Pour aller plus loin avec la prospective ...

Et si la RSE devenait [aussi] la responsabilité sociale de l’employé.e ?

Et si la RSE devenait [aussi] la responsabilité sociale de l’employé.e ?

Par Jérôme Delorme, ancien Chargé d’étude RSE et ancien Auditeur interne, Cofondateur de Mobeetip

On s’échine souvent sur le fait de savoir si l’acronyme RSE signifie Responsabilité « Sociale » ou « Sociétale » de l’Entreprise. Mais on se pose rarement la question si cela peut désigner aussi la Responsabilité Sociétale de l’Employé.e ? Bien sûr, elle est moindre que celle de l’entreprise, mais est-elle nulle pour autant ?

Malgré l’importance des enjeux sociaux et environnementaux, la RSE reste encore peu ou pas incarnée dans beaucoup d’entreprises, du plus haut au plus bas niveau. Alors que l’ensemble des individus est concerné et que chacun peut agir, comment améliorer la situation, compte tenu des ressources que nous mobilisons au quotidien ?

Lire la suite

RSE, bien commun et projet d’entreprise

RSE, bien commun et projet d’entreprise

Patrick Storhaye, Président de Flexity, Professeur Associé au CNAM Paris, fondateur de RH info

En 2014, plusieurs acteurs de l’industrie pharmaceutique Nord-Américaine avaient été pointés du doigt, notamment par Hillary Clinton, pour avoir augmenté brutalement le prix de certains médicaments vitaux, et ce dans des proportions ahurissantes. Martin Shkreli, alors CEO de Turing Pharmaceuticals qui avait augmenté un de ses produits de 5 000%, était au centre de la polémique1 et fut alors désigné2 comme l’homme « le plus détesté » des Etats-Unis.  Dans un entretien sur CNBC3, le CEO de Valeant vantait de son côté les mérites de sa stratégie de croissance par acquisitions, financée par une dette aussi galopante qu’importante, comme la meilleure option pour ses actionnaires. Plusieurs articles4 fustigeaient alors sa propension à servir le seul intérêt de ses actionnaires au détriment de celui des patient·es. Elu CEO de l’année5 en 2015, il fut limogé6 en 2016, sa stratégie explosant en vol, puis arrêté7 ensuite pour soupçons de fraude. Warren Buffet8 le donna alors en exemple de ce qu’il ne faut pas faire pour présider aux destinées d’une entreprise.

Lire la suite

La longue marche du DRH vers la RSE

La longue marche du DRH vers la RSE

Par Didier Rembert  DGRH de transition

Tôt ou tard votre directeur général lancera en comité de direction : « faut qu’on se mette à la RSE, tous nos clients en parlent, qui veut s’occuper de ça ? » Tout le monde se regardera, le directeur achat lancera telle une incantation, « moi, j’achète du papier recyclé, en plus c’est moins cher », le directeur financier ajoutera, « attention, on n’embauche pas de responsable RSE, ce n’est pas au budget », et le directeur commercial conclura « c’est sur que c’est important, nous on ne sait plus quoi dire au client quand il nous en parle ».

Lire la suite

Recruter des militaires blessés : au-delà de la Responsabilité Sociale d’Entreprise, une démarche porteuse de sens

Recruter des militaires blessés : au-delà de la Responsabilité Sociale d’Entreprise, une démarche porteuse de sens

Par Dominique LEVY, Présidente du Groupe de Travail « Reconversion des Militaires Blessés » du Comité de Liaison Défense du MEDEF

Qu’elle survienne à l’entraînement, au combat, en opération extérieure ou dans le cadre du plan Vigipirate, la blessure chez le militaire est bien souvent une remise en question de l’avenir dans lequel il s’était projeté. Lorsque le parcours de soins médicaux s’achève par le couperet de l’inaptitude à exercer une profession combattante, un nouveau départ professionnel s’impose.

Les armées, soucieuses de ne laisser aucun des leurs au bord du chemin, ont mis en place un certain nombre de dispositifs pour aider les militaires blessés dans leur démarche de reconversion.

Lire la suite

Comment le Sport contribue au rayonnement RSE des entreprises ?

Par Boris Pourreau fondateur de Sport Heroes

Comment la qualité de vie au travail est une dynamique motrice de la RSE  ?

Une marque employeur mise en valeur

Un des aspects importants de la Responsabilité Sociale des Entreprises est l’amélioration de la Qualité de Vie au Travail (QVT). 

En effet, la norme ISO 26000, qui encadre et accompagne le développement des stratégies RSE, intègre 7 dimensions à considérer dont, entre autres, celles de la prise en compte de l’environnement, de la qualité de vie au travail, de bonnes relations entre les services internes et les communautés externes à l’entreprise. 

La dimension QVT de la RSE est primordiale. La QVT profite à la Marque Employeur et permet à l’entreprise d’attirer ainsi de nouveaux talents (Selon une étude menée par l’UN Global Compact (réseau développement durable de l’ONU), 7 candidats sur 10 aux Etats-Unis préfèrent choisir une entreprise dont la RSE est prédominante), de réduire l’absentéisme et d’éviter un turn-over important qui freinerait sa croissance.

Qualité de vie au travail + Sport = un duo gagnant 

Les stratégies RSE se mettent en place progressivement avec des solutions concrètes : usage et animation d’un réseau social interne, aménagement des espaces de travail, généralisation du télétravail, chartes de relations avec ses sous-traitants, meilleur approvisionnement des produits de restauration collective, plus grande flexibilité des horaires mais aussi développement d’infrastructures sportives et d’outils de motivation d’activités physiques, régulières et collectives. 

Le développement de l’activité sportive en entreprise reste une option abordable et facilement mesurable d’optimisation de la qualité de vie au travail et dont les bénéfices sont nombreux sur la santé en général.

Selon Thierry Braillard, secrétaire d’Etat au Sport « le manque de temps, la difficulté de combiner vie privée et vie personnelle, peuvent constituer des freins à la pratique d’une activité physique. Or une telle activité peut précisément améliorer le bien-être au travail. »

L’activité physique est reconnue aujourd’hui comme un levier de prévention de maladies et à l’avenir pourrait être considérée comme un nouveau médicament à prescrire pour certaines pathologies, notamment du dos. Elle favorise la santé physique et mentale, un bien-être psychologique qui rend le collaborateur plus engagé, plus efficace et performant, plus à l’écoute et adaptable aux changements.

Un esprit d’équipe reboosté

Avec le programme digital United Heroes, les collaborateurs sont incités à changer leurs habitudes (nutrition, sommeil, sport…) afin de se sentir plus épanouis au travail mais aussi dans leur vie personnelle.

United Heroes permet en effet aux collaborateurs d’une entreprise de prendre conscience au travers d’un tableau de bord personnel de la progression de leur activité physique et de l’évolution de leur bien-être. Ils sont accompagnés, challengés et récompensés pour leurs efforts, tout en partageant leurs performances avec leurs collègues.

L’esprit d’équipe est aussi largement stimulé grâce à l’organisation de challenges sportifs connectés, et notamment les challenges collectifs et solidaires. Quoi de plus valorisant que de se dépasser au profit d’une ONG en lui reversant des fonds à chaque objectif atteint ? En associant leurs forces, les collaborateurs mettent en pratique la devise « Tout seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin ». Et grâce au digital, tous les salariés peuvent participer à l’effort collectif, quel que soit leur localisation, sans forcément avoir besoin d’investir dans des équipements et infrastructures lourdes.

Les challenges collectifs & solidaires, c’est aussi l’occasion de diffuser une culture d’entreprise, des valeurs et des engagements à ses collaborateurs.

Ces beaux défis solidaires ont permis aux équipes de SITEL de parcourir 750 000 kilomètres en 2 mois en 2017 pour des associations de leur choix, ou à Air France – KLM Maintenance de faire 7 fois le tour de la terre en 7 semaines, pour des ONG comme Wings of support ou Aviation sans frontières !

Grâce à des indicateurs clés définis en amont (absentéisme et turn-over, facilités de communication au sein des équipes, engagement et motivation des collaborateurs, performances individuelles ou encore fréquence des activités extra-professionnelles des équipes), il est alors possible d’évaluer la santé physique (et mentale) des salariés. En analysant la progression de ces indicateurs, on peut ainsi ajuster les pratiques QVT et bien-être proposées. En moyenne, 83% des participants au programme United Heroes déclarent améliorer leur bien-être et 94% se sentent plus engagés dans leur entreprise.

Devenir une entreprise responsable, c’est aussi mettre l’esprit d’équipe et le goût du dépassement de soi au cœur de ses missions. A votre tour !

Sources  : 


https ://www.economie.gouv.fr/entreprises/responsabilite-societale-des-entreprises-rse

https ://www.insidermonkey.com/blog/10-biggest-socially-irresponsible-companies-in-america-583953/

https ://www.insee.fr/fr/statistiques/1281346#titre-bloc-1

https ://www.journaldunet.fr/management/guide-du-management/1199041-rse-responsabilite-societale-des-entreprises-definition-exemple/

https ://www.orse.org/nos-travaux/sport-activite-physique-et-qualite-de-vie-au-travail-contribution-orse

https ://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx ?doc=sport-prevention-maladies

http ://sante.lefigaro.fr/article/les-6-sports-a-privilegier-pour-soulager-son-mal-de-dos/

https ://www.essentiel-sante-magazine.fr/sante/traitements-soins/sport-ordonnance-nouveau-medicament

  • MagRH1
  • MagRH2
  • MagRH3
  • MagRH4
  • MagRH5
  • MAgRH6
  • MagRH7
  • MAgRH7b
  • MagRH8
  • MagRH9LT

Mots-clés: START-UP, RSE, MagRH8

Les articles relatifs à la prospective et à l'avenir des RH