Bienvenue Joomla   Cliquez pour écouter le texte entier Bienvenue Joomla Ecoutez en ligne cet article du MagRH

Pour une meilleure qualité de vie au travail ...

Enquete de climat social attention aux démarches bidon MAGRH

Enquete de climat social attention aux démarches bidon MAGRH

Par Hubert LANDIER, Vice président de l’IAS (Institut International de l'Audit Social)

Le « bonheur au travail », la qualité de vie, le bien-être et l’engagement des salariés font l’objet d’un nombre croissant de « baromètres » de toutes sortes, parfois affublés de noms racoleurs et dont la présentation, accessible sur Internet, abonde en « smiles ».

Certaines de ces propositions manquent d’autant plus de sérieux qu’elles s’affichent comme étant significatives d’un management novateur. Elles se limitent souvent à une simple enquête par questionnaire, adressé aux salariés sur un support informatique, parfois réalisée dans des conditions douteuses, mais auréolée de la vogue des big data et agrémentée d’une présentation attrayante. C’est la raison pour laquelle l’IAS (Institut international de l’audit social) a élaboré une charte méthodologique et déontologique des enquêtes de climat social à l’intention tant des prestataires que de leurs clients. Il s’agit en effet de les mettre en garde contre des pratiques douteuses, à la fois dépourvues de toute valeur prédictive et réalisées dans des conditions éthiques problématiques. En effet, certaines de ces enquêtes répondent uniquement à une volonté d’affichage, à usage à la fois interne (il s’agit alors de valider la politique sociale de la Direction) et externe (il s’agit alors de renforcer la « marque employeur »).

Lire la suite

Améliorer la QVT par la bienveillance augmente la performance

Améliorer la QVT par la bienveillance augmente la performance

Par Jean-Ange LALLICAN, conférencier, auteur de «l’art de déléguer et manager par la confiance» Dunod

Les entreprises sont-elles plus profitables si leurs salariés sont heureux ?

Un certain nombre d’articles issus de recherches scientifiques nous confirment que les entreprises dans lesquelles les salariés sont heureux, sont plus profitables tant au plan organisationnel (taux de turnover moins élevés, rentabilité et profitabilité ; Boxall, Guthrie, Paauwe, 2016) qu’au plan macroéconomique (Welsh et Kuhling, 2016)…

Alors pourquoi sommes-nous nous si fébriles dans notre réflexion structurelle sur le management des relations humaines ?  D’autant qu’il est accepté désormais que l’on puisse plus aisément appréhender la question du bien-être ou du bonheur professionnel  dans l’entreprise. Que de temps perdus à la tergiversation. Selon certains médias, on regarde ceci très souvent par le seul prisme de la convivialité (aménagement de l’environnement de travail, sport, yoga, ateliers de sophrologie…).Il serait bien également de l’envisager aussi par une analyse de l’activité, du sens du travail, des postures, des attitudes, des comportements. J’aurais l’occasion, avec Caroline Ruiler qui collabore avec moi à un nouvel ouvrage sur le sujet de la bienveillance au travail, de vous en détailler certains éléments, lors de sa sortie en  fin 2019. 

Lire la suite

C'est moi le patron

C'est moi le patron

 

Par Nolwenn Anier, Docteure en psychologie et directrice du Pôle Recherche chez Moodwork

Imaginez : vous êtes devant une montagne et votre objectif est de la gravir. Vous vous demandez sûrement si vous allez y arriver. Vos capacités objectives à réaliser cette action sont difficiles à évaluer, à moins d’avoir gravi cette montagne auparavant. La vraie question est donc : comment percevez-vous vos capacités ?

Eh oui ! Si vous êtes convaincu que vous n’avez pas les aptitudes nécessaires pour grimper sur une telle distance, vous entamerez une action que vous estimez vouée à l’échec. Il y a donc plus de chances que vous échouiez réellement. En effet, vous serez stressé et aborderez donc les potentielles difficultés comme découlant de vos aptitudes insuffisantes.

Lire la suite

Numérique et Conditions de travail

Numérique et Conditions de travail

Daniel RATIER, Véritable expert des questions du numérique, actuellement chargé de mission interministériel à l’identité numérique, Daniel Ratier a coordonné avec Tristan Klein le rapport « Impact des technologies de l’information et de la communication sur les conditions de travail » (Direction Générale du Travail, Conseil d’Analyse Stratégique, 2012). Plusieurs années aprés la sortie du rapport, il nous est apparu intéressant de faire le point.

Comment évolue l’impact du numérique sur les conditions de travail ? La question reste plus que jamais posée puisque la progression des outils numériques reste constante dans le monde du travail où la part des professionnels utilisateurs ne cessent de croitre. 

En 2013, 71 % des salariés utilisaient des outils numériques  alors qu’ils n’étaient que 51 % en 1998. Cette progression régulière touche toutes les catégories de salariés qui voient leur activité quotidienne le plus souvent profondément impactée par l’usage du numérique, qui est non seulement toujours plus diffusé mais également plus intense. C’est le cas en France comme dans le reste des pays européens. En 2010, environ 26% des travailleurs européens ont signalé une utilisation intensive des TIC au travail ; en 2015, ce chiffre était passé à 37%. En revanche, sur la même période, la proportion de personnes signalant une faible utilisation des TIC, voire aucune, est passée de 56% à 43% .

Lire la suite

La qualité de vie au travail dans les startups : une génération spontanée

 

Par Marie Pierre FLEURY

Il n’y a pas si longtemps, les jeunes entreprises avaient des difficultés à recruter. Trop risqué, trop de pression, pas assez structurées, des rémunérations inférieures, pas d’avantages. Quelques succès plus tard, l’image employeur de ces organisations a évolué. Les inconvénients d’hier ont trouvé des solutions ou sont devenus des opportunités. 

Parmi eux, la qualité de la vie au travail. Il faut aussi préciser qu’en parallèle, les entreprises dites « traditionnelles » ont de plus en plus de difficultés à conjuguer incertitude et empowerment des salariés, ce qui concourt à dégrader le travail et les conditions de travail, et à en détourner les salariés. Ainsi les premières générations de startups du numérique ont tout particulièrement marqué les esprits en matière de qualité de vie au travail. Pourtant dans ces startups pionnières, la qualité de vie au travail relève davantage de la génération spontanée que d’une stratégie intentionnelle.  

Facteur clé de leur réussite, innovation organisationnelle qui sublime et renouvelle l’innovation technologique, tout a été scruté, modélisé a postériori pour tenter de formuler la solution à l’innovation et à la croissance : le mode ou la mode « startup ». La frontière est mince entre une modélisation bien intentionnée, des stéréotypes utiles pour se repérer, et des clichés trompeurs. 

Existe-t-il une qualité de vie au travail spécifique aux startups ? Est-elle meilleure que dans les entreprises traditionnelles ? Quels en seraient les bénéfices pour les collaborateurs ? 

Je vais tenter d’y répondre à partir des mes propres expériences en balayant trois composantes de la qualité de vie au travail.   

Des startups, des qualités de vie au travail  

Sans entrer dans le détail de la définition d’une startup, il me semble néanmoins utile de préciser rapidement que ces jeunes entreprises dont nous parlons se caractérisent par une offre innovante, technologique ou basée sur des technologies, au fort potentiel de croissance sur le papier, nécessitant des financements externes. 

Par ailleurs, les premières générations de startups sont plus intéressantes à considérer car elles n’ont pas été influencées par un « startup-modèle » qui devient parfois caricatural quand on visite des startups plus récentes… Et il y a pire que le « babyfoot-modèle » qui, comme nous allons le voir, n’est pas toujours à railler. Comme toute organisation, en logique de génération spontanée ou de copie pâle ou haute en couleur du modèle, chaque startup sera singulière au regard de la qualité de vie au travail.  Le profil des fondateurs, la nature de l’activité (technologique, de services, scientifique), les métiers et les profils associés, la trajectoire de développement, la localisation, etc. sont autant de variables qui influencent la nature et le niveau de la qualité de la vie au travail dans ces organisations.  

Une QVT startup : c’est mieux ou c’est moins bien ? 

Un livre serait nécessaire pour aborder l’ensemble des volets de la qualité de vie au travail au sein des startups. 

Un peu comme l’ophtalmologiste j’ai sélectionné 3 angles : le contenu du travail, les conditions matérielles de travail, le temps et la charge de travail pour voir si la QVT, dans une startup, c’est mieux ou c’est moins bien.  

1. Au regard du contenu du travail 

Dans les premiers temps de la startup, aux fondateurs s’ajoutent des stagiaires et les premiers recrutements en CDI. Les ressources et le temps sont comptés, chacun a plutôt un travail bien identifié à réaliser. 

Dans les startups de type services numériques, la production est normée, rythmée, cadencée par le système technique et la relation client. Le traitement manuel peut être encore très présent, le temps de tester l’idée ou de finaliser les développements informatiques.  

Le contenu du travail ressemble à ce qui serait fait dans une entreprise traditionnelle, avec moins de moyens, moins de contraintes collectives, plus de collaboration informelle, plus de visibilité de l’impact du travail sur l’activité, la performance, le projet. 

En somme, un travail qui n’est pas plus « fun » qu’ailleurs à poste équivalent, pour reprendre un qualificatif souvent employé pour parler soit des métiers du numérique, soit du travail dans les startups. 

C’est davantage : 

  • la vision globale d’un challenge à réussir ensemble, 
  • l’aventure plus que le projet, 
  • l’évolution du contenu du travail qui remet du challenge individuel, 
  • l’espace d’initiative et de décision,   
  • l’implication et le rôle dans l’entreprise au-delà des compétences et du poste, 
  • les apprentissages réalisés seul et en équipe, 
  • la proximité avec les fondateurs et les relations informelles du petit groupe,  

qui peuvent rendre le travail plus utile, plus intéressant, plus enrichissant, plus motivant dans une startup que dans une entreprise établie. 

Et ces perceptions positives sont plus fortes, quand on est un jeune professionnel. 

Pratiquement chaque sujet est une découverte, un apprentissage. L’autonomie, voire le mode « saute et nage », donne un sentiment d’accomplissement et de maitrise. 

Mais les ressources limitées ne sont pas toujours synonymes d’une exigence forte au regard de la qualité du travail de chacun. Dans une startup, et surtout dans les premiers temps, la priorité est donnée à l’action, à la réactivité dans une logique d’exploration. On teste et si ça marche, on améliore. Si logiquement tous les jeunes collaborateurs de la startup ne sont pas au sommet de leurs compétences, il y a en revanche un grand professionnalisme vis à vis des clients et des collègues.

Les collaborateurs doivent développer des capacités d’apprentissage pour faire évoluer rapidement leurs compétences avec les nouveaux besoins de l’entreprise. Cette adaptation rapide de la startup crée de nombreuses opportunités d’évolution pour les premiers collaborateurs. 

Mais si la solidarité et l’entraide sont présentes au sein de la petite équipe, il n’y a pas toujours d’autres personnes du même métier ou les moyens de se former pour renforcer ses compétences ou en acquérir de nouvelles. 

Cette situation peut conduire de jeunes collaborateurs a quitter assez rapidement la startup pour des entreprises plus importantes, afin de continuer à se professionnaliser. 

Cette situation se rencontre également, lorsque la startup n’est pas à la pointe d’une pratique professionnelle dans un métier donné. 

La startup attire car elle  renforce le sens du travail à travers : 

  • l’aventure entrepreneuriale qu’elle propose, 
  • l’enrichissement du travail qui remet sans cesse du challenge et développe les collaborateurs.  

Elle transforme l’employé-prestataire en employé-bâtisseur. 

Cependant quand le projet ne satisfait plus les intérêts individuels, quels que soient sa puissance et son attrait, les liens tissés, la qualité de l’ambiance, etc. les collaborateurs la quittent pour des environnements individuellement plus porteurs pour leur développement.  

2- Au regard des conditions matérielles de travail 

A l’exception de startups fondées par d’anciens cadres disposant de moyens financiers suffisants pour aménager des locaux confortables, souvent aux codes « startup », couleurs vives, canapés, décoration rigolote, matériels informatiques de bonne qualité… la plupart des startups n’offrent pas un grand confort de travail.    

Le mythique garage de la startup s’est plutôt transformé aujourd’hui en locaux professionnels exigus, bons marchés, au sein ou pas d’incubateurs, présentés comme des openspace où s’entassent les stagiaires et les premiers salariés. 

Les matériels informatiques ne sont pas les plus « hype » du marché. Les bureaux, les chaises, les canapés, les poufs montreront vite des signes de faiblesse… Les commerciaux utilisent leur propre voiture, ce qui constitue un frein au recrutement… Les développeurs ou les webdesigners apportent leur clavier et leur souris, ou doivent cracker les logiciels métiers.   

C’est clair, les conditions matérielles de travail ne sont pas optimales, voir règlementaires. Mais personne ne s’en plaint. Ce qui peut faire pâlir les entreprises traditionnelles contraintes par des programmes sophistiqués et des négociations sans fin… 

Les jeunes salariés fraichement sortis de leur chambre d’étudiant n’ont pas encore d’exigence sur ce point. 

La proximité physique est une des conditions de réalisation du travail et de la coordination. Elle est aussi le symbole d’une première équipe et de sa cohésion. 

Chacun apporte une plante, un objet fétiche pour égayer le tout. Chaque arrivée, qui se traduit pourtant par moins d’espace pour chacun, est fêtée, signe de la croissance, de la progression… 

Néanmoins, les espaces de réunion, ceux permettant de s’isoler, les espaces de déjeuner ou les toilettes restent des sujets assez présents dans les conversations. Et la créativité est forte pour trouver des solutions efficaces, peu couteuses et propageant la bonne humeur.   

Les choses se corsent quand la concentration devient un frein à la productivité et à la qualité du travail, lorsque les emplois se diversifient et appellent des pratiques professionnelles variées : téléphone, traitement d’informations confidentielles, stockage, etc. 

De même, si dans les premières années, chacun mettait volontiers la main à la pâte pour monter les meubles ou les déménager, une certaine lassitude s’installe dans le temps. D’autant que les volontaires sont toujours un peu les mêmes, et notamment les plus anciens attachés à perpétuer les valeurs et l’état d’esprit des premières années. 

Généralement soutenue par un financement, la croissance des effectifs se traduit par un déménagement. A cette occasion, les aspirations à plus de confort, à des outils et matériels techniques plus performants s’expriment. 

La question de l’allocation d’une partie des ressources au profit des salariés, rémunérations, conditions de travail, se pose et peut devenir un sujet de tension. Dans ces étapes, les premières représentations des salariés sont mises en place, et le sujet devient plus collectif. 

C’est aussi une période où des profils expérimentés, habitués à des conditions de travail plus « sophistiquées », rejoignent l’entreprise. Si ces derniers ont bien conscience de l’environnement matériel de la startup, la jeune entreprise doit à son tour faire des efforts pour que l’écart ne soit pas un frein à leur intégration, à leur adaptation, à leur motivation, à leur performance… Et ce sont encore les premiers aventuriers, fortement engagés, qui font en sorte de donner une image professionnelle de l’entreprise aux nouveaux arrivés, en mobilisant le système D. 

Les conditions matérielles de travail deviennent vite un sujet dans les startups tout d’abord en lien avec la qualité du travail et la satisfaction clients, puis en lien avec l’hygiène et la santé des collaborateurs. Selon les contraintes financières mais surtout la sensibilité des dirigeants, le sujet est plus ou moins bien traité, plus ou moins une priorité. 

L’idée que les startups créent un lieu de vie plutôt qu’un lieu de travail dans l’objectif de faire travailler davantage les collaborateurs ne me semble pas du tout généralisable. 

Les faibles moyens financiers, l’humilité face au challenge à relever, l’objectif d’un fonctionnement simple qui facilitera les collaborations, le besoin d’égayer des conditions matérielles frugales me semblent mieux l’expliquer. 

J’aborderai en dernier lieu le sujet du « babyfoot » une idée raillée après avoir été louée. Le numérique est à la base de la création en volume de nouvelles startups. Il est aussi synonyme d’un travail isolé sur écran au sein d’openspace bruyant, d’un rythme dicté par la machine, de flux permanents d’informations, de données, de métriques, de coopération à la volée… Les salariés ont réellement besoin de pause. Alors s’ils demandent un babyfoot pour bouger, se vider la tête, retrouver d’autres collègues, ou toute autre activité, cela me paraît bienvenu. Ce qui ne l’est pas, c’est de poser le babyfoot pour faire startup avant que des collaborateurs ne l’aient demandé.     

3- au regard du temps et de la charge de travail   

Selon mon expérience et mes observations, s’il y a une forte implication des collaborateurs dans les startups, cela ne se traduit pas nécessairement pour les employés par une charge de travail qui déborde fortement des horaires de travail. 

La nature de l’activité, la vie de la startup, mais aussi la philosophie personnelle et pour l’entreprise des dirigeants-fondateurs vont influencer la gestion du temps de travail. 

Néanmoins, pour les fondateurs, les quelques managers opérationnels ou les responsables de service émergents, la charge de travail est généralement très importante. A la production opérationnelle réalisée en proximité des équipes dans la journée, s’ajoutent les réflexions ou les dossiers plus stratégiques à réaliser le soir ou le week-end…  Leur charge de travail s’intensifie aussi dans des périodes clé : roadmap, budget, fin d’année, préparation d’une levée de fonds et autres opérations spéciales, etc.

En revanche, un point me semble commun à tous les collaborateurs de la startup : l’entreprise reste très présente dans les esprits, même en dehors des horaires de travail. 

Je l’analyse tout d’abord comme le signe d’une forte implication et d’un fort attachement des collaborateurs aux clients, aux collègues, au projet. Comme le signe aussi de la stimulation intellectuelle que génère la startup, une organisation jeune, encore fragile, où tout peut être amélioré… où chacun a la volonté et la possibilité d’améliorer ses pratiques métier. Si logiquement tous les jeunes collaborateurs de la startup ne sont pas au sommet de leurs compétences, il y a en revanche un grand professionnalisme vis à vis des clients et des collègues. 

Bien d’autres sujets passionnants pourraient être abordés ou précisés au regard des relations de travail, des conditions d’emploi, du management, de la culture, de l’impact des modes de financement… au sein des startups et dans les différentes phases de leur développement, de leurs échecs aussi. 

La tendance à la modélisation et à la sur-médiatisation de la startup nuit profondément aux bonnes intentions initiales : 

  • guider les entreprises traditionnelles à se transformer pour innover, croître et retenir les talents, 
  • guider les prochaines startups pour qu’elles réussissent,
  • guider les individus vers des opportunités d’expériences, de compétences, de réalisations.   

Comme dans toute organisation humaine, il y a dans chaque startup une alchimie singulière et fragile qui fait l’innovation, la performance, la qualité de vie au travail, l’opportunité professionnelle… Les dirigeants en sont les premiers artisans. 

Sur bien des composantes de la qualité de vie au travail, les startups ne sont pas mieux ou moins bien positionnées que des entreprises traditionnelles. Il y a eu un effet « nouveauté ». 

En revanche, dans leurs premières années et parfois au-delà, la plupart réussissent à améliorer structurellement la perception de la qualité de vie au travail des collaborateurs parce qu’elles n’ont pas d’autres choix que stimuler le potentiel de chaque salarié, en l’associant au projet et en le considérant avec respect. 

Le salarié est réellement une partie prenante, une dimension que toutes les entreprises peuvent intégrer à leur façon. 

 

  

 

 

      

Les articles relatifs à la QVT

Cliquez pour écouter le texte Faites parler le MagRH