Pour aller plus loin avec la prospective ...

La RSE et la CFTC

La RSE et la CFTC

Par Cécile Blondelon, Conseillère technique en charge du dossier RSE

Pour la CFTC, les enjeux économiques, sociaux et environnementaux sont liés. Partant de ce postulat, notre confédération promeut une prise en compte systématique de ces questions dans les décisions stratégiques des entreprises et les politiques publiques. In fine, il s’agit de transformer notre modèle capitaliste en une économie davantage respectueuse de l’humain et de son environnement. 

Ainsi, la CFTC défend ardemment une transition écologique socialement juste de notre société, comme en témoignent nos « 66 propositions pour un pacte social et écologique », formulées avec d’autres acteurs de la société civile. Notre confédération est en effet convaincue qu’un tel changement de modèle constitue une opportunité pour renforcer notre compétitivité, redynamiser nos territoires, créer des emplois de qualité, redéfinir notre contrat social et préserver notre environnement. A nous de la saisir ! 

Lire la suite

La RSE en Belgique… dans le secteur bancaire…

La RSE en Belgique… dans le secteur bancaire…

Interview de Wilfried Remans, Directeur Corporate Social Responsability au sein de BNP Paribas Fortis.

Monsieur Remans, s’il fallait vous présenter vous-même que diriez-vous ?

Je suis responsable de la RSE et des Affaires Publiques depuis deux ans et demi, chez BNP Paribas-Fortis après avoir été Directeur des Affaires Sociales et membre des effectifs RH (Bien être au travail, relations sociales…) pour le reste vous pouvez voir mon profil LinkedIn…

Lire la suite

RSE, bien commun et projet d’entreprise

RSE, bien commun et projet d’entreprise

Patrick Storhaye, Président de Flexity, Professeur Associé au CNAM Paris, fondateur de RH info

En 2014, plusieurs acteurs de l’industrie pharmaceutique Nord-Américaine avaient été pointés du doigt, notamment par Hillary Clinton, pour avoir augmenté brutalement le prix de certains médicaments vitaux, et ce dans des proportions ahurissantes. Martin Shkreli, alors CEO de Turing Pharmaceuticals qui avait augmenté un de ses produits de 5 000%, était au centre de la polémique1 et fut alors désigné2 comme l’homme « le plus détesté » des Etats-Unis.  Dans un entretien sur CNBC3, le CEO de Valeant vantait de son côté les mérites de sa stratégie de croissance par acquisitions, financée par une dette aussi galopante qu’importante, comme la meilleure option pour ses actionnaires. Plusieurs articles4 fustigeaient alors sa propension à servir le seul intérêt de ses actionnaires au détriment de celui des patient·es. Elu CEO de l’année5 en 2015, il fut limogé6 en 2016, sa stratégie explosant en vol, puis arrêté7 ensuite pour soupçons de fraude. Warren Buffet8 le donna alors en exemple de ce qu’il ne faut pas faire pour présider aux destinées d’une entreprise.

Lire la suite

RSE et citoyenneté : la future donne du dialogue social ?

RSE et citoyenneté : la future donne du dialogue social ?

Par Gabriel Artero, Président de la CFE-CGC Métallurgie

Présent aux États-Unis depuis la fin des années 1950, le concept de la RSE (Responsabilité Sociétale - ou Sociale - de l’Entreprise) se définit en 2001, sous l’impulsion de la Commission européenne, comme un engagement volontaire des entreprises visant à satisfaire pleinement aux obligations juridiques en vigueur mais aussi aux fins d’investir davantage dans le capital humain et l’environnement. Il ne s’est véritablement développé dans les entreprises en France que depuis une petite décennie.

Replacer l’entreprise dans son environnement, pour lui rappeler ses obligations envers ses salariés, ses clients, ses fournisseurs, les communautés locales, plus largement, l’ensemble des parties prenante demeure une vaste ambition !

Lire la suite

RH, Communication & RSE cher INVIVO

Interview de Sébastien Graff, Directeur des Ressources Humaines, de la Communication et de la RSE chez INVIVO

Depuis quand la fonction RH est-elle en charge de la RSE chez InVivo ?

La thématique de la RSE est apparue dans l’entreprise fin 2010 et s’est naturellement intégrée au sein de la direction des RH. L’objectif de l’époque était d’introduire un quadrilatère vertueux traitant des mêmes sujets RSE, au sein des directions de la RH, de la communication, de la RSE et d’« Invivo Foundation » (le fonds de dotation d’InVivo dédié à une mission d’intérêt général).

Vous pouvez nous présenter le Groupe en quelques mots ?

Premier groupe coopératif agricole français, InVivo réunit 201 coopératives, qui rassemblent près de 300 000 agriculteurs. InVivo comprend 3 pôles d’activités : Bioline by InVivo (agriculture), InVivo Retail (jardinerie et distribution alimentaire) et InVivo Wine (vin). 2 entités transverses sont dédiées à l’innovation : InVivo Food&Tech et InVivo Digital Factory. Créateur d’intelligence alimentaire, InVivo a pour mission de transformer le monde agricole de manière responsable et durable, au bénéfice des agriculteurs, des coopératives et des consommateurs. 

Quelles sont les spécificités de vos métiers et marchés qui vous semblent les plus compliquées à faire entrer dans une démarche RSE ?

Je vais prendre le contrepied de votre question car nos métiers (InVivo Wine, InVivo Retail, Bioline by InVivo) sont « RSE inside », c’est-à-dire que la responsabilité sociétale et environnementale est intégrée dans notre stratégie comme levier de performance. 

Notre métier est de faire le lien entre la Terre, ceux qui la cultivent et ceux qui s’en nourrissent. En amont, côté terre, les enjeux RSE sont de produire suffisamment pour nourrir une population mondiale - dont le taux démographique augmente en continu - tout en respectant l’environnement. En aval, côté consommateur, l’objectif est de satisfaire les attentes sociétales en matière de santé, de goût et des pratiques respectant la nature et les animaux.  Au centre, les agriculteurs doivent bénéficier d’une juste rémunération, d’un accès aux apports technologiques pour une meilleure productivité et pour une amélioration de leur qualité de vie. 

Dans RSE il y a « social et/ou sociétal », en quoi la fonction RH est-elle impactée dans un processus RSE ?

Dans notre plan stratégique « 2030 by InVivo », les enjeux sociaux et humains sont au cœur de nos développements via 2 leviers : 

  • La performance « Smart RH », qui développe les meilleures pratiques en matière de RH ;
  • Le « #social » qui vise à bâtir la meilleure offre sociale pour les salariés en termes d’égalité des chances, de gestion des carrières, de dialogue social ou d’implication des salariés.  

Dans le cadre de la construction du projet « 2030 by InVivo », qui se veut collectif et engagé, ​les collaborateurs ont d’ailleurs été invités à partager leurs idées ​sur une plateforme collaborative, après avoir été réunis avec le DG pour entendre les ambitions et les tendances dans le domaine. 

Quel est le positionnement des partenaires sociaux sur le sujet ? Avez-vous un accord ?

La dynamique du dialogue social chez InVivo est très importante. Depuis 2010, le groupe signe en moyenne 3 à 5 accords par an. Il n’y a pas d’accord RSE à proprement parler mais les accords tels que celui sur le dialogue social, l’égalité, la diversité ou encore sur la GPEC reprennent en grande partie des thématiques liées à la RSE. 

On a coutume de dire que l’implication de la gouvernance est un facteur clé de succès sur l’atteinte des objectifs RSE, est-ce le cas chez vous ? Est-ce que ça permet à la fonction RH d’être reconnue comme acteur stratégique ?

Par rapport à la gouvernance, les administrateurs du groupe InVivo sont très fortement impliqués dans les thématiques RSE car ils sont issus du monde agricole. Le groupe a créé une direction RSE, et des compétences ont été intégrées dans chaque holding métier. Ce qui permet au conseil d’administration d’être informé sur des travaux de fond. Par ailleurs, à l’occasion de l’élaboration de « 2030 by InVivo », une commission « RSE et innovation » comprenant plusieurs administrateurs a été créé pour apporter leur réflexion sur la politique que devrait mener le groupe en RSE.  

L’univers des coopératives est-il une opportunité ou un frein à cette démarche ?

Nous avons coutume de dire que la coopération agricole est « RSE inside ». La traduction de la RSE en droit des entreprises a été concrétisée par la loi PACTE avec la création d’un nouveau statut juridique de « Société à mission ». La coopération agricole et InVivo ont été actifs lors des débats parlementaires et des réflexions sur la loi PACTE, pour aboutir au statut de Société à mission, outil complémentaire au développement de la RSE dans les coopératives. 

Comment la RSE intègre la « marque employeur » ?

L’attractivité d’InVivo passe par une grande visibilité via les médias et les réseaux sociaux, spécialement notre compte Twitter (@InVivoGroup) qui fonctionne très bien. Les projets mis en avant sont très liés aux thématiques RSE. Nous constatons d’ailleurs à travers les candidatures spontanées ou au moment des recrutements que les candidats sont très renseignés et concernés par les thématiques RSE. 

La financiarisation de la RSE donne-t-elle au Groupe une valeur financière reconnue par ses partenaires banquiers ?

Les critères RSE sont systématiquement au cœur des débats lors de levée de fonds ou discussions avec les partenaires financiers. Au-delà de l’impact sur la valeur financière de la filiale, la thématique RSE est génératrice de réel business. L’absence de la prise en compte de la RSE = l’absence de valeur. 

  • MagRH1
  • MagRH2
  • MagRH3
  • MagRH4
  • MagRH5
  • MAgRH6
  • MagRH7
  • MAgRH7b
  • MagRH8
  • MagRH9LT
  • MagRH10

Mots-clés: RSE, MagRH8

Les articles relatifs à la prospective et à l'avenir des RH