Pour une meilleure qualité de vie au travail ...

Quels leviers pour impacter sur la QVT ?

Quels leviers pour impacter sur la QVT ?

Mary Vigier est enseignante-chercheuse en Management, ESC Clermont ; responsable de la filière International Business du programme Bachelor ; secrétaire général de l’association scientifique Groupe d’études en Management et Langage ; membre de l’Academy o

La qualité de vie au travail est aujourd’hui un enjeu majeur pour les entreprises qui cherchent à allier performance et bien être dans l’entreprise en améliorant très concrètement les façons de travailler.

Lire la suite

La QVT passe du quoi au comment

La QVT passe du quoi au comment

Wilfrid Vacher a travaillé plus de 20 ans dans diverses industries, principalement dans des fonctions managériales, à tous les niveaux. S’est spécialisé dans le management des risques psychosociaux et a développé et expérimenté un système de management de la Qualité de Vie au Travail. Fondateur de Mobilisation Management

L’importance de considérer ses ressources humaines au sein de l’entreprise est de plus en plus grande ; et pour cause. Elles sont la plus grande richesse de l’entreprise, sources d’innovation, de créativité et tout simplement de valeur ajoutée.  Après un engouement massif pour les baby-foot, les chief happiness officers et autres attentions à la périphérie du travail, comme les services de conciergerie et les « pause sophro » entre midi et deux, il y a consensus pour définir les leviers de la QVT à partir de ce que constitue réellement le travail des femmes et des hommes. L’Anact (Agence National pour l’Amélioration des Conditions de Travail) définissait la perception de la QVT selon trois piliers : le contenu du travail, les conditions d’emploi et la capacité d’expression et d’action des salariés. Un autre prisme qui ne dément pas le premier est celui de la psychodynamique du travail, qui considère l’écart entre le travail prescrit (tel qu’il est imaginé) et le travail réel (tel qu’il est vécu). Partant de ce constat, la « consultation » des salariés s’est démultipliée. De l’enquête de satisfaction annuelle, à une barométrie sociale digitale omniprésente, on interroge de plus en plus les salariés sur leurs perceptions du travail. Mais cela permet-il réellement un passage à l’action ?

Lire la suite

La qualité de vie au travail est-elle une sucette pour les enfants sages ?

La qualité de vie au travail est-elle une sucette pour les enfants sages ?

Par Hubert LANDIER

L’irruption de la problématique relative à l’amélioration des conditions de travail peut être située en 1972, avec la grève des ouvriers de l’usine Renault du Mans. Et c’est l’année suivante qu’est créée l’ANACT. Du côté patronal, l’UIMM imagine les « équipes d’amélioration des conditions de travail ». Et c’est en 1982 que, sur une base paritaire, sera créé le CHSCT.

Cette problématique correspond, venant des syndicats, et plus particulièrement de la CFDT, à la conviction qu’aux revendications « quantitatives » (salaires, durée du travail) doivent s’ajouter, sinon se substituer, des revendications « qualitatives ». Autrement dit, le progrès social ne consiste pas seulement à obtenir une augmentation des salaires et une baisse de la durée du travail. Par exemple, il ne s’agit pas, ou il ne s’agit pas seulement, d’obtenir des « primes de poste » en faveur des travailleurs postés (3X8) mais de faire reculer le travail posté et, si ceci n’est pas possible, de l’aménager de façon à le rendre physiologiquement plus supportable compte tenu des rythmes circadiens qu’étudient les chronobiologistes.

Lire la suite

La QVT au pays de l’ingénierie…

La QVT au pays de l’ingénierie…

Entretien avec Sophie Moreau-Follenfant, DRH Groupe d’EGIS

Pourriez vous nous repréciser ce que représente Egis en termes d’activités, de métiers et d’effectif ?

Le Groupe Egis est un groupe d’ingénierie, de montage de projets et d’exploitation, filiale de la Caisse des Dépôts. Ses métiers vont de la conception à l’exploitation d’infrastructures, en passant par le conseil, et le clé en main.

Ce sont plus de 14000 personnes, dont 9000 dans l’ingénierie, réparties à raison de 4000 en France, 5000 dans une centaine de pays, dont principalement trois gros pôles domestiques : l’Inde, le Brésil et le Moyen-Orient, ainsi que quelques implantations fortes comme l’Ukraine, la Pologne, le Kenya ou la Roumanie. 

Lire la suite

La prévention cardio-vasculaire au coeur de l'entreprise

Professeur Bernard PIERRE, Cardiologue Faculté de médecine Lyon-Sud / Charles Mérieux

En France, la mortalité de cause cardiovasculaire (CV) a été réduite de façon spectaculaire lors des dernières décennies (de l’ordre de 50 %). De ce fait, depuis 2004, chez l’homme (mais non pas encore chez la femme), la mortalité par maladies cardiovasculaires est passée au second rang derrière celle liée aux maladies cancéreuses. Les études nous montrent que cette baisse de mortalité CV est bien sûr le fait d’une prise en charge de plus en plus performante des maladies CV une fois constituées mais, plus encore, d’une meilleure prévention de celles-ci.

Cependant, il reste beaucoup à faire ! En effet si l’espérance de vie moyenne en France à la naissance est parmi les plus hautes du monde (79,5 ans pour l’homme, 85,3 pour la femme), l’espérance de vie en bonne santé (63 ans pour l’homme, 65 pour la femme) est notoirement moins bonne que dans de nombreux pays européens (chiffres  2018). Les experts considèrent que cela est le fait d’une médecine française essentiellement curative et trop peu axée sur la prévention.

En outre, il faut souligner que les deux principales causes de mortalité et d’altération de la qualité de vie (maladies CV et cancéreuses) répondent peu ou prou aux mêmes stratégies préventives. Aussi s’agit-il d’un sujet majeur de Santé Publique. Chacun peut et doit se sentir concerné. Au plan collectif, toutes les institutions, mais aussi les entreprises peuvent utilement apporter « leur pierre à l’édifice ».

Les cardiologues distinguent volontiers la prévention primaire (avant tout évènement CV) de la prévention secondaire (après infarctus du myocarde, AVC…).

Chez les salariés, particulièrement les plus jeunes (l’âge est le plus important des facteurs de risque CV), la prévention passe avant tout par une meilleure connaissance et observance de trois grands conseils hygiéno-diététiques. Les médecins du travail et de prévention (8 000 en France), leurs équipes, en lien avec les responsables de l’entreprise ont un rôle essentiel à jouer dans :

1/ L’arrêt du tabac concernant près d’un quart des salariés. Le tabagisme est la première cause de décès prématuré et la première cause de décès CV évitables. L’arrêt du tabac permet en outre une amélioration de la qualité de vie au travail (amélioration de la confiance en soi, suspension des multiples pauses cigarettes, diminution des arrêts de travail…). Il conviendra de veiller au respect de la législation quant aux lieux d’interdiction de fumer (décret du 15.11.2006). Le service santé au travail pourra utilement proposer par tous moyens une sensibilisation à l’intérêt du sevrage (en insistant sur les bénéfices attendus), une aide et un suivi.

2/ Une meilleure alimentation

Rien n’est à exclure (les « régimes » d’exclusion sont nocifs). Il convient de corriger les grandes distorsions diététiques (excès quotidien de charcuterie, de fromages, de boissons sucrées…), manger de tout (ni trop, ni trop peu selon la corpulence), le plus varié et équilibré possible, en trois repas. La diététique méditerranéenne ayant fait ses preuves pour réduire le risque CV s’inscrit dans cette logique. Elle doit être riche en légumes, fruits, légumineuses, noix, noisettes, baies. Aussi, l’implication de l’équipe santé au travail dans l’élaboration des menus proposés au restaurant d’entreprise est-elle utile, l’installation de distributeurs de boissons ou aliments sucrés assurément inutile.

3/ La réduction de la sédentarité et l’incitation à l’activité physique

La sédentarité se définit par une immobilité d’au moins sept heures par jour par périodes de plusieurs heures. Elle pourrait être responsable de 4 % des décès planétaires et concerne la grande majorité des salariés. Il n’est pas certain qu’une excellente activité physique ou sportive compense entièrement les méfaits de la sédentarité. Les recommandations de l’OMS, de la Société Européenne de Cardiologie méritent d’être rappelées : au moins 150 minutes par semaine (30 minutes quotidiennes cinq jours sur sept) d’activité physique modérée ou au moins 75 minutes d’activité physique intense. Le plus étant le mieux. Nombre d’entreprises se sont déjà engagées pour encourager le « gigotage » (éloignement des poubelles, des imprimantes, walking ou biking desks), l’activité physique ou sportive (salles de sport, compétitions intra ou inter entreprises).

D’autres puissants et fréquents facteurs de risque CV méritent d’être dépistés et suivis par l’équipe santé au travail :

1/ L’hypertension artérielle concernant près de 30 % des salariés, souvent méconnue car asymptomatique, imparfaitement traitée (un sujet traité sur deux est à l’objectif). La prise tensionnelle doit donc être systématique en santé au travail, au mieux appuyée sur des séries d’automesures effectuées selon la règle des 3 (3 mesures successives matin et soir, les 3 jours précédents toute consultation) avec pour objectif une moyenne inférieure à 135/85.

2/ Les troubles métaboliques (diabète et hypercholestérolémie) concernent plusieurs millions de salariés. Ils justifient souvent un traitement médicamenteux, appellent un suivi afin d’optimiser l’observance dans laquelle le service santé au travail a toute sa place même si le médecin du travail ou de prévention n’est pas prescripteur.

3/ Le stress psychosocial dont le stress professionnel est le troisième facteur de risque de l’infarctus du myocarde. Son analyse est certes complexe, multifactorielle mais certaines « techniques de management » peuvent être assurément délétères. La psychologie positive a fait ses preuves. Un salarié moins stressé, heureux au travail, sera plus efficient et aura un risque CV moindre.

En matière de prévention secondaire, les objectifs sont plus ambitieux (par exemple taux de LDL, communément appelé « mauvais cholestérol » inférieur à 0.7 g/L), le suivi médical plus étroit. Un traitement médicamenteux est toujours nécessaire.

Il est essentiel de souligner que les stratégies de prévention ne doivent pas être punitives, moralisantes, culpabilisantes. Le « Y a qu’à, faut que » ex cathedra ne marche pas. La démarche des accompagnants, soignants doit être positive en mettant au premier plan les bénéfices escomptés en termes de qualité et d’espérance de vie.

Aussi, la Fédération Française de Cardiologie comme l’association « Cœur et travail » se sont elles engagées depuis plusieurs années dans l’organisation de journées de sensibilisation des salariés au risque CV, au cœur des entreprises (conférences, ateliers divers, à la carte, par des intervenants spécialisés). Le rapport de Charlotte LECOCQ sur la santé au travail, au Premier Ministre, en 2018, est un encouragement précieux à cette démarche. Un ouvrage collégial sous la direction de Bernard PIERRE, intitulé « Le cœur au travail en questions » sera publié en septembre 2019 aux éditions Frison-Roche et sera le « bréviaire » pour toutes celles et ceux s’intéressant à la santé au travail. 

 

 

  

 

 

        

Les articles relatifs à la QVT