Tous compétents ?

La formation, premier atout pour accroître l’efficacité globale de l’entreprise

La formation, premier atout pour accroître l’efficacité globale de l’entreprise

Jean-Luc MOLINS, Secrétaire national de l’UGICT-CGT

Au carrefour de tous les enjeux économiques, sociaux, et environnementaux, la formation est aussi l’enjeu central de la révolution numérique. Il est nécessaire de la repenser sur le plan quantitatif et qualitatif. Sa fréquence, sa forme, son contenu doivent être réexaminés en fonction des besoins dans un principe de hausse du niveau de qualification et de meilleure reconnaissance. 

Lire la suite

Mooc de l’année…

Mooc de l’année…

Le 30 janvier dernier, André Perret représentant le Mag RH partenaire de l’événement remettait le prix du Mooc de l’année conçu par une entreprise ou une organisation à l’Institut National de la consommation. Souvent connu pour ses publications comme 60 millions de consommateurs, cet Institut se voyait récompensé pour un Mooc sur la pédagogie des risques liés aux données personnelles sur internet. D’ailleurs André Perret n’a pas hésité à demander dans son mot préalable que ce Mooc soit labélisé « d’intérêt public  ».

Le MOOC « Le consommateur connecté et ses données personnelles  » de l’Institut National de la consommation élu Meilleur MOOC conçu par une organisation en 2018. #Moocoftheyear.

« Le consommateur connecté & ses données personnelles  » a reçu le prix du meilleur MOOC conçu par une organisation en 2018 par Mymooc (leader européen dans le référencement de la formation en ligne), hier soir lors de la remise des prix du « Mooc of the the year  ». L’INC remercie le Jury composé de professionnels du monde de l’entreprise, du milieu universitaire et d’experts de la formation en ligne. Ce prix récompense le travail collectif des experts de l’INC et de ses partenaires à travers cet outil pédagogique innovant, mais aussi la forte adhésion du grand public (7700 inscrits) autour des enjeux de la protection des données personnelles dans les activités numériques et plus largement de la cybersécurité.

Lire la suite

Et si les compétences entrepreneuriales construisaient une nouvelle employabilité ?

Et si les compétences entrepreneuriales construisaient une nouvelle employabilité ?

Sylvie Merran Ifrah, We Are Blue Moon. Spécialiste dans l’accompagnement du rebond entrepreneurial, Sylvie a passé plus de 15 ans dans le marketing et la communication, exercées aussi bien pour des grands groupes (Lafarge, CarteBleue Visa, DuPont de Nemours, Natixis, Ayming), que pour de petites structures innovantes dans différents secteurs. Elle s’appuie sur les outils de l’Intelligence Projective pour la conduite du changement et du Marketing pour la conception et le déploiement de plans d’actions pragmatiques.

L’entrepreneuriat revêt de nombreuses réalités : freelance, autoentrepreneur, entreprise individuelle mais aussi associés, dirigeants de startup innovantes, créateur d’entreprise de services… Et mobilisent de nombreuses aptitudes du fait de ces différences. Si Etre entrepreneur représente plutôt dans l’imaginaire collectif et professionnel un ensemble d’aptitudes, on ne naît pas seulement entrepreneur, on le devient grâce à un ensemble de compétences, « pas si soft que cela », des compétences plutôt techniques et éprouvées qui sont aujourd’hui organisées en référentiels et sont enseignées dans des cursus spécialisés. Pourtant, l’entrepreneur en France n’est pas aussi facilement accepté dans l’entreprise s’il voulait redevenir salarié, alors qu’aux Etats-Unis, on assiste à une survalorisation de son parcours. Comme aux Etats Unis, le salariat pourrait devenir un rebond possible pour l’entrepreneur en France, car après avoir dépassé craintes et fantasmes, il est temps d’envisager les compétences entrepreneuriales comme un socle fondateur d’une nouvelle employabilité. 

Lire la suite

Tranches de vie : La compétence, une approche qui se décline au quotidien...

Tranches de vie : La compétence, une approche qui se décline au quotidien...

En racontant des histoires vécues, Guy Jayne illustre une dynamique qui conduit à la réussite. Regroupées dans un livre, elles s’adressent à tous ceux qui sont concernés par la sortie de crise. Guy Jayne nous invite avec ces 5 tranches de vie à faire un pari sur l’Homme et ses potentialités, à se donner les moyens de le gagner par la mise en œuvre de la logique compétence...

Guy Jayne, en tant qu’opérationnel et animateur dans la métallurgie et la sidérurgie, a été un acteur de la mise en œuvre de ce nouveau type de management qu’est la démarche compétence. En France, en Europe et sur d’autres continents, il a transmis son expérience à de nombreuses entreprises qui se sont inspirées de cette dynamique. Il a présenté celle-ci dans son livre : « organisation et logique compétence » (Les Editions de l’Atelier, 2012)

Lire la suite

L’apprentissage : une voie royale de l’acquisition de compétences

Sylvie Brunet, Présidente de la commission Travail & Emploi du CESE

Muriel Pénicaud, Ministre du Travail a lancé le 21 février la saison 2 de la campagne #Démarre Ta Story : une campagne faite par les apprentis pour les apprentis !

La saison 2 repose sur un concept inédit car le ministère du Travail a confié les clés d’une campagne de communication en faveur de l’apprentissage, à trois apprentis. À bord d’un van aux couleurs de cette campagne, ils sillonnent la France pour recueillir des témoignages d’apprentis (les « stories  ») qui sont diffusés sur les réseaux sociaux et servent d’exemples à d’autres jeunes qui ne connaissent pas forcément cette voie.

Dans le même temps la ministre du Travail a annoncé les excellents chiffres de l’apprentissage pour 2018 puisque le nombre de contrats signés a progressé de 7,7 % pour frôler les 318 000. La ministre a également rappelé que « Le nombre de jeunes qui demandent à s’orienter vers l’apprentissage en troisième a augmenté de 40 % …preuve d’un début de changement culturel visé par la réforme de 2018  ».

La ministre a annoncé l’ouverture des premières classes prépa-apprentissages. Elles permettront à 28 000 jeunes vulnérables d’envisager un parcours d’apprenti et de construire leur avenir professionnel. 

Les Prépa-apprentissages sont un « sas  » permettant aux jeunes en « rupture de ban  » d’accéder à un parcours d’apprentissage par un accompagnement sécurisant. Les projets lauréats proposeront aux jeunes peu qualifiés des activités et des parcours leur permettant de :

  • découvrir des métiers, mûrir leur projet professionnel, pour choisir leur voie ;
  • consolider leurs compétences de base et leurs savoir-être professionnels ;
  • faciliter la signature d’un contrat d’apprentissage 

« L’apprentissage est une voie de passion, d’excellence et d’autonomie. L’intégration dans le monde professionnel des jeunes, en particulier les plus vulnérables, est un enjeu de premier plan pour leur réussite future  », dixit Muriel Pénicaud.

Pour ma part, chargée par la ministre de diriger le comité de sélection, j’ai pu déclarer : « La concertation menée en amont de la réforme de l’apprentissage a fait émerger de manière unanime le besoin de préparation des jeunes à l’apprentissage. Je suis heureuse qu’une réponse leur soit apportée aujourd’hui.  ». 

Le comité de sélection a retenu une vingtaine de projets portés par 150 CFA qui offriront 28 000 places à des jeunes issus de 430 Quartiers Politique de la Ville qu’ils couvrent.

Voici quelques verbatims de ces jeunes :

« Avant cette transition, j’étais quelqu’un d’asocial et manquant de sérieux. Pourtant, j’avais de bons résultats scolaires. Etre considérée comme une adulte dès ma rentrée au CFA Stephenson m’a beaucoup aidée. En entreprise, j’ai dû travailler sur la communication et le travail en équipe. Me retrouver face à des personnes différentes chaque jour m’a permis d’être plus ouverte. J’ai compris que le respect était la chose la plus importante avant d’entreprendre une discussion avec quiconque  ». Océane, en 2ème année de CAP Commerce au CFA Stephenson.

« Au CFA du BTP de Saint Benoit, nous pensons que l’échec n’est pas une fatalité. Même quand un apprenti rompt son contrat de travail avec l’entreprise qui l’a embauché. Ou quand un jeune, un peu paumé, vient nous voir pour se réorienter. C’est pour eux que nous avons créé différents programmes. La « prépa apprentissage  » viendra compléter notre offre et sera un cordon ombilical pour sécuriser nos pré apprentis  ». Sébastien, enseignant au CFA du BTP de Saint Benoit,Poitiers.

Des places dans ces « prépas apprentissage  » seront disponibles sur tout le territoire français et permettront de donner aux futurs apprentis les connaissances et les compétences requises pour travailler en entreprise et réussir. Elles sont financées par le Plan d’Investissement dans les Compétences dont le déploiement a été confié à Jean-Marie Marx, Haut-Commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi. De nouveaux projets peuvent être soumis jusqu’au 15 mai 2019.

Lancées à titre expérimental dans un souci de rapidité et d’efficacité, les Prépa apprentissages seront pérennisées à la rentrée scolaire 2020 conformément à la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018. Elles se substitueront au programme DIMA (Dispositif d’initiation aux métiers en alternance). 

  

 

 

        

Mots-clés: FORMATiON, REFORME, APPRENTISSAGE, COMPETENCES, MagRH5, cartographie, GPEC

Les articles relatifs au management des compétences et des talents