons la vérité : l’usage des outils de formation permet de transmettre des éléments de formation à moindre coût, au plus grand nombre, rapidement. Et le pari de cette formation-là consiste à penser que sur la masse, il y aura bien suffisamment de personnes capables d’exécuter ce qu’on leur demande. Grand bien leur fasse. L’autre formation, celle à laquelle j’ai consacré mon temps, est fondée sur la qualité de l’interaction entre un sachant et un apprenant, des cycles essais-erreurs, du feedback et de la bienveillance, au service d’un projet engageant (on dit aujourd’hui : une raison d’être).

André Perret : J’ai comme l’impression que bien des pédagogues partagent votre avis, mais n’osent pas le dire, que ce n’est pas très politiquement correct… Jérôme Wargnier, vous êtes aussi catégorique mais dans un autre sens et en apparence …

Jérôme Wargnier : Oui…

André Perret : Oui quoi ?

Jérôme Wargnier : Oui … en apparence

Oui, tout d’abord, parce que ces outils offrent des bénéfices indéniables de deux natures.

Les premiers sont générés par l’automatisation et la fiabilisation de nombreux processus inhérents à l’action de formation (gestion, logistique, reporting …), libérant ainsi du temps pour se focaliser sur l’ingénierie des dispositifs et l’accompagnement des apprenants.

Les seconds s’expriment en termes de diffusion de la formation. Si l’on considère la vertigineuse croissance des besoins de formation, ces outils permettent enfin de toucher - à budget constant - une population considérablement plus importante, plus rapidement, tout en garantissant la cohérence des messages. Ils nous libèrent du choix douloureux entre Qualité et Quantité auquel nous condamnaient les approches exclusivement présentielles. Dans ce cas, la qualité de l’action pédagogique est évidemment conditionnée par la qualité des contenus eux-mêmes ainsi que par leur scénarisation afin d’offrir une séquence d’apprentissage opérante et complète.

Mais…et c’est là où je rejoins mon prédécesseur…

Apprendre ne se limite pas à l’acquisition de connaissances. Les algorithmes d’évaluation et de prescription de contenus (adaptive learning) permettent certes de personnaliser les apports en fonction des besoins, voire des préférences et des contraintes de chaque apprenant.  Cependant, aucun outil ne remplace l’expérimentation et l’application en situation opérationnelle, ni les échanges entre pairs, l’accompagnement d’un expert ou le feedback contextualisé et bienveillant d’un mentor ou du manager. Les outils ne peuvent jamais prétendre accompagner de manière satisfaisante la globalité du processus d’apprentissage. Si vous décidez d’apprendre à nager et que vous pensez qu’il suffit de suivre un module sur les principes théoriques de la natation, je vous conseille de ne pas trop vous éloigner du bord.

En outre, pour contribuer à la qualité de l’action pédagogique, ces outils impliquent de développer les compétences nécessaires pour en faire une exploitation performante et raisonnée. Comme tous ceux que nous avons progressivement intégrés à notre arsenal pédagogique, il faut apprendre à les maîtriser.

Enfin, gardons-nous des effets de modes et des injonctions qui pourraient nous faire inverser la fin et les moyens. De nombreuses entreprises, soucieuses de rentabiliser leur investissement, imposent à l’équipe formation un usage systématique des nouveaux outils. Alors commence une course parfois absurde à l’usage.

Nous devons multiplier par 3 le nombre d’heures de formation en e-learning ! Il faut produire des modules pour faire tourner notre nouveau  Fab Lab ! Faisons un MOOC pour moderniser notre parcours d’intégration et renforcer notre marque employeur !

Gardons à l’esprit notre mission. Les outils doivent rester un moyen maîtrisé pour concevoir et déployer des dispositifs au service de la performance de nos organisations et du développement des collaborateurs

André Perret : Merci, je rappelle que vous êtes Président d’Alberon Partrners, après avoir été le Directeur du Consulting de CrossKnowledge et l’un des fondateurs de Teach on Mars…

Jean Marie Peretti vous vouliez intervenir. Auteur de référence en RH et professeur à l’ESSEC Business School, titulaire de la chaire ESSEC de l’Innovation managériale et de l’excellence opérationnelle, entre autres, vous avez la parole :

Jean Marie Peretti : En ma qualité d’enseignant, confronté aux attentes des nouvelles générations d’apprenants d’une part et à l’évolution des connaissances et compétences à transmettre d’autre part, je suis heureux de disposer d’une boîte à outils pédagogiques qui s’enrichit sans cesse et permet le renouvellement de mon métier pour mieux remplir ma mission d’enseignant.  Parmi ces outils j’en évoquerai deux: l’utilisation des outils digitaux collaboratifs en présentiel et les outils à distance (notamment les MOOC).

L’utilisation des outils digitaux en cours améliore incontestablement la qualité pédagogique en se recentrant sur l’apprenant, dans une logique d’apprenance, en autorisant de nouveaux modes d’interactions entre les apprenants et avec l’enseignant et enfin en permettant un accès sans limite à d’innombrables sources d’information. Dans le modèle 70-20-10, 20 % des compétences acquises viennent des échanges avec d’autres et les outils digitaux favorisent cette interactivité entre apprenants et la mise en commun des connaissances.

En tant qu’enseignant je dispose aujourd’hui d’une large gamme d’outils digitaux pour enrichir mes animations en présentiel et intégrer plus d’interactivité dans mes cours. La plupart de ces outils sont gratuits et facilement maitrisable sans demander d’infrastructures lourdes. La richesse des outils disponibles m’amène à imaginer de nouvelles formes d’apprentissage pour une acquisition plus rapide et durable de connaissances et de compétences. 

Partisan du " Test and Learn ", j’ai expérimenté divers outils (avec l’aide du K-Lab de l’ESSEC) et  je suis aujourd’hui convaincu des améliorations qu’ils apportent à une pédagogie plus classique.    Bien choisis dans une offre pléthorique, les outils permettent notamment de recueillir les réponses des participants avec les outils de sondages et d’enquête, de faire ressortir des tendances, de faire avancer les échanges de façon interactive et de faire réfléchir les apprenants aux idées des autres avec les outils d’expression et de discussion, de synthétiser les idées avec les outils de représentation graphique.

Les participants découvrent à travers ces outils digitaux toute la richesse du travail collaboratif et sa contribution à l’émergence d’une intelligence collective. Cet apprentissage des pratiques collaboratives me semble aujourd’hui un apport essentiel des nouveaux outils digitaux. Les MOOC répondent à un autre besoin.

Les MOOC, gratuits et largement disponibles, permettent un élargissement du nombre d’apprenants sans limites géographiques. Lorsque nous avons élaboré avec David Autissier, le premier MOOC de la " Chaire ESSEC de Conduite du Changement ", pour diffuser les compétences de base dans un domaine à fort enjeu, nous n’avions pas prévu qu’en février 2020 nous atteindrions 30 000  apprenants. Un certain nombre d’entre eux ont d’ores et déjà certifié leur maîtrise du référentiel de compétences en conduite du changement au premier niveau (" Learner "), première étape vers les certifications au niveau " Maker " et " Leader ".  Pour ces niveaux de certification, le MOOC présente de limites et il faut s’appuyer sur des processus pédagogiques complémentaires et d’autres outils.

Les MOOC permettent de répondre à des besoins de compétences concrètes en associant des professionnels dont les témoignages enrichissent le contenu et facilitent l’assimilation des concepts. Un MOOC permet de construire une synergie entre l’apport de l’enseignant et celui du praticien gage de qualité. Ainsi, le MOOC "l’excellence opérationnelle en pratique " de notre chaire "Innovation Managériale et Excellence Opérationnelle "  bénéficie des apports des experts de deux entreprises de pointe sur le thème. Près de 5 000 apprenants ont d’ores et déjà utilisé avec profit ce MOOC.

La préparation d’un MOOC est un exercice stimulant pour l’enseignant. Il l’amène à une réflexion pédagogique approfondie qui a également des effets positifs sur sa pratique en présentiel. Le format réduit du MOOC impose une construction rigoureuse. On peut également souligner la constitution d’une communauté d’apprentissage autour d’un MOOC. Dans le cadre d’un écosystème d’apprenance, les MOOC sont des outils essentiels pour répondre aux attentes des " serial learner "   

J’aurai pu évoquer d’autres outils qui m’ont permis, me semble-t-il, d’améliorer la qualité de ma pédagogie et au bénéficie de mes étudiants pour développer plus efficacement leurs compétences.

André Perret : Messieurs, il me reste à vous remercier pour vos interventions, et je vous dis à vous revoir lors d’une prochaine table ronde au sein du MagRh…

  • MagRH1
  • MagRH2
  • MagRH3
  • MagRH4
  • MagRH5
  • MAgRH6
  • MagRH7
  • MAgRH7b
  • MagRH8
  • MagRH9LT
  • MagRH10
  • MagRH11
  • MagRH12

Mots-clés: FORMATiON, REFORME, TEMOIGNAGE

Les articles relatifs à la formation