Bienvenue Joomla   Cliquez pour écouter le texte entier Bienvenue Joomla Ecoutez en ligne cet article du MagRH

Pour une meilleure qualité de vie au travail ...

La qualité de vie au travail : pourquoi le collectif de travail est incontournable ?

La qualité de vie au travail : pourquoi le collectif de travail est incontournable ?

Karen Demaison, Consultante RH & facilitatrice, spécialiste de la Qualité de Vie au Travail, Karen cumule 10 ans d’expérience dans la formation et le conseil en organisation avant de se tourner vers la fonction RH en 2006, Responsable RH chez Altran, à la Mutuelle Générale de la Police et chez Enercoop. Lors de sa dernière expérience de Responsable

Dans une majorité d’entreprises, la qualité de vie au travail est vue sous l’angle de services au salarié (conciergerie, espace de détente et de sieste, ateliers sportifs pendant la pause méridienne, massages, petits déjeuners bio, etc…). Certes, ces services sont appréciables mais font partie des dispositifs périphériques du travail et n’adressent pas les vrais enjeux de la qualité de vie au travail.

Et, si la qualité de vie au travail dépendait de la création et de l’animation de collectifs en lien avec des valeurs humaines fortes, vraiment mises en place et non affichées ?

Lire la suite

Et le sport dans tout cela ?

Et le sport dans tout cela ?

Par Bruno MILLION-BRODAZ, Associé Consulting 4 change et Sébastien BEQUART, GYMLIB

Sébastien Bequart est l’un des co-fondateurs de Gymlib. Formé en école de commerce, et après plusieurs années passées en tant qu’auditeur chez Deloitte, Sébastien Bequart dresse avec son collègue de l’époque Mohamed Tazi le même constat : le quotidien rend complexe la pratique d’une activité sportive régulière. En 2013, ils décident de créer Gymlib. 

En quoi la pratique sportive en entreprise peut avoir un impact positif sur la qualité de vie au travail  ?

Le sport c’est l’école de la vie dit Aimé Jacquet. La pratique sportive en entreprise facilite les interactions et permet un juste équilibre vie personnelle / vie professionnelle. C’est un puissant ciment qui crée du lien et décloisonne les organisations en mélangeant générations, hiérarchies et services.

Lire la suite

La prévention cardio-vasculaire au coeur de l'entreprise

La prévention cardio-vasculaire au coeur de l'entreprise

Professeur Bernard PIERRE, Cardiologue Faculté de médecine Lyon-Sud / Charles Mérieux

En France, la mortalité de cause cardiovasculaire (CV) a été réduite de façon spectaculaire lors des dernières décennies (de l’ordre de 50 %). De ce fait, depuis 2004, chez l’homme (mais non pas encore chez la femme), la mortalité par maladies cardiovasculaires est passée au second rang derrière celle liée aux maladies cancéreuses. Les études nous montrent que cette baisse de mortalité CV est bien sûr le fait d’une prise en charge de plus en plus performante des maladies CV une fois constituées mais, plus encore, d’une meilleure prévention de celles-ci.

Cependant, il reste beaucoup à faire ! En effet si l’espérance de vie moyenne en France à la naissance est parmi les plus hautes du monde (79,5 ans pour l’homme, 85,3 pour la femme), l’espérance de vie en bonne santé (63 ans pour l’homme, 65 pour la femme) est notoirement moins bonne que dans de nombreux pays européens (chiffres  2018). Les experts considèrent que cela est le fait d’une médecine française essentiellement curative et trop peu axée sur la prévention.

Lire la suite

A la recherche d’une nouvelle norme « socioéconomique »

A la recherche d’une nouvelle norme « socioéconomique »

Par Victor WAKNINE, président-fondateur, Mozart Consulting

Trouver une norme commune de performance satisfaisante pour toutes les parties prenantes

L’opposition de deux vouloirs

Notre système est dominé par la financiarisation de l’économie, dont le but est la génération de flux de trésorerie positifs avec des taux de liquidité et de rentabilité maximums. Ses acteurs les plus emblématiques, comme les fonds d’investissements et les hedges funds, investissent de plus en plus et dans tous les secteurs. Ils détiennent par exemple 50 % du CAC 40, et cette part augmentera inexorablement au détriment d’investisseurs éponymes, des fonds institutionnels et d’entrepreneurs individuels. Leur stratégie, qui vise le court terme, est aux antipodes d’un capitalisme vertueux basé sur l’investissement moyen et long terme, et modifie profondément un cycle économique.

Lire la suite

C'est moi le patron

 

Par Nolwenn Anier, Docteure en psychologie et directrice du Pôle Recherche chez Moodwork

Imaginez : vous êtes devant une montagne et votre objectif est de la gravir. Vous vous demandez sûrement si vous allez y arriver. Vos capacités objectives à réaliser cette action sont difficiles à évaluer, à moins d’avoir gravi cette montagne auparavant. La vraie question est donc : comment percevez-vous vos capacités ?

Eh oui ! Si vous êtes convaincu que vous n’avez pas les aptitudes nécessaires pour grimper sur une telle distance, vous entamerez une action que vous estimez vouée à l’échec. Il y a donc plus de chances que vous échouiez réellement. En effet, vous serez stressé et aborderez donc les potentielles difficultés comme découlant de vos aptitudes insuffisantes.

En d’autres termes, penser que nos aptitudes sont insuffisantes pour mener une action s’associe à un risque plus élevé d’échec. Tiens, parlons des aptitudes justement …

Une aptitude est définie comme « une habileté naturelle à réaliser une action ». Naturelle. C’est-à-dire sans aucune possibilité de contrôle ou de modification. Penser que l’on n’a pas les aptitudes suffisantes pour réaliser une action, cela revient donc à penser qu’on ne les aura jamais. Déprimant, non ?

Cette idée de l’existence de caractéristiques naturelles chez les êtres humains, nous la partageons tous ! Qui n’a jamais fait état de ses facultés naturelles pour le bricolage, le sport, la prise de parole en public et autres ? « J’ai toujours été doué pour le basket ! » … Toujours ? Vraiment ? Il y a fort à parier que ce ne soit pas réellement le cas. La plupart des chercheurs s’accordent en effet sur le fait que nos capacités sont caractérisées à la fois par une part d’inné (de « naturel » donc), et une part d’acquis (liée aux efforts que nous avons fournis). Pour chacune de nos « aptitudes », nous avons donc une marge de manœuvre qui nous permet de contrôler notre performance.

Maintenant, revenons à notre montagne. Que se passera-t-il si jamais le « déficit d’aptitudes naturelles » se transforme en « contrôle de notre performance » ? Ça risque de radicalement changer la manière dont vous abordez les choses non ? La montagne devient alors un défi à relever et les échecs constituent des efforts supplémentaires à fournir. Ce qui va considérablement augmenter vos chances de succès !

Bon tout ça, c’est bien gentil, mais je pense que vous êtes en train de vous demander où je veux en venir avec ma montagne … Vous l’aurez sans doute compris, cette petite histoire sert à illustrer le fait que nous avons beaucoup plus de chances de réussir ce que nous entreprenons si nous croyons en nos capacités. Et cette confiance en nous est notamment renforcée par le sentiment que nous exerçons une maîtrise sur notre performance. Cette idée a été mise en avant par Albert Bandura, professeur émérite de psychologie à l’université Stanford, à la fin des années 1990.  Depuis, les recherches en psychologie ont ainsi confirmé que croire en son efficacité influence notre façon de penser, se motiver, ressentir, se comporter, etc.

Et si la montagne à gravir, c’était l’amélioration de sa qualité de vie au travail ?

De plus en plus, la santé des salariés est prise en compte par les instances dirigeantes, qui mettent en place des démarches pour limiter les risques psycho-sociaux et promouvoir la qualité de vie au travail. Dans cette idée, le bien-être au travail représente le sommet de la montagne, la cible à atteindre. Les différentes actions qui sont mises en place pour y parvenir relèvent, la plupart du temps, d’audits, de questionnaires de satisfaction, ou de dispositifs mis en place par les services de Ressources Humaines. Ces actions ont pour objectif principal d’identifier et d’agir sur les facteurs organisationnels de Qualité de Vie au Travail. Ces facteurs correspondent à toutes les caractéristiques du travail indépendantes du salarié et qui peuvent entraîner un mal-être : charge de travail, horaires, sécurité, installation des postes… On est d’accord, agir sur ces variables est essentiel et doit être fait en premier lieu ! Mais que se passe-t-il si on n’agit QUE sur ces variables ? On véhicule l’idée que les salariés n’ont pas les moyens (les « aptitudes ») de maîtriser leur qualité de vie au travail. Ce faisant, on donne l’impression aux salariés que leur possibilité de gravir la montagne ne dépend pas du tout d’eux, mais uniquement de leurs dirigeants et responsables des ressources humaines. Or, on l’aura compris, ce n’est pas la meilleure manière de valoriser les personnes !

De plus, la recherche en psychologie a également montré que certaines variables « individuelles » (c’est-à-dire propre aux personnes) peuvent également influencer notre qualité de vie au travail. On notera par exemple les capacités de communication, la manière de gérer nos émotions et notre stress, nos compétences sociales, et bien d’autres. Toutes ces caractéristiques peuvent être contrôlées directement par le salarié et, ce faisant, améliorent significativement la qualité de vie au travail.

Comment aider ses collaborateurs à gravir la montagne ?

Aujourd’hui, la majorité des politiques de QVT ciblent des facteurs généraux de bien-être au travail afin de correspondre à une majorité de salariés. Les responsables des ressources humaines peuvent en effet avoir du mal à identifier les problématiques individuelles des salariés (et c’est normal, imaginez 1000 personnes avec chacune un type de problèmes différents …). Or, compte tenu de tout ce que nous avons dit jusqu’ici, on voit bien qu’il est important de fournir à ses collaborateurs des outils qui lui permettront d’identifier individuellement ses forces et ses points à améliorer en matière de QVT et d’avoir accès à des conseils efficaces pour agir sur ces derniers. Il y a d’ailleurs fort à parier que, dans les années à venir, on aille vers une individualisation de la QVT. Fournir des outils à ses collaborateurs devient de plus en plus facile au fur et à mesure des avancées technologiques, et notamment avec la démocratisation du digital, qui permet de toucher les salariés de manière individuelle. Son utilisation permet au collaborateur d’être totalement autonome dans l’évaluation de sa situation et dans le travail sur ses points à améliorer. 

L’avantage est double : non seulement on agit davantage en faveur de son bien-être mais surtout, on lui montre qu’il est capable d’agir, de contrôler sa situation, … en d’autres termes, de gravir cette montagne. 

 

Moodwork est une solution digitale pour la Qualité de Vie au Travail. Elle propose à vos collaborateurs des outils scientifiquement validés pour évaluer leur niveau de bien-être, des programmes et recommandations personnalisés ainsi que la possibilité d’échanger avec un psychologue du travail.

 

  

 

 

      

Les articles relatifs à la QVT

Cliquez pour écouter le texte Faites parler le MagRH