Pour aller plus loin avec la prospective ...

Reporting RSE, reporting de l’immatériel.

Reporting RSE, reporting de l’immatériel.

 

Par Jean-Claude Dupuis, professeur à l’Institut de Gestion Sociale, auteur de l’ouvrage « Économie et comptabilité de l’immatériel. Enjeux du reporting non financier »

Le champ du reporting non financier est travaillé depuis une vingtaine d’années par de nombreuses innovations tant au niveau national qu’international. D’un côté, des pratiques de reporting sur la Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE) se sont développées, consacrées par le code de commerce : au-delà d’un certain seuil en capitalisation ou en effectifs, les sociétés ont l’obligation d’informer sur les impacts de leur activité et leurs engagements en matière de droits sociaux, de droits de l’homme, de protection de l’environnement, d’éthique des affaires, de liens avec les communautés environnantes et de gouvernance. D’un autre côté, la thématique du reporting du capital immatériel est montée en puissance avec un cortège d’initiatives visant à proposer des lignes directrices en matière de publication d’informations sur ledit capital immatériel.

Lire la suite

Recruter des militaires blessés : au-delà de la Responsabilité Sociale d’Entreprise, une démarche porteuse de sens

Recruter des militaires blessés : au-delà de la Responsabilité Sociale d’Entreprise, une démarche porteuse de sens

Par Dominique LEVY, Présidente du Groupe de Travail « Reconversion des Militaires Blessés » du Comité de Liaison Défense du MEDEF

Qu’elle survienne à l’entraînement, au combat, en opération extérieure ou dans le cadre du plan Vigipirate, la blessure chez le militaire est bien souvent une remise en question de l’avenir dans lequel il s’était projeté. Lorsque le parcours de soins médicaux s’achève par le couperet de l’inaptitude à exercer une profession combattante, un nouveau départ professionnel s’impose.

Les armées, soucieuses de ne laisser aucun des leurs au bord du chemin, ont mis en place un certain nombre de dispositifs pour aider les militaires blessés dans leur démarche de reconversion.

Lire la suite

Il y a tellement de choses à dire

Il y a tellement de choses à dire

Par Martin Richer, consultant expert en Responsabilité Sociale des Entreprises

Tous d’abord, la très grande diversité des contributeurs à ce dossier (directeurs RSE, DRH, investisseurs, syndicalistes, chercheurs et universitaires, consultants…) met en évidence l’éventail très large de perceptions et d’attentes vis-à-vis de la RSE. Leur point commun : la plupart constatent les avancées mais attendent davantage de détermination et d’authenticité dans les changements promis par les entreprises et dans les comportements qu’elles adoptent. Il faut rappeler à cet égard que s’affirmer plus vert que les autres ou plus avancé socialement n’a rien à voir avec la RSE : il s’agit tout au plus de proclamations ou d’incantations. La RSE, c’est bien autre chose. C’est une démarche de management consistant à prendre des engagements avec ses parties prenantes, puis à les évaluer et à les réguler avec elles. C’est pourquoi je propose de traduire l’acronyme RSE par Retour Sur Engagements. Les exemples souvent légitimement mis en avant de « greenwashing » et de « social-washing », c’est-à-dire la constatation d’un écart entre le dire et le faire, ne reflètent en rien l’échec de la RSE, mais simplement l’amateurisme (ou plus grave, le cynisme) d’entreprises qui n’ont pas compris la discipline que nécessite la démarche de la RSE. Fort heureusement, et ce dossier le montre bien, bon nombre d’entreprises conduisent leur politique RSE de façon professionnelle et éthique. 

Lire la suite

Entretien avec Souleymane Soro

Entretien avec Souleymane Soro

Entretien avec Souleymane Soro, DRH Cemoi Côte D’Ivoire et Président du RIGRH
Réseau Ivoirien des Gestionnaires des Ressources Humaines

Etes-vous concerné par la RSE dans votre rôle de DRH Ivoirien ?

Bien évidemment, et c’est naturellement que le Groupe CEMOI est inscrit dans une démarche RSE depuis plusieurs décennies, non seulement à travers son programme de cacao durable mais également à travers ses actions sur le plan social et environnemental.

Lire la suite

Fête de l’HumAin

Par Philippe Canonne 
« Ne dites pas à ma mère que je suis DRH elle me croit Marcheur pour le Climat »

  • « Franchement on perd son temps avec ces agences de notation sociale. C’est un travail dingue qui ne sert à rien »
  • « Ne dis pas ça c’est très important. Notre Groupe doit obtenir une bonne note sociale. Les analystes y sont très attentifs »
  • « Ça sert surtout à la reconversion d’anciens syndicalistes. Si ça avait la moindre influence sur le cours de l’action, ça se saurait. Les titres bien notés socialement n’ont pas mieux résisté à la crise que les autres »

Cette conversation détendue se tenait au stand de chaussettes que le DRH de cette importante Filiale de Distribution de ce Grand Groupe côté tenait à la Vente Solidaire organisée ce beau samedi de Juin. Le Grand DRH de l’Ethique, la Solidarité et la RSE du Groupe s’était déplacé avec son épouse. Les actions caritatives n’étaient pas dans son périmètre, une association ad hoc avait été créée dont le Délégué Général - un ancien de l’Humanitaire - reportait au Président, mais sa présence sur la photo attesterait son soutien à une belle initiative. De toute façon le site de la manifestation était sur le chemin d’Honfleur où il passerait le weekend.

Il faisait beau, la fête était pimpante. Ambiance bon enfant. Les salariés, tous volontaires - un oxymore ? - , animaient des stands. La Filiale avait déstocké des invendus. Le produit de la Vente irait à un projet d’éducation en Afrique. Quelques salariés plus engagés iraient sur place sur leur temps de vacances. Bien entendu tous les collaborateurs de la Drh avaient répondu présents. La recruteuse était au sportswear, la RRH des entrepôts à la lingerie et le juriste social aux maillots de bain. Le C&B tenait la buvette. Beaucoup de monde, il y avait de Bonnes Affaires.

  • « Tu as vu les questionnaires ? Complètement anglo-saxons. Certains sujets sont à l’opposé de nos pratiques. Par exemple la demande sur les quotas de minorités ou la boite pour dénoncer les managers »
  • « Là tu exagères, ce n’est quand même pas Vichy »
  • « Je t’assure, on demande si les collaborateurs dénoncent les agissements choquants de leurs collègues. Je réponds quoi ? »
  • « Mets que l’esprit de Responsabilité est une Valeur de l’entreprise » « ça ne veut rien dire » « Justement »
  • « Et sur l’existence d’une procédure de compliance avec les lois Us, je mets que nous nous attachons aux résultats en gardant le sens des détails ? » Sourires.

Les deux Compères déambulaient entre les stands. Entre deux stands de Merguez, des techniciens du SAV, tous syndiqués, avaient monté un petit spectacle   de Gospel. C’était charmant.

  • « C’est comme le Bilan Carbone, vous allez inventer quoi après ? On compte les papiers dans les corbeilles et les ampoules au plafond »
  • « Oui c’est un peu bureaucratique, mais reconnais que ça a du sens. Et puis c’est l’air du temps. Excellent pour notre Image »
  • « Les camions de livraison, on va les peindre en Vert, ça fera plus écolo »

Remue-ménage. Sœur EmmaLouise, la Sainte des quartiers déshérités venait d’arriver. L’association dont elle était l’Ame dressait des ponts entre les malheureux du monde entier. Le Président lui donnait le bras.

  • « Quel beau symbole. La Foi et les Marchands main dans la main » 
  • « Et elle n’a pas demandé cher pour venir. Son tarif est tout à fait raisonnable »

La religieuse, toute menue sous sa coiffe bleue, était trop âgée pour arpenter les allées. Une tente avait été dressée pour elle. Le Grand Drh s’y rendit pour obtenir sa bénédiction. Le Drh local veilla à la photo. Ils purent entendre la Sainte Femme féliciter le Président et l’encourager à penser aux Pauvres. « Nous nous battons pour l’accès de tous à la Consommation » lui répondit-il.

La ballade continuait, ils étaient maintenant dans les stands de lainage et manteaux. L’hiver avait été doux et la saison n’avait pas trop marché, les stocks à écouler ne manquaient pas. On se pressait devant les palettes de vêtements, c’était l’occasion de se rhabiller pour l’hiver. Les visiteurs étaient généreux pour une bonne Cause. D’autant que le troisième article était offert.

  • « J’y pense tu as avancé sur l’embauche de handicapés. Dans tes entrepôts il y a surement moyen de créer des postes aménagés »
  • « C’est en route sur de la manutention et on peut avoir des subventions importantes. Mais nous bloquons sur le problème des étages. En cas d’incendie on ne peut pas prendre les ascenseurs et on nous interdit de mettre à l’étage des personnes qui ne peuvent pas descendre les escaliers » 
  • « Tu en as parlé à l’Association de Financement ? » « Oui ils disent de descendre l’activité au rez-de-chaussée. Huit étages de stockage ! »
  • « Mets en deux ou trois en bas au standard, ça réduira notre taxe Handicapés qui est trop élevée »

Ils finirent leur promenade au lâcher de ballons. Chaque enfant en recevait un à son arrivée et on en a lâché des centaines en fin de matinée. L’envolée de tous ces ballons a été superbe. Un moment féérique, tous ces ballons de couleur au logo de l’Entreprise. La carte qui y était attachée expliquait à côté de la photo de sœur EmmaLouise les engagements humanitaires du Groupe. Elle comportait aussi une offre promotionnelle.

Il était temps de se séparer, le Grand Drh reprenait la route. « Au fait on n’a pas parlé de ton plan social, c’est pour bientôt ? » « Il est presque prêt, on le boucle pour l’été » « Surtout pas de fuites, sois vigilant » « Compte sur moi, on joue l’effet de surprise »

  • « Tiens tant que tu y es charge sur les gars du SAV, on ne peut pas compter sur ces types ». Puis il prit la route de la Côte Normande avec son épouse.
  • « Vraiment un type bien mon Drh ici. Je suis content de ce qu’il fait. C’est un honnête homme, généreux, solidaire. Il fait un travail superbe contre l’exclusion. Il est rayonnant de dévouement »
  • « Oui il est comme toi, un Humaniste ».

La morale de cette histoire

Bons sentiments

Qu’on se le dise, l’entreprise est écolo. Tout ce qu’il y a d’écolo, verte, green et environnementale. Pas une qui ne se revendique en modèle vertueux de la RSE ou du Développement durable. Pour laquelle elles se sont empressées de mettre en place des directions ad ’hoc. Avec des chefs, grands et petits, des chargés de projets et de sémillantes attachées de presse. Et ne dites pas que c’est du green washing. On lave plus Vert que vert. Et on affiche haut et fort ses ambitions pour sauver la Planète, lutter contre le réchauffement climatique ou protéger la biodiversité - au choix -. On n’hésiterait pas à prendre le train pour aller à Porto Alegre si ce bled n’était pas bêtement sur un autre continent. Et puis c’est cool le développement durable. Vous prenez un produit médiocre, genre machine à laver qui tombe en rade au bout de deux ans (fin du délai de garantie) ou cosmétique qui file des boutons. Vous l’améliorez, il se répare ou n’est plus programmé pour claquer, la crème vous la faites avec des fleurs ou des plantes. Ou bien vous achetez votre café à des paysans indiens, les mêmes qu’avant mais vous les mettez sur la photo. Et crac vous avez un bon bilan carbone. Presse, médias, marketing et c’est bingo. Un bon truc, surtout si vous avez des milliers de magasins : vous changez les ampoules pour des modèles chers et qui ne chauffent pas. Résultat vous diminuez le bilan carbone et la Planète est sauvée. Promotion mondiale à la clé. Cerise sur le gâteau en deux ans l’économie d’énergie vous paye l’investissement, ensuite c’est cadeau. La cantine du siège (à laquelle les Présidents ne mangent jamais) donne aussi de belles opportunités. Fini les fruits exotiques et la cuisine méditerranéenne. Place au low food. A Paris patates et betteraves pour tout le monde, pommes bio flétries à tous les repas. Pour ceux qui voudraient se démarquer il reste quelques bonnes idées insuffisamment exploitées : plus de vacances pour le personnel en été pour lutter contre le tourisme de masse, pas de climatisation dans les bureaux la Planète n’aime pas ça, plus de bœuf à la cantine les vaches pètent et font des trous dans l’ozone. Envisager des toilettes sèches à la Défense ou des éco-cabanes dans les arbres à côté de la Fondation Vuitton . De l’émotion, de la bienveillance et le tour est joué. La RSE est une valeur cotée en Bourse. La tonne de Co2 aussi.

Morale dans la Morale

Quand les patrons pensaient que la RSE c’était un gadget sans importance ce sont les Drh qui en étaient chargés. Depuis que c’est devenu médiatique les Rh ont été priés de laisser la main aux gens sérieux. Il faut dire qu’ils croyaient que le S de RSE c’était pour Social. Pourtant leur contribution aurait pu enrichir le Sociétal. Plutôt que de bilan carbone ou de transition énergétique ils auraient parlé de diversité, d’égalité ou de dialogue. L’égalité Hommes Femmes vaut bien la réduction de la consommation d’énergie et l’égalité des chances dans les recrutements l’impact environnemental d’un voyage en avion. Comme si la Planète devait être sauvée pour elle-même et non pour les hommes qui l’habitent. Tout ce qui est de l’Humain dans l’entreprise devrait concerner les Rh. Dans l’entreprise éclatée en cercles concentriques de parties prenantes éloignées les unes des autres, le Drh chef d’orchestre donnera le Sens. Celui de la responsabilité de l’entreprise envers les hommes et les femmes qui contribuent à son succès. C’est celle-là la vraie responsabilité sociétale. Pas sûr que les Drh qui en sont encore à disserter sur le dialogue social et les élucubrations de la jurisprudence aient tous bien compris que c’est leur avenir qui se joue là.

Morale de la Morale

C’est d’âme qu’il faut changer, non de climat .

  • MagRH1
  • MagRH2
  • MagRH3
  • MagRH4
  • MagRH5
  • MAgRH6
  • MagRH7
  • MAgRH7b
  • MagRH8
  • MagRH9LT

Mots-clés: CANONNE, RSE, MagRH8

Les articles relatifs à la prospective et à l'avenir des RH