Pour aller plus loin avec la prospective ...

La RSE vue de Côte d’Ivoire

La RSE vue de Côte d’Ivoire

Interview de Souleymane Traore, DRH CFAO RETAIL Côte d’Ivoire

Monsieur Traore, êtes-vous concerné par la RSE dans votre rôle de DRH Ivoirien d’une structure de 800 personnes ?

La RSE a toujours fait partie de mes attributions en tant que DRH, encore plus depuis que je suis à CFAO. D’une manière générale les activités concernant la RSE se sont diversifiées, prenant de plus en plus d’ampleur dans mon activité de DRH. Il faut dire que la RSE occupe une place importante dans la politique des Entreprises en Cote d’Ivoire. Cette situation est liée d’une part à la présence de grandes multinationales dont les entités ivoiriennes sont porteuses des engagements en matière de RSE, mais aussi des entreprises nationales qui ont intégré qu’il s’agit là d’un élément différenciant ou qui sont simplement porteuses de valeurs citoyennes. 

Lire la suite

RSE, valorisation du capital humain et création de valeur...

RSE, valorisation du capital humain et création de valeur...

Par Bénédicte Merle (CEO Fondatrice de Dolphinus)

La RSE, concept né dans les années 1950 avait en 2006 déjà 37 définitions académiques dénombrées par A. Dashrud1. La définition de la norme ISO 26000 publiée en 2010, place les ressources humaines comme acteur privilégié pour élaborer et déployer la démarche. Mais, ce n’est pas systématique. En effet, en l’absence d’un fonction spécifique au sein de l’organisation, nous observons aussi le rattachement de la démarche qui nécessite pilotage et contrôle, à la finance.

Lire la suite

Les collaborateurs au cœur de chaque « raison d’être » !

Les collaborateurs au cœur de chaque « raison d’être » !

Par Sylvain Reymond, Directeur Général de Pro Bono Lab

L’adoption de la loi Pacte permettait, en mai 2019, de fixer la nouvelle vocation sociale et environnementale de l’entreprise, l’encourageant à raisonner bien au-delà de ses seules performances économiques. Elle fixait la vision d’une économie plus vertueuse, plus solidaire, plus durable et venait donner un cadre à une tendance de fond impulsée par quelques dirigeants pionniers. Plus globalement, cette loi permettait d’insuffler une prise de conscience collective et concédait justement à l’entreprise un rôle nouveau, un rôle central même, dans la prise en charge des urgences sociales et sociétales les plus vives. Les grands défis auxquels notre génération est confrontée, en premier lieu celui du réchauffement climatique, ne pourront clairement pas être relevés sans des engagements forts pris par des entreprises et leurs parties prenantes. Les visions désuètes et les vieux débats  qui consistaient à exclure de fait l’entreprise de toute prise en charge de l’intérêt général ou de ces enjeux d’utilité sociale semblent donc définitivement clos. Oui, l’entreprise est devenue un acteur essentiel de l’intérêt général, et l’intérêt général une préoccupation permanente de l’entreprise.

Lire la suite

RSE, bien commun et projet d’entreprise

RSE, bien commun et projet d’entreprise

Patrick Storhaye, Président de Flexity, Professeur Associé au CNAM Paris, fondateur de RH info

En 2014, plusieurs acteurs de l’industrie pharmaceutique Nord-Américaine avaient été pointés du doigt, notamment par Hillary Clinton, pour avoir augmenté brutalement le prix de certains médicaments vitaux, et ce dans des proportions ahurissantes. Martin Shkreli, alors CEO de Turing Pharmaceuticals qui avait augmenté un de ses produits de 5 000%, était au centre de la polémique1 et fut alors désigné2 comme l’homme « le plus détesté » des Etats-Unis.  Dans un entretien sur CNBC3, le CEO de Valeant vantait de son côté les mérites de sa stratégie de croissance par acquisitions, financée par une dette aussi galopante qu’importante, comme la meilleure option pour ses actionnaires. Plusieurs articles4 fustigeaient alors sa propension à servir le seul intérêt de ses actionnaires au détriment de celui des patient·es. Elu CEO de l’année5 en 2015, il fut limogé6 en 2016, sa stratégie explosant en vol, puis arrêté7 ensuite pour soupçons de fraude. Warren Buffet8 le donna alors en exemple de ce qu’il ne faut pas faire pour présider aux destinées d’une entreprise.

Lire la suite

RSE² : les outils collaboratifs au service des engagements de l’entreprise

 

Par Gaelle Roudaut, Consultante, Facilitatrice & Formatrice

Plateforme collaborative, chatOps ou encore réseaux sociaux d’entreprise ont plus ou moins envahi nos organisations… Même si leur succès n’est pas toujours au rendez-vous et pour cause un choix d’outil technologique peu adapté aux besoins réels des salariés et un déploiement à marche forcée sans grand accompagnement pour peu qu’ils soient déployés à bon escient, les outils collaboratifs de l’entreprise peuvent jouer un réel effet de levier tandis qu’il s’agit d’impliquer les salariés. Et ça tombe bien ! En matière de RSE, la responsabilité sociétale de l’entreprise cette fois, c’est justement ce que l’on cherche … pour que le sujet ne reste ni l’apanage de la direction, ni une promesse sur papier glacé, tandis qu’au cœur de l’actualité, la loi PACTE incite justement les entreprises à repenser leur place dans la société et à renforcer la prise en considération des enjeux sociaux et environnementaux dans leur stratégie et leur activité.

Racine de RSE

En matière de dispositif collaboratif, on connaît surtout les espaces projet ou encore les communautés de pratiques qui permettent à des pairs comme à des experts d’échanger sur leurs sujets de prédilection. Moins répandues dans les organisations, si l’on en croit les chiffres du dernier Observatoire Intranet et Digital Working du cabinet Arctus, les communautés d’intérêt sont déployées dans un peu plus d’un tiers des entreprises. Parce qu’elles permettent aux collaborateurs d’échanger entre eux sur des sujets en marge de leur activité professionnelle, elles contribuent à créer de la transversalité, à faciliter la connaissance mutuelle, à développer le fameux sentiment d’appartenance à l’entreprise. Fondations, intérêt pour le sport, le chant, la lecture, … Les communautés d’intérêt trouvent également une illustration dans l’animation d’un dispositif RSE responsabilité sociétale de l’entreprise cette fois.

Mais souvent les communautés dédiées au développement durable ou à la RSE dans l’entreprise ne rencontrent pas le succès attendu auprès des salariés. En cause, des contenus à faible valeur ajoutée pour les salariés : quelques chiffres clés, le bilan carbone, et éventuellement un plan de déplacement entreprise (le PDE, un dispositif, exigé depuis le 1er janvier 2018 par la loi de transition énergétique auprès des entreprises regroupant plus de 100 salariés sur un même site, permet notamment d’encourager les usages de transports alternatifs pour venir le lieu de travail). Et même si les outils permettent de créer de la discussion autour de ces contenus, c’est le silence virtuel… peu de like, encore moins de commentaires, des indicateurs en berne, comme si le sujet n’intéressait personne… 

Et pourtant ! En tant que citoyen, nous sommes tous de plus en plus sensibles à la santé de notre planète dont les ressources naturelles annuelles sont englouties en à peine 7 mois chaque année, et nous sommes en général en tant que salariés, fiers des engagements de nos organisations pour répondre aux défis environnementaux ou plus largement sociétaux. Alors comment faire pour encourager l’engagement des salariés autour de la politique RSE en utilisant (entre autres, on est d’accord, ce n’est pas exhaustif) les outils collaboratifs de l’entreprise.

RSE + RSE = équation gagnante

Même si tous les espaces collaboratifs ne sont pas équipés des mêmes fonctionnalités, selon les technologies déployées, vous trouverez bien parmi ces usages, des idées pour animer votre politique RSE dans le RSE ! 

Bien sûr, publier régulièrement des articles de fonds sur l’actualité DD de l’entreprise (nouveaux engagements, etc.) peut paraître basique, mais c’est un début… Utiliser l’espace de discussion et un format comme le microblog peut permettre également de partager de la veille sur le sujet de la RSE, les tendances du secteur ou encore ce que fait la concurrence en la matière. C’est aussi un format court et direct qui permet de rappeler les dates clés du dispositif : la journée 0 papier, la semaine du développement durable, etc.

Dans un blog, il est également possible de partager du contenu de façon plus personnelle et plus engagée : la tribune peut ainsi être confiée à des ambassadeurs qui portent la RSE dans l’entreprise pour y témoigner de leurs engagements, de leurs convictions. Le blog peut aussi être tenu par un dirigeant de l’entreprise qui y exprime plusieurs fois dans l’année les promesses et les combats de l’entreprise en matière de RSE. Style éditorial plus incarné et authentique, possibilité de liker, de commenter, le blog est un canal de communication naturellement plus impliquant tant pour ceux qui y prennent la parole que pour ceux qui le lisent…

Au-delà de la mise à disposition de documents (bilan carbone, etc), l’espace collaboratif dédié à la RSE peut faire l’objet d’un réel travail en commun avec les collaborateurs de l’entreprise : inviter les salariés à co-écrire une charte de l’entreprise durable au sein d’un wiki par exemple, organiser une réflexion d’ensemble sur la mission de l’entreprise ou encore échanger des bonnes pratiques pour diminuer son empreinte écologique au bureau, au sein d’un forum… : autant de pistes à explorer !

Une communauté dédiée à la RSE permet aussi de retrouver les temps forts des rencontres physiques autour de ces thématiques en images : galerie photo de la journée 0 déchets ou encore reportages vidéos des opérations congés solidaires. Elle permet aussi de poursuivre ces rencontres physiques en ligne : animer un réseau d’ambassadeurs passe certes par des réunions, mais les échanges peuvent se poursuivre dans la communauté online, où l’on stockera aussi les compte-rendu de réunions et tous les documents utiles à la mission des ambassadeurs (supports de formation, kit de communication, …).

Par ailleurs, à l’heure où la consommation de seconde main n’est plus seulement un phénomène de mode, les bourses d’échange ou de dons entre collègues sont également simples à mettre en œuvre online autour d’un forum ou d’un système de publications de petites annonces dans l’espace collaboratif dédié à la RSE.

Enfin, quand capter l’attention est devenu une défi, il est aussi possible de s’appuyer sur les nombreux gadgets « gamifiés » des outils collaboratifs : badge, système de points, etc. qui permettent de récompenser ou de valoriser des collaborateurs impliqués dans la démarche RSE de l’entreprise et dont le RSE peut saluer les efforts.

Et pour finir, publiez une liste de liens vers les ressources utiles (site de covoiturage, règles d’utilisation de la flotte automobile, …) pour encourager les pratiques durables et vous aurez un espace collaboratif dédié à la RSE complet et utilitaire !

Plus de collaboration = plus de RSE

Au-delà de cette liste d’usages (qui n’est pas exhaustive !), encourager les usages collaboratifs au sein de l’entreprise, c’est aussi un engagement à plus de communication, de transversalité, de liens sociaux dans l’entreprise, autrement dit, cela pourrait être un levier de RSE en tant que tel.

Enfin, agir de façon écologique et durable en entreprise, c’est aussi limiter le réchauffement climatique lié aux usages numériques. D’ailleurs le secteur de la tech l’a bien compris et commence à prendre de ce côté aussi des engagements : développement des services d’hébergement dit « green », des pratiques d’ « éco-conception » web pour réduire son empreinte écologique, de label « Green-IT » indépendants, … Phénomène de mode me direz-vous … Ce qui ne l’est pas par contre, c’est que développer l’usage des outils collaboratifs, signifie aussi réduire l’usage des mails, de l’échange de pièces jointes qui diminueront d’autant l’impact environnemental des datas center. C’est aussi responsabiliser certains acteurs de l’entreprise, chargés d’animer leurs communautés collaboratives, et incités à y « faire le ménage » régulièrement afin de ne pas y stocker ad vitam eternam, des contenus qui n’ont plus de valeur ajoutée… contribuant également à une utilisation raisonnée des espaces de stockage en ligne.

Pour conclure, vous l’aurez compris, le RSE peut permettre d’animer la réflexion et les actions autour de la RSE, susciter davantage d’engagements de la part des salariés, mais aussi contribuer à sa mesure aux enjeux sociaux et environnementaux de l’entreprise. RSE x RSE : un combo gagnant !

  • MagRH1
  • MagRH2
  • MagRH3
  • MagRH4
  • MagRH5
  • MAgRH6
  • MagRH7
  • MAgRH7b
  • MagRH8
  • MagRH9LT
  • MagRH10

Mots-clés: RH, RSE, MagRH8

Les articles relatifs à la prospective et à l'avenir des RH