Pour une meilleure qualité de vie au travail ...

Well-being & work, le cas de Solvay

Well-being & work, le cas de Solvay

Entretien1 avec Bruce Fecheyr-Lippens, SVP, Global Head Agile Working, Digital HR, People Analytics, and HR Director Excellence Center, Solvay

MB : Pouvez-vous présenter Solvay et votre périmètre d’activité ?

BF : Solvay est une entreprise Franco-Belge de 27 000 collaborateurs, présente dans le monde entier, avec un tiers de nos revenus sur chaque continent (Etats-Unis, Europe, Asie). Nous sommes dans le secteur de la Chimie spécialisée où les marges sont élevées mais où nous devons innover très rapidement pour proposer des produits toujours plus légers, durables et de meilleure qualité.  Par exemple, un de nos plus grands Business est spécialisé dans les matériaux composites utilisés par l’industrie automobile et aéronautique pour rendre les voitures et les avions plus légers. 

Lire la suite

La qualité de vie au travail : pourquoi le collectif de travail est incontournable ?

La qualité de vie au travail : pourquoi le collectif de travail est incontournable ?

Karen Demaison, Consultante RH & facilitatrice, spécialiste de la Qualité de Vie au Travail, Karen cumule 10 ans d’expérience dans la formation et le conseil en organisation avant de se tourner vers la fonction RH en 2006, Responsable RH chez Altran, à la Mutuelle Générale de la Police et chez Enercoop. Lors de sa dernière expérience de Responsable

Dans une majorité d’entreprises, la qualité de vie au travail est vue sous l’angle de services au salarié (conciergerie, espace de détente et de sieste, ateliers sportifs pendant la pause méridienne, massages, petits déjeuners bio, etc…). Certes, ces services sont appréciables mais font partie des dispositifs périphériques du travail et n’adressent pas les vrais enjeux de la qualité de vie au travail.

Et, si la qualité de vie au travail dépendait de la création et de l’animation de collectifs en lien avec des valeurs humaines fortes, vraiment mises en place et non affichées ?

Lire la suite

Mécenat de compétences et QVT

Mécenat de compétences et QVT

Jean-Michel Pasquier Après avoir créé Humaneo, une entreprise de conseil en ressources humaines, Jean-Michel Pasquier a souhaité concilier ses engagements associatifs personnels avec sa carrière professionnelle en créant Koeo.

A l’heure où les entreprises investissent de plus en plus le terrain du bien-être de leurs collaborateurs au travers d’espaces de travail et de vie plus conviviaux et chaleureux, de services liés à leur épanouissement physique au travers du sport ou de la relaxation, ou d’accompagnements dédiés à leur vie quotidienne de type conciergerie ou crèches d’enfants, il reste un domaine où elles commencent à découvrir peu à peu la richesse de bienfaits jusqu’à présent inexplorés : la quête de sens des salariés.

Souvent limité en terme de perception par le management RH ou RSE à un dispositif essentiellement inscrit dans la stratégie de Responsabilité Sociétale de l’Entreprise, le mécénat de compétences, qui permet de façon volontaire le don d’expertises professionnelles ou personnelles de collaborateurs, pendant leur temps de travail, à des acteurs de proximité de l’intérêt général (associations ou collectivités locales), représente pourtant une formidable dynamique à plusieurs facettes pour enrichir la QVT des organisations. 

Lire la suite

La QVT passe du quoi au comment

La QVT passe du quoi au comment

Wilfrid Vacher a travaillé plus de 20 ans dans diverses industries, principalement dans des fonctions managériales, à tous les niveaux. S’est spécialisé dans le management des risques psychosociaux et a développé et expérimenté un système de management de la Qualité de Vie au Travail. Fondateur de Mobilisation Management

L’importance de considérer ses ressources humaines au sein de l’entreprise est de plus en plus grande ; et pour cause. Elles sont la plus grande richesse de l’entreprise, sources d’innovation, de créativité et tout simplement de valeur ajoutée.  Après un engouement massif pour les baby-foot, les chief happiness officers et autres attentions à la périphérie du travail, comme les services de conciergerie et les « pause sophro » entre midi et deux, il y a consensus pour définir les leviers de la QVT à partir de ce que constitue réellement le travail des femmes et des hommes. L’Anact (Agence National pour l’Amélioration des Conditions de Travail) définissait la perception de la QVT selon trois piliers : le contenu du travail, les conditions d’emploi et la capacité d’expression et d’action des salariés. Un autre prisme qui ne dément pas le premier est celui de la psychodynamique du travail, qui considère l’écart entre le travail prescrit (tel qu’il est imaginé) et le travail réel (tel qu’il est vécu). Partant de ce constat, la « consultation » des salariés s’est démultipliée. De l’enquête de satisfaction annuelle, à une barométrie sociale digitale omniprésente, on interroge de plus en plus les salariés sur leurs perceptions du travail. Mais cela permet-il réellement un passage à l’action ?

Lire la suite

La QVT au pays de l’ingénierie…

Entretien avec Sophie Moreau-Follenfant, DRH Groupe d’EGIS

Pourriez vous nous repréciser ce que représente Egis en termes d’activités, de métiers et d’effectif ?

Le Groupe Egis est un groupe d’ingénierie, de montage de projets et d’exploitation, filiale de la Caisse des Dépôts. Ses métiers vont de la conception à l’exploitation d’infrastructures, en passant par le conseil, et le clé en main.

Ce sont plus de 14000 personnes, dont 9000 dans l’ingénierie, réparties à raison de 4000 en France, 5000 dans une centaine de pays, dont principalement trois gros pôles domestiques : l’Inde, le Brésil et le Moyen-Orient, ainsi que quelques implantations fortes comme l’Ukraine, la Pologne, le Kenya ou la Roumanie. 

En ingénierie et conseil, Egis intervient dans les domaines des transports (routes -rail -aviation) du bâtiment, de l’eau, de l’environnement, de l’énergie, de la ville et des services à la mobilité … Maintenant, vous aurez compris que nos métiers sont majoritairement des métiers d’ingénieurs.

Le 8 novembre dernier, vous avez signé un accord avec les partenaires sociaux portant sur la QVT. Il peut y avoir du mal-être chez les ingénieurs ?

Une récente enquête de climat social réalisée chez Egis démontre qu’une grande majorité des collaborateurs et collaboratrices se sentent très bien dans leur travail, bien qu’ils témoignent d’un niveau de stress sensiblement supérieur à la population française. Nous nous devons donc d’anticiper et de prévenir. C’est pourquoi il me semble important de rechercher et prévenir d’éventuelles sources de souffrance au travail, quels que soient les postes concernés, et de mettre en place le cas échéant les actions correctives qui permettent de retrouver l’équilibre nécessaire à la santé des salariés. 

Sur quoi porte donc cet accord ?

Vous ne serez pas surpris si je vous dis qu’un axe principal se trouve lié à l’utilisation du numérique et de l’ordinateur comme outil de travail. Dès lors, cet accord aborde longuement les problématiques de déconnexion, mais aussi de télétravail et d’aménagement des horaires, des contraintes de temps de travail. Mais on peut dire que nous abordons aussi les enjeux de l’incitation et de la sensibilisation au « bien-être au travail ».

C’est-à-dire que vous abordez des questions qui sont tout autant du domaine de la vie privée que de la vie professionnelle ?

Forcément. Par exemple, pour la semaine de la QVT, nous mobilisons autour d’événements sur la nutrition, le sommeil mais aussi comment détecter la sensibilité individuelle aux risques de surcharge de travail. Ces événements sont à destination de l’ensemble des salariés sur l’ensemble des sites. Ils sont à but pédagogique mais aussi d’échange des bonnes pratiques.  Nous travaillons aussi à la sensibilisation des managers. L’Accord QVT nous pousse à nous responsabiliser collectivement et aussi individuellement. D’ailleurs l’Accord nous oblige à procéder à 6 actions QVT par an.

Comme quoi, par exemple ?

Des conférences ouvertes à tous, avec des conférenciers engagés en partenariat avec Humanis, notre Caisse de Retraite et Prévoyance. Mais nous avons aussi mis à contribution notre direction de la communication pour que des messages et des informations (fil d’actus) puissent être relayés par notre intranet et par les multiples écrans que nous avons sur nos établissements. Et puis nous formalisons des thématiques QVT qui vont être reprises lors des « minutes sécurité » de nos sites. 

L’Accord envisage de permettre l’apprentissage de la déconnexion, non seulement en dehors des heures de travail, mais aussi pendant les heures de travail, comment est-ce possible ?

Nous lançons des expérimentations sur l’usage du numérique. D’abord avec des collectifs de collaborateurs volontaires, une demi-journée par mois pendant un an sera sans mail… ou pour le moins pas traité en temps réel. A l’issue, nous évaluerons les effets. Puis à titre individuel cette fois, et aussi d’une façon expérimentale pendant un an, chaque personne pourra organiser une demi-journée sans mail. Cette demande est réelle dans notre environnement hyperconnecté. Dans l’enquête dont je vous parlais tout à l’heure, selon les filiales, nous arrivons à 50% de personnes qui se déclarent hyperconnectées. D’où la nécessité d’une large campagne de sensibilisation pour que chacun puisse prendre conscience de sa propre gestion individuelle de sa connexion. Cette connexion n’est pas que le fait de l’employeur, elle est aussi choisie et responsable. Notre mission est d’amener les collaborateurs à un usage intelligent de l’ordinateur en définissant notre coresponsabilité. 

Et les managers ? Il est question de « promotion de l’exemplarité managériale » dans l’accord …

Nous sommes en train de poursuivre l’édition d’un guide à usage des managers qui en est pour l’instant à sa troisième fiche. Il est destiné à les sensibiliser à l’impact de l’organisation du travail sur la santé et la QVT. Les trois premières fiches portent sur le droit à la déconnexion, sur les temps de travail et temps de repos, et sur organisation du travail de nuit et des horaires atypiques, ce qui peut toucher nos populations de chantiers. D’autres actions managériales porteront sur les entretiens professionnels (adaptation de la charge de travail et des objectifs) mais aussi sur les passages éventuels au temps partiel, ou à l’inverse le passage au temps complet lorsque l’on est à temps partiel. 

Et le télétravail ?

Nous venons de conclure un accord unanime sur le télétravail. Nous avons formalisé des règles de conduite. Dans le cadre d’un télétravail « régulier », lorsqu’un salarié demande à sa hiérarchie de bénéficier du télétravail, le hiérarchique doit donner sa réponse dans un temps donné. Si cette réponse est négative, elle doit être motivée. S’il y a absence de réponse, la RH peut entrer dans la boucle. Dès lors, il est mis en place une période d’essai à laquelle l’une ou l’autre des parties peut mettre fin. Chaque année, l’avenant au contrat de travail est reconduit et s’il doit y avoir interruption, cela se passe avec préavis. Nous avons opté pour un maximum de 2 journées par semaine. Pourquoi pas plus, c’est aussi de la QVT… pour prévenir le sentiment d’isolement. Aujourd’hui selon les sites, entre 5 et 20% des collaborateurs font appel au télétravail. 

Nous avons aussi prévu de faciliter les situations « ponctuelles » de recours au télétravail.

Pour conclure, les conditions de travail sont, chez Egis, loin d’être catastrophiques, et pourtant nous pouvons aller encore plus loin dans le soin que nous portons au ressenti des collaborateurs sur leur environnement de travail. Cela passe par de la pédagogie et par des codes de bonnes conduites qui engagent tout à la fois l’entreprise, le management mais aussi les partenaires sociaux et les salariés eux-mêmes. La QVT c’est l’affaire de tous. 

  

 

 

        

Les articles relatifs à la QVT