D'autres articles sur le thème des technologies et de la transformation

Non à la gadgetisation de la fonction RH

Non à la gadgetisation de la fonction RH

En matière de mode informatique RH, un clou chasse l’autre, et nous n’avons pas fini d’installer la version 2.0 que l’on nous promet non plus le 3.0 mais le 4.0 et bientôt le 5.0… La mode du moment, l’avenir salvateur de la fonction, le nec plus ultra qui envahira nos « time line » à la rentrée (si l’on est un lecteur assidu des posts RH sur les réseaux sociaux), risque de ne plus être le BIG DATA mais le BOT. L’avenir est dans le BOT.  

Lire la suite

L’humain est l’avenir de l’IA

L’humain est l’avenir de l’IA

Les différentes annonces sur l’IA peuvent donner le tournis comme les évaluations sur l’impact de l’IA en termes d’emploi. On oscille entre une destruction massive d’emplois, dont certains très qualifiés comme juriste ou journaliste, et un effet plus modéré pouvant être en partie compensé par l’apparition de nouveaux métiers liés à l’essor de l’IA.

Cependant pour avoir échangé tout récemment avec le DRH d’une grande banque on peut s’attendre à un impact majeur qu’eux-mêmes commençait à mesurer en termes de fermeture d’agence, de remplacement de personnel bien humain par des robots de traitement des données. Son sentiment était que le véritable impact serait sensible d’ici deux à trois ans mais qu’il serait majeur.

Lire la suite

Blockchain : 3 axes sur lesquels les entreprises françaises doivent acquérir des compétences

Blockchain : 3 axes sur lesquels les entreprises françaises doivent acquérir des compétences

Face à la pénurie de talents dans le domaine de la blockchain, les entreprises se doivent de former leurs propres employés sur cette nouvelle technologie.

Régulièrement l’actualité de la blockchain revient sur le devant de la scène pour vanter de nouveaux projets innovants, parler de crypto-monnaies et bien d’autres choses. Mais le sujet reste nébuleux pour le plus grand nombre. Pour parler simplement, une blockchain est une banque de données répartie sur plusieurs ordinateurs. Elle a pour but de documenter les transactions digitales en toute sécurité. Cette technologie est populaire, et pour cause : grâce à elle, il est impossible de manipuler des données une fois qu’elles ont été saisies dans une blockchain.

Lire la suite

Philosophie et IA

Philosophie et IA

Pourquoi un philosophe s’intéresse-t-il à l’Intelligence artificielle ?

L’intelligence a toujours posé question à la philosophie, de même que la technologie qui, depuis au moins un siècle, se trouve au centre des préoccupations. La combinaison de l’intelligence et de la technologie est ainsi doublement philosophique. Des philosophes comme Aristote et Leibniz l’ont anticipé. Actuellement, les débats sur l’intelligence artificielle ont deux dimensions. La première est épistémologique : elle cherche à interroger la part « intelligente » de l’intelligence artificielle. Si la capacité pour une machine d’émuler l’intelligence humaine la rend véritablement intelligente, cette dernière caractéristique doit-elle être entendue comme une qualité, ou juste comme une capacité ? Un dispositif capable de comportements intelligents a-t-il cette qualité qu’est l’intelligence, voilà la question. La seconde dimension du débat contemporain est plus prospective et sociale. Elle interroge les conséquences humaines et civilisationnelles des évolutions actuelles du couple humain-machine, avec aussi bien le spectre d’un chômage accru et d’un remplacement du travail humain par le travail machinique, que les espoirs transhumanistes, souvent utopistes, d’une humanité régénérée par ses outils. Toutes les questions soulevées par le progrès depuis deux siècles se retrouvent dans ce débat, exacerbé par les exemples toujours plus nombreux de robotisation de certaines activités.

Lire la suite

Gestion des compétences : tout dépend de la qualité et de la quantité des données

Nous entendons de plus en plus que les compétences de demain n’existent pas encore et que de nouveaux métiers vont apparaître… mais nous oublions souvent de continuer cette analyse : en effet, les personnes qui auront ces compétences et qui feront ces métiers demain, sont pour la grande majorité déjà dans l’entreprise. Il convient donc d’accompagner les montées en compétences de ses collaborateurs pour répondre demain au besoin grandissant de planification stratégique des effectifs.

Pour réussir cette transformation dans la gestion du capital humain, les évolutions techniques semblent inéluctables. Comment concilier une bonne gestion prévisionnelle des emplois et compétences (GPEC) en s’appuyant sur des outils innovants ? Cela est-il indispensable ? Quels intérêts pouvons-nous en tirer ?

Après avoir secoué la problématique dans pas mal de directions, je me rends compte que deux éléments sont indispensables pour gérer les compétences dans l’entreprise :

  • Un volume suffisant de données est nécessaire 
  • Une bonne qualité des données est primordiale

C’est souvent la qualité des données qui manque dans un grand nombre d’entreprises. Avez-vous déjà constaté que l’outil qui rassemble les meilleurs data RH pour certaines entreprises peut finalement être LinkedIn. C’est en même temps génial et dramatique. Pour illustrer cela, l’entretien annuel est peut-être l’exemple qui fonctionne le mieux. Nombre d’entreprises réalisent encore leurs entretiens annuels sur papier. D’ailleurs, la qualité moyenne des informations collectées à cette occasion est souvent très bonne (compétences développées, appétences, mobilité, formation, …). Malgré cela, ces documents une fois complétés finissent trop souvent dans un caisson sous le bureau et lorsqu’il y en a trop on les met à la poubelle pour faire de la place. Dans le meilleur des cas, quelqu’un les aura scanné et enregistré sur un drive, mieux encore dans un SIRH.

Pour autant, après avoir appris lors de l’entretien annuel de Michel qu’il ne cesse de monter en compétence sur un sujet précis et pourrait passer manager ; qu’il voudrait quitter la région parisienne et aller vivre à Nantes. Ne demandez pas à son entreprise de faire le rapprochement avec une offre de mobilité interne à Nantes pour un poste de manager avec les compétences que Michel ne cesse de développer !!

Une fois ce constat fait, nous n’avons pas tellement avancé. Mais au moins, nous commençons à comprendre, comme une évidence, que l’intelligence artificielle pourrait nous donner un coup de main sur le sujet. Et nous voyons d’ailleurs se développer plusieurs entreprises se présentant comme des assistants RH. Leur rôle ne sera pas de supprimer la fonction RH, bien au contraire, mais bien d’automatiser les tâches qui n’ont pas de valeur ajoutée pour permettre aux équipes RH et managériale de se concentrer sur la partie de leur métier ayant une forte valeur ajoutée. 

On ne peut pas parler de GPEC et Strategic Workforce Planning sans parler de cartographie des compétences. Oups, je viens de jeter un pavé dans la marre et j’en suis navré. Néanmoins, ça suffit, il va enfin falloir faire quelque chose de ces cartographies et référentiels de compétences et/ou de métiers. Ici aussi, la qualité des informations que nous y retrouvons est plutôt très bonne mais ces informations ne sont pas accessibles et encore moins utilisables.

Pour en avoir vu un certain nombre, il se dégage une tendance à faire au même format ces cartographies dans des tableaux Excel. Deux à trois niveaux de profondeur réalisé par métier. Nous allons retrouver un onglet pour le Marketing, pour le Sales, ou encore pour la Project Management. Puis chaque onglet va présenter différents métiers, auxquels vont être associés des macro-compétences et parfois des micro-compétences. Il n’est pas rare de retrouver une compétence dans différents onglets et c’est donc comme si nous avions créé trois fois cette compétence ou pour être plus clair trois compétences différentes. A l’heure où nous parlons de compétences transverses, il est impossible de les piloter avec ce type de cartographie des compétences. La technologie rend possible le pilotage dynamique des cartographies des compétences. Nous l’expérimentons avec nos clients à qui nous apportons un outil pour piloter dynamiquement leurs compétences. Nous organisons les compétences dans des graphes et pouvons donc connecter une compétence à plusieurs compétences « parents » ou métiers afférents. Cela est une véritable révolution dans la gestion de compétences. Deux intérêts immédiats :

  1. Une personne qui souhaite renseigner ses compétences peut alors se voir suggérer des compétences qu’elle semble avoir développé sur la base d’une compétence déclarée ou d’une description d’une expérience.
  2. Lorsque vous recherchez une personne ayant une ou des compétences, vous détecter des personnes ayant un potentiel car ayant de nombreuses compétences connexes aux compétences recherchées.

J’aime bien rappeler que la technologie doit servir l’humain ! Cela est particulièrement vrai dans le domaine RH. Finalement la clef est certainement de connaître ses collaborateurs, connaître leurs compétences. Je vous laisse simplement imaginer ce que cela donne quand vous ajoutez dans ce type d’outils les appétences, les parcours de carrière, les formations possibles pour y parvenir, etc. La technologie révolutionne la fonction RH et n’a pas fini de le faire. N’attendez plus pour connaître vos collaborateurs, vous n’imaginez pas à quel point vous allez ré-enchanter leur carrière 

Mots-clés: START-UP, LabRH, COMPETENCES, MagRH5, cartographie

Transformation numérique, technologies, intelligence artificielle ...